Études économiques de l'OCDE : Estonie

Frequency :
Irrégulier
ISSN :
2221-2280 (en ligne)
ISSN :
2221-2272 (imprimé)
DOI :
10.1787/22212280
Cacher / Voir l'abstract

Études économiques consacrées périodiquement par l'OCDE à l’économie de l’Estonie. Chaque étude analyse les grands enjeux auxquels le pays fait face. Elle examine les perspectives à court terme et présente des recommandations détaillées à l’intention des décideurs politiques. Des chapitres thématiques analysent des enjeux spécifiques. Les tableaux et graphiques contiennent un large éventail de données statistiques.

Egalement disponible en: Anglais
 
Études économiques de l'OCDE : Estonie 2009

Études économiques de l'OCDE : Estonie 2009 You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1009032e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-estonie-2009_eco_surveys-est-2009-fr
  • LIRE
Auteur(s):
OCDE
Date de publication :
17 déc 2010
Pages :
158
ISBN :
9789264054721 (PDF) ; 9789264060012 (imprimé)
DOI :
10.1787/eco_surveys-est-2009-fr

Cacher / Voir l'abstract

La croissance de l’Estonie a été plus rapide que celle de la plupart des économies émergentes de l’année 2000 à 2007 mais le pays est maintnant confronté à une sévère récession. La première étude économique de l’Estonie aborde les thèmes suivants :  le retour à une croissance durable, la politique budgétaire,  la réforme du marché du travail, la politique du logement et l’environnement de l’entreprise.

