Études économiques de l'OCDE : Pays-Bas

Frequency :
Tous les 18 mois
ISSN :
1999-0375 (en ligne)
ISSN :
1995-3313 (imprimé)
DOI :
10.1787/19990375
Cacher / Voir l'abstract

Études économiques consacrées périodiquement par l'OCDE à l’économie des Pays-Bas. Chaque étude analyse les grands enjeux auxquels le pays fait face. Elle examine les perspectives à court terme et présente des recommandations détaillées à l’intention des décideurs politiques. Des chapitres thématiques analysent des enjeux spécifiques. Les tableaux et graphiques contiennent un large éventail de données statistiques.

Egalement disponible en: Anglais
 
Études économiques de l'OCDE : Pays-Bas 2002

Études économiques de l'OCDE : Pays-Bas 2002 You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002032e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pays-bas-2002_eco_surveys-nld-2002-fr
  • LIRE
Auteur(s):
OCDE
Date de publication :
28 mars 2002
Pages :
208
ISBN :
9789264293984 (PDF) ; 9789264291454 (imprimé)
DOI :
10.1787/eco_surveys-nld-2002-fr

Cacher / Voir l'abstract

L’édition 2002 de l'Étude économique consacrée aux Pays-Bas examine les développements récents, la politique et les perspectives économiques de ce pays. Elle comporte des chapitres consacrés aux moyens pour faire face au vieillissement de la population, à la croissance de la productivité et à la nouvelle économie.

Egalement disponible en: Anglais

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002032ec002.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pays-bas-2002/evaluation-et-recommandations_eco_surveys-nld-2002-2-fr
    • LIRE
    Évaluation et recommandations

    Après plusieurs années d’expansion économique rapide sans guère de tensions inflationnistes, la performance de l’économie néerlandaise s’est nettement dégradée depuis le début de l’année 2000. La croissance du PIB réel ne devrait être que d’environ 1½ pour cent en 2001, alors qu’elle était en moyenne proche de 4 pour cent sur la période 1997-2000. Le ralentissement de l’activité semble essentiellement imputable à des facteurs extérieurs, comme c’est habituellement le cas aux Pays-Bas. Mais sa rapide aggravation au début de 2001 donne à penser que le brusque fléchissement de la conjoncture aux États-Unis et l’effondrement des marchés boursiers mondiaux pourraient avoir directement affecté l’économie néerlandaise en ébranlant la confiance des ménages et des entreprises. Ces effets négatifs ont plus que compensé l’impact de la vaste réforme de l’impôt sur le revenu adoptée au début de l’année, qui a réduit le rôle des impôts directs au profit de celui des impôts indirects et donné un coup de fouet exceptionnel au revenu disponible. Mesurée par l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), l’inflation a commencé à s’élever rapidement en 2000 et s’est encore accélérée au début de 2001 du fait du relèvement du taux de la TVA et des écotaxes dans le cadre de la réforme fiscale. La hausse de l’IPCH semble avoir passé son point haut pour commencer à se ralentir, mais, à 5.0 pour cent (en glissement annuel) en octobre 2001, elle était encore l’une des plus fortes de la zone euro, et elle était également très élevée pour les Pays-Bas. L’inflation sous-jacente (non compris les produits alimentaires, l’énergie, les prélèvements de l’État et les impôts indirects) a augmenté moins fortement mais a néanmoins suivi une tendance ascendante pour atteindre près de 4 pour cent dans le courant de 2001, sous l’effet de la rapide augmentation des coûts de main-d’œuvre.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002032ec003.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pays-bas-2002/la-situation-conjoncturelle-s-est-profondement-modifiee_eco_surveys-nld-2002-3-fr
    • LIRE
    La situation conjoncturelle s'est profondement modifiée

    Les résultats macroéconomiques des Pays-Bas se sont nettement détériorés au cours des derniers trimestres. La croissance du PIB réel, qui accusait déjà une forte décélération avant les attentats de septembre, ne devrait être que de 1.4 pour cent en 2001 – contre une moyenne annuelle proche de 4 pour cent sur la période 1997-2000. Dans le même temps, la hausse de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) s’est très nettement accélérée, sous l’effet de facteurs extérieurs non récurrents, mais aussi en raison de l’alourdissement des coûts de main-d’œuvre. Bien que l’inflation ainsi mesurée semble avoir passé son point haut pour commencer à décroître, elle demeure la plus forte de la zone euro, et l’inflation tendancielle – c’est-à-dire non compris les produits alimentaires, l’énergie, les prélèvements de l’État et les impôts indirects – a, elle aussi, sensiblement progressé. De plus, le marché du travail ayant été très tendu pendant une longue période, les salaires et les coûts de main-d’œuvre se sont envolés et la position concurrentielle des Pays-Bas vis-à-vis de la zone euro et de leurs partenaires commerciaux dans leur ensemble devrait se dégrader nettement en 2001. Les perspectives sont extrêmement incertaines et pour l’instant plutôt sombres. Selon un scénario central plausible, quelques trimestres de croissance ralentie, accompagnées d’une inflation relativement forte des salaires et des prix et d’une aggravation du chômage seraient suivis par une reprise seulement timide à partir du second semestre de 2002. Le principal risque au plan interne est que la hausse des coûts salariaux reste trop forte.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002032ec004.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pays-bas-2002/politique-macroeconomique_eco_surveys-nld-2002-4-fr
    • LIRE
    Politique macroéconomique

