Études économiques de l'OCDE : République slovaque

Frequency :
Tous les 18 mois
ISSN :
1999-0596 (en ligne)
ISSN :
1995-3534 (imprimé)
DOI :
10.1787/19990596
Cacher / Voir l'abstract

Études économiques consacrées périodiquement par l'OCDE à l’économie de la République slovaque. Chaque étude analyse les grands enjeux auxquels le pays fait face. Elle examine les perspectives à court terme et présente des recommandations détaillées à l’intention des décideurs politiques. Des chapitres thématiques analysent des enjeux spécifiques. Les tableaux et graphiques contiennent un large éventail de données statistiques.

Egalement disponible en: Anglais
 
Études économiques de l'OCDE : République slovaque 2010

Études économiques de l'OCDE : République slovaque 2010 You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
Auteur(s):
OCDE
Date de publication :
17 jui 2012
Pages :
118
ISBN :
9789264083394 (PDF) ; 9789264092761 (imprimé)
DOI :
10.1787/eco_surveys-svk-2010-fr

Cacher / Voir l'abstract

L'Étude économique du Chili de l'OCDE pour 2010 examine les récents développements économiques, politiques et perspectives, et aussi la croissance verte.

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder:  Statistiques de base de la République Slovaque (2009)

    LE PAYS

  • Cliquez pour accéder:  Résumé

    L’économie slovaque a davantage souffert de la récession mondiale que la plupart des autres pays de l’OCDE, en raison essentiellement de son exposition au commerce mondial et de sa spécialisation dans des produits d’exportation tributaires des fluctuations conjoncturelles, notamment les automobiles. Stimulée par les évolutions intervenant chez ses principaux partenaires économiques, elle se redresse aujourd’hui à un rythme supérieur à la moyenne. Pour rétablir durablement une trajectoire de forte croissance, les autorités doivent s’employer à contrer le risque d’une expansion du chômage de longue durée, assurer la viabilité des finances publiques et mieux tirer parti des retombées positives du passage à une croissance verte.

  • Cliquez pour accéder:  Évaluation et recommandations

    Six ans après la mise en œuvre d’une série de réformes de grande envergure qui se sont traduites par une forte croissance et une rapide convergence, les autorités slovaques se trouvent de nouveau confrontées à des problèmes majeurs, dans une conjoncture internationale qui, il faut le dire, est beaucoup moins anodine :

  • Cliquez pour accéder:  La sortie de crise

    Après s’être fortement contracté pendant la crise, le PIB réel se redresse rapidement sous l’impulsion d’une reprise de la demande chez les principaux partenaires commerciaux de la Slovaquie. Le chômage a fortement progressé en 2009 et au début de 2010, et son augmentation totale due à la crise est maintenant supérieure à la moyenne observée dans l’OCDE. Le principal problème est d’éviter une nouvelle dégradation du chômage de longue durée, qui était déjà très élevé avant la récession. Cela exigera de réviser les dispositifs existants d’action sur le marché du travail et d’assurer la flexibilité des salaires en réformant les règles relatives au salaire minimum et à l’extension légale des contrats salariaux. Le déficit budgétaire ayant atteint 8 % environ du PIB, le gouvernement envisage des mesures d’assainissement très importantes. Il faudrait mettre l’accent sur la maîtrise des dépenses publiques, notamment en réformant sérieusement le premier pilier du système des retraites. Il faudrait aussi envisager de supprimer progressivement les exemptions fiscales et de taxer davantage les bases imposables immobiles. Enfin, il conviendrait de renforcer les institutions budgétaires.

  • Cliquez pour accéder:  Accroître l'efficacité du secteur public

    Étant donné la dégradation des finances publiques, il n’est guère possible désormais d’augmenter les dépenses. En améliorant l’efficacité du secteur public, on dégagerait des ressources et on obtiendrait de meilleurs résultats avec les mêmes intrants, ce qui contribuerait à stimuler la productivité et donc la croissance potentielle. Il est urgent d’améliorer l’efficacité de la collecte des impôts et taxes (notamment de la TVA) ; des plans visant à unifier le recouvrement de l’impôt et des cotisations de sécurité sociale doivent être mis en œuvre rapidement et les dispositifs de tirage sur les fonds de l’UE doivent devenir plus efficaces. En outre, améliorer l’efficacité des soins de santé devrait être une priorité. Cela implique de s’attaquer au problème du montant élevé des paiements directs et de réformer la structure de rémunération des médecins. Les dépenses pharmaceutiques sont excessives et peuvent être réduites, notamment en encourageant le recours aux génériques. Il faudrait réexaminer les entraves à la concurrence entre caisses d’assurance-maladie et améliorer le système de péréquation des risques.

  • Cliquez pour accéder:  Concrétiser les avantages de la transition vers une croissance verte

    Pour opérer la transition vers une économie verte en s’appuyant sur les engagements internationaux en matière d’environnement et les politiques nationales, il faudra susciter des évolutions structurelles des modes de consommation et modifier les structures industrielles, processus qui entraînera un redéploiement des ressources dans et entre les pays. La Slovaquie devra mettre en place un cadre efficace pour la croissance verte afin de maximiser ses chances d’exploiter des sources de croissance plus propres et de profiter des possibilités de développer des secteurs, des technologies et des emplois nouveaux et respectueux de l’environnement. Elle devra pour cela s’attaquer aux externalités environnementales (en étoffant la fiscalité environnementale et en éliminant des subventions, par exemple) et améliorer les capacités d’adaptation de l’économie par l’éco-innovation. Des réformes sont nécessaires pour soutenir l’innovation et les dépenses de R-D, notamment en rendant plus efficient le soutien public à la R-D, en renforçant la protection des droits de propriété intellectuelle et en développant le marché du capital-risque. En outre, il conviendrait d’abaisser les barrières administratives à l’entrée sur le marché des produits, de stimuler la concurrence sur les marchés de l’énergie et dans les télécommunications et de réformer l’enseignement supérieur.

  • Ajouter à ma sélection