Études économiques de l'OCDE : Indonésie

Français
Frequency
Irregular
ISSN : 
2221-1403 (en ligne)
ISSN : 
2221-139X (imprimé)
DOI : 
10.1787/22211403
Cacher / Voir l'abstract

Publié tous les deux ans, Études économiques de l'OCDE de l'Indonésie examinent récents développements, les politiques et les perspectives économiques. Des chapitres spéciaux portent sur des sujets d'intérêt courant.

Egalement disponible en Anglais
 
Études économiques de l'OCDE : Indonésie 2015

Dernière édition

Études économiques de l'OCDE : Indonésie 2015 You do not have access to this content

Français
Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1015082e.pdf
  • PDF
  • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/102015082f1.epub
  • ePUB
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-indonesie-2015_eco_surveys-idn-2015-fr
  • LIRE
Auteur(s):
OECD
03 mars 2016
Pages :
152
ISBN :
9789264230279 (EPUB) ; 9789264229846 (PDF) ;9789264229839(imprimé)
DOI : 
10.1787/eco_surveys-idn-2015-fr

Cacher / Voir l'abstract

L'Étude économique de l'OCDE pour l'Indonésie 2015 examine les récents développements économiques, politiques, et les perspectives et jette un regard plus détaillé sur la croissance inclusive et durable ; et les ressources naturelles.

Egalement disponible en Anglais
loader image

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Statistiques de base de l'Indonésie, 2013

    Cette Étude est publiée sous la responsabilité du Comité d’examen des situations économiques et des problèmes de développement (EDR), qui est chargé de l’examen de la situation des pays.

  • Résumé

    Enjeux de la politique macroéconomique. L’économie indonésienne a été exceptionnellement performante durant toute la décennie qui a suivi la crise asiatique, aidée en cela par un cadre macroéconomique prudent et par les solides réformes stratégiques alors engagées, dont les effets positifs continuent de se faire sentir. Cela étant, la croissance a marqué le pas ces dernières années, à la suite du tassement de la demande internationale et de la modeste croissance des investissements découlant de la baisse des prix des matières premières, mais aussi de l’aggravation des incertitudes relatives à la réglementation et de l’existence de goulets d’étranglement au niveau des infrastructures.

  • Évaluation et recommandations

    L’Indonésie a bénéficié d’une croissance vigoureuse et stable au cours de la quinzaine d’années qui a suivi la crise asiatique (tableau 1). Cette performance a été rendue possible, dans une large mesure, par les réformes des politiques publiques engagées durant cette période, notamment la mise en place d’un solide cadre macroéconomique. La croissance a été largement stimulée par la demande intérieure, la consommation des ménages constituant en particulier un fondement ferme et solide. Les conditions prévalant sur le marché du travail se sont améliorées et ces progrès, conjugués à l’efficacité accrue des programmes de réduction de la pauvreté, ont contribué à consolider les revenus et la confiance des ménages. Le secteur extérieur a également joué un rôle important, notamment en raison de la demande mondiale d’exportations de produits de base. Le rythme des réformes a ralenti, ce qui peut en partie expliquer la récente décélération de la croissance de la production.

  • Progrès des réformes structurelles

    La présente annexe examine les progrès réalisés dans le domaine de la réforme structurelle sur la base des recommandations formulées dans l’Étude économique de 2012.

  • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Chapitres thématiques

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Des politiques en faveur d'une croissance inclusive et durable

      L’Indonésie a obtenu de très bons résultats en matière de réduction de la pauvreté, dont l’incidence a été divisée par deux au cours des vingt dernières années. Néanmoins, presque 30 millions d’Indonésiens vivent toujours en dessous du seuil national de pauvreté, dont la majorité dans des zones rurales et dans certaines provinces. Pour qu’il soit possible de continuer à aider ces populations à sortir de la pauvreté et de la vulnérabilité économique, l’action publique doit viser en priorité à susciter une croissance forte, inclusive et durable. L’instauration d’une croissance favorable aux pauvres peut rendre plus aisé le processus de convergence économique en facilitant le redéploiement des travailleurs du secteur agricole, à faible productivité, vers l’industrie et les services. Pour autant qu’elle mette en place les fondamentaux adéquats, comme un système éducatif bien conçu et inclusif, des infrastructures efficientes et un environnement macroéconomique stable, l’Indonésie aura devant elle des décennies de forte croissance en vertu de la convergence économique avec les pays frontières. Une telle évolution a le potentiel d’aider des millions de personnes à sortir de la pauvreté sans accentuer les inégalités de revenus. De plus, l’Indonésie sera ainsi bien placée pour aborder la phase suivante, celle de la croissance tirée par l’innovation,lui permettant ainsi de se hisser aux rangs des pays à haut revenu. Par ailleurs, les programmes existants de réduction de la pauvreté sont devenus de plus en plus efficaces, mais des ressources supplémentaires sont nécessaires, et l’efficacité pourrait être encore améliorée, notamment grâce à un meilleur ciblage. La distribution des revenus est devenue sensiblement plus inégale au cours de la dernière décennie et il conviendra de ne pas perdre cet élément de vue lors de la formulation des politiques en faveur de la croissance.

    • Exploiter au mieux les ressources naturelles

      L’Indonésie dispose de ressources naturelles abondantes, mais leur exploitation est rendue difficile par la géographique particulière du pays qui se conjugue au manque d’infrastructures de transport. De plus, l’absence d’investissement, le protectionnisme et la complexité de l’environnement réglementaire sont autant de facteurs qui empêchent ce secteur d’atteindre son plein potentiel. L’agriculture pâtit de la faiblesse de la productivité, du sous-investissement, des incertitudes entourant les droits de propriété des terres, de réglementations commerciales peu judicieuses, de mesures inadéquates de soutien aux produits de première nécessité et de restrictions sur les participations étrangères. La productivité des agriculteurs indonésiens pourrait être stimulée par différentes mesures visant à encourager la diversification des cultures, favoriser la coopération entre les petits propriétaires et les grandes exploitations et alléger les contraintes pesant sur l’investissement étranger. Les combustibles fossiles ont pris une place centrale dans la politique énergétique de l’Indonésie et représentent aujourd’hui sa principale source de revenus d’exportation. La montée des préoccupations environnementales, au plan intérieur comme international, qui vient s’ajouter à la diminution des prix du charbon et à la révolution en cours liée au gaz de schiste, appellent à s’interroger sur la viabilité d’unetelle stratégie. L’Indonésie pourrait accroître son efficacité énergétique et continuer à développer le gaz pour combler le déficit jusqu’à pouvoir disposer de suffisamment d’énergies renouvelables, notamment géothermique. Le contrôle de l’industrie pétrolière exercé par l’État via l’entreprise publique Pertamina devrait être progressivement réduit. Clarifier, rationaliser et simplifier la réglementation dans les secteurs de l’énergie et des minéraux, en particulier du point de vue des droits fonciers et du traitement terrestre, et lever les restrictions pesant sur les participations étrangères contribueront à attirer les investissements si nécessaires. Les pressions exercées sur l’environnement par l’exploitation des ressources naturelles devraient être allégées par une augmentation de la part du gaz et des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique, par une définition adéquate des droits de propriété et des réglementations relatives aux terrains boisés et par la mise en place d’un prix implicite du carbone positif. Il conviendrait de consacrer des ressources plus importantes à la lutte contre les exploitations minières et la déforestation illégales.

    • Ajouter à ma sélection
 
Visit the OECD web site