    Les bons résultats économiques enregistrés par les Pays-Bas au cours du dernier cycle ont également été rendus possibles par un cadre solide de politique macroéconomique à moyen terme. La politique monétaire a visé à assurer la stabilité des prix, tandis que la politique budgétaire a permis de ramener les finances publiques sur une trajectoire viable à long terme, compte tenu des pressions budgétaires liées au vieillissement de la population. Dans la conjoncture actuelle, les principaux problèmes qui se posent à court terme sont dus à la conjonction d’un vif ralentissement de l’activité, d’un marché du travail tendu et d’un système de prestations sociales produisant des effets d’hystérèse. Comme la politique monétaire a son point d’ancrage dans la zone euro et que la politique budgétaire n’a pas un caractère interventionniste, il sera indispensable d’éviter que le processus d’ajustement aille trop loin, sous l’effet de revendications salariales tournées vers le passé. A cet égard, les autorités budgétaires doivent laisser les stabilisateurs automatiques jouer leur rôle et utiliser les effets incitatifs de la réforme fiscale.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002032ec005.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pays-bas-2002/la-croissance-de-la-productivite-et-la-nouvelle-economie_eco_surveys-nld-2002-5-fr
    • LIRE
    La croissance de la productivité et la nouvelle économie

    La croissance de la productivité, au même titre que l’emploi, est le moteur de l’augmentation du niveau de vie. En fait, pour le siècle qui s’ouvre, ce sera probablement le seul facteur contribuant à la hausse du niveau de vie, dans la mesure où du fait de l’évolution démographique, la population active devrait rester stable. Il est donc particulièrement important de veiller à ce que l’action des pouvoirs publics favorise une forte croissance de la productivité, notamment au moyen de la diffusion des technologies de l’information et des communications (TIC). Cette action devrait s’inscrire dans le cadre d’une vaste stratégie axée sur la croissance de la productivité, dans la ligne de ce que propose le projet de l’OCDE sur la croissance, prévoyant des mesures pour encourager l’esprit d’entreprise, accroître la flexibilité des marchés de capitaux et améliorer l’offre de capital humain. Ce chapitre est consacré à l’évolution de la croissance de la productivité, du point de vue plus particulièrement de la diffusion des TIC. Il évalue dans quelle mesure la « nouvelle économie » transparaît déjà dans les données et s’achève sur des propositions de réformes – extraites du projet de l’OCDE sur la croissance – parmi les plus susceptibles de faciliter une accélération de la croissance de la productivité.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002032ec006.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pays-bas-2002/reforme-structurelle_eco_surveys-nld-2002-6-fr
    • LIRE
    Réforme structurelle

    Jusqu’à la récente dégradation de leur situation macroéconomique, les Pays-Bas avaient connu près de deux décennies de croissance rapide quasi ininterrompue, avec relativement peu de tensions. Ce bon résultat traduisait sans nul doute des efforts de réforme structurelle amples et persistants visant les marchés du travail, des produits et des capitaux ainsi que le régime de sécurité sociale, qui se sont conjugués à des politiques macroéconomiques appropriées et à la modération des salaires42. En conséquence, la croissance de la production et la création d’emplois ont dépassé les moyennes de l’UE sans engendrer – jusqu’à ces derniers temps – de pressions inflationnistes majeures (tableau 13). En outre, le taux de chômage est tombé aux alentours de 2 pour cent, l’un des chiffres les plus bas parmi les pays Membres (voir au premier chapitre). Cependant, les Pays-Bas comptent toujours de très nombreux « inactifs », c’est-à-dire des personnes sans travail qui ne recherchent pas d’emploi et qui sont bénéficiaires de prestations sociales. Aussi, le nombre total des personnes d’âge actif « bénéficiaires de prestations et n’exerçant pas d’emploi » (inactifs plus chômeurs à la recherche d’un emploi) avoisine encore 1.5 million (équivalent temps plein), soit près de 20 pour cent de la population active correspondante. Cela explique en grande partie pourquoi le taux d’activité et le taux d’emploi (également en équivalents temps plein) sont toujours inférieurs à leurs niveaux du début des années 70, avant l’apparition du « mal néerlandais ». En d’autres termes, le cadre socioéconomique mis en place au début des années 80, souvent qualifié de « modèle néerlandais », a conduit à une reprise remarquable de l’activité économique en général, mais n’a pas encore engendré de baisse proportionnelle du nombre des « inactifs ».

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002032ec007.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pays-bas-2002/faire-face-au-vieillissement-de-la-population_eco_surveys-nld-2002-7-fr
    • LIRE
    Faire face au vieillissement de la population

    La population des Pays-Bas vieillit rapidement, comme celle des autres pays de l’OCDE. Le nombre des personnes âgées de 65 ans et plus par rapport à la population d’âge actif va doubler entre 2010 et 2030. Cela entraînera un ralentissement de la croissance économique et un accroissement des transferts de ressources au profit de la population âgée, d’où des tensions pour les systèmes de retraite et d’assurance maladie. Les Pays-Bas sont en meilleure situation que la plupart des autres pays de l’OCDE pour absorber ces tensions car ils sont dotés d’un important système de pensions professionnelles capitalisé. Cela réduit les pressions budgétaires liées au vieillissement de la population, bien que celles-ci demeurent fortes. En préfinançant les charges qui pèseront sur le budget, en améliorant la croissance de la productivité, en allongeant la durée de la vie active et en limitant l’accroissement des transferts au profit de la population retraitée, on réduirait l’impact économique du choc démographique. Ce type de réforme permettrait aussi de réduire l’exposition du système de pensions et, du fait de la déductibilité fiscale des cotisations de pension, du budget aux risques sur les marchés financiers. Ce chapitre examine le problème du vieillissement de la population aux Pays-Bas et passe en revue les possibilités qui s’offrent au gouvernement pour en atténuer les effets négatifs sur l’économie.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002032ec008.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pays-bas-2002/annexes_eco_surveys-nld-2002-8-fr
    • LIRE
    Annexes
  • Ajouter à ma sélection