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1009032ec001.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-estonie-2009/statistiques-de-base-de-l-estonie-2007_eco_surveys-est-2009-1-fr
    • LIRE
    Statistiques de base de l'estonie, 2007
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1009032ec002.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-estonie-2009/resume_eco_surveys-est-2009-2-fr
    • LIRE
    Résumé
    L’Estonie a connu durant la période 2000-07 une croissance plus forte que la plupart des économies de marché émergentes, mais elle subit actuellement une grave récession. Bien que le retournement initial de la croissance de son PIB soit dû à un effondrement de la demande intérieure, l’Estonie est également fragilisée à l’heure actuelle par un choc extérieur. Le déficit de balance courante s’est réduit, mais une nouvelle contraction du crédit pourrait accentuer ou prolonger la baisse de la production. L’enjeu primordial pour les responsables de la politique économique est donc de ramener rapidement l’économie sur une trajectoire de croissance tendancielle, action complexe en raison des engagements pris dans le passé. La présente Étude formule à cet effet les recommandations suivantes :
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1009032ec003.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-estonie-2009/evaluation-et-recommandations_eco_surveys-est-2009-3-fr
    • LIRE
    Évaluation et recommandations
    Entre 2000 et 2007, l’économie estonienne a connu l’un des plus forts taux de croissance parmi les économies de marchés émergentes et, jusqu’en 2005, une faible inflation. Mais, ces dernières années, le principal moteur de la demande intérieure a été la nette progression de l’investissement dans le logement, à la faveur d’une forte croissance escomptée du revenu et d’importantes entrées de capitaux, d’un crédit bon marché et d’une série d’avantages fiscaux. Le durcissement des conditions de crédit du fait de la grave crise financière internationale, la baisse des prix immobiliers et le brusque retournement de la confiance des consommateurs ont mis fin à l’expansion de la demande intérieure, celle-ci se contractant depuis le milieu de 2008. La politique budgétaire, proconjoncturelle, a elle aussi un effet négatif. De plus, la forte hausse des salaires en termes réels a affaibli la compétitivité extérieure de l’Estonie.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1009032ec004.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-estonie-2009/l-enjeu-primordial_eco_surveys-est-2009-4-fr
    • LIRE
    L'enjeu primordial
    Jamais l’Estonie n’a connu une situation économique aussi délicate depuis le début des années 90. La surchauffe, en particulier dans l’immobilier et la construction, a été financée par une rapide progression du crédit, à la faveur essentiellement de prêts à taux d’intérêt variable et en monnaies étrangères. La croissance, qui a surtout concerné la demande intérieure, a été également alimentée par de fortes hausses des salaires. Avec ses déficits de balance courante qui atteignent des niveaux élevés et non viables, l’Estonie est exposée à un risque de brusque retournement de la confiance des investisseurs dans le contexte de la crise financière mondiale. Le ralentissement de l’activité perdure, et le principal défi sera d’amorcer une reprise et de faire en sorte que l’économie renoue avec son potentiel de croissance. La politique macroéconomique comporte un biais procyclique et le marché du travail est régi par une législation qui conserve de nombreux éléments de l’ère soviétique. Les possibilités d’action macroéconomique sont limitées par le régime actuel de caisse d’émission monétaire, et les chocs que subit l’économie estonienne, de même que ses cycles conjoncturels, sont peu synchronisés avec ceux de la zone euro; par conséquent, une politique budgétaire anticyclique et une économie flexible sont cruciales. La première Étude économique de l’Estonie réalisée par l’OCDE est consacrée à ces questions, et plus particulièrement aux aspects suivants : i) modifier le cadre budgétaire pour accroître le rôle anticyclique de la politique budgétaire ; ii) réduire les distorsions sur le marché du logement tout en renforçant la stabilité financière ; iii) faire en sorte que le marché du travail soit plus flexible et moins segmenté; iv) améliorer l’environnement des entreprises pour stimuler la productivité.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1009032ec005.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-estonie-2009/eliminer-le-biais-proconjoncturel-de-la-politique-budgetaire_eco_surveys-est-2009-5-fr
    • LIRE
    Éliminer le biais proconjoncturel de la politique budgétaire
    La grave récession et la forte variabilité de la production, dans un régime de caisse d’émission, soulignent l’importance d’une politique budgétaire bien conçue pour aider à atténuer les chocs. Étant donné que la politique budgétaire de l’Estonie exerce aujourd’hui un biais proconjoncturel, le principal enjeu est de renforcer progressivement son rôle anticyclique sans en compromettre la viabilité. Le gouvernement pourrait atteindre cet objectif en modifiant la règle d’équilibre budgétaire annuel et chercher plutôt à équilibrer les comptes sur le cycle tout en laissant les stabilisateurs automatiques réagir librement aux fluctuations à court terme. L’objectif fixé pour le déficit, accompagné d’une règle en matière de dépenses qui s’inscrirait dans le cadre budgétaire à moyen terme, favoriserait la viabilité et l’efficience des dépenses publiques. Pour renforcer la crédibilité du cadre ainsi modifié, il faudrait réserver les mesures discrétionnaires aux problèmes structurels à plus long terme. En réponse à l’incertitude de l’estimation de l’excédent structurel, on pourrait mettre en place un mécanisme de reprise partielle par l’impôt des dépassements de dépenses ou de dette. Ces modifications auraient pour conséquence importante le développement d’un marché des fonds d’État, lequel pourrait aussi servir de référence pour les marchés financiers.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1009032ec006.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-estonie-2009/renforcer-la-stabilite-financiere-tout-en-reduisant-les-distorsions-sur-le-marche-du-logement_eco_surveys-est-2009-6-fr
    • LIRE
    Renforcer la stabilité financière tout en réduisant les distorsions sur le marché du logement
    À la suite de son adhésion à l’Union européenne, l’Estonie a connu une expansion financée par le crédit. Cette forte expansion s’est caractérisée par un surinvestissement dans les secteurs de l’immobilier et de la construction, surinvestissement alimenté par une croissance vigoureuse des prêts au logement, en particulier des crédits à taux variable et libellés en devises. Aujourd’hui, ces secteurs subissent un retournement de tendance qui a déjà affecté l’activité économique globale. Comme ces deux marchés sont étroitement liés, les problèmes de l’un risquent de se propager à l’autre. Jusqu’ici, les risques se sont surtout diffusés du marché du logement vers le secteur financier. Pour l’essentiel en effet, le gonflement rapide des crédits a porté sur des prêts hypothécaires qui souffrent désormais d’une multiplication des défaillances. Parallèlement, le durcissement des conditions d’emprunt a freiné la demande de logements. Ces derniers temps, la crise financière mondiale a entraîné une pénurie de crédit et exacerbé encore le ralentissement. En l’état actuel des choses, une coopération est nécessaire entre autorités de tutelle financière de la région afin d’atténuer les risques pesant sur la stabilité financière et la volatilité de l’activité dans les secteurs du logement et de la construction. À plus longue échéance, la stabilité financière pourrait être renforcée en améliorant la culture financière des ménages, notamment en ce qui concerne les risques inhérents à un recours important à l’emprunt et aux prêts à taux variables. On pourrait encourager le développement des formules à taux fixe par le biais de la surveillance exercée par la Banque d’Estonie et l’Autorité de surveillance financière, de sorte que les banques commerciales tarifient convenablement les risques de crédit. De plus, il conviendrait de passer à moyen terme à un système de crédit hypothécaire assorti d’un mécanisme de titrisation. Une remise à plat soigneuse des incitations budgétaires et autres mesures relatives au logement pourrait améliorer l’allocation de ressources et accroître la mobilité de la main-d’oeuvre.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1009032ec007.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-estonie-2009/flexibiliser-et-decloisonner-le-marche-du-travail_eco_surveys-est-2009-7-fr
    • LIRE
    Flexibiliser et décloisonner le marché du travail
    Ces dernières années, le marché du travail estonien était caractérisé par une progression de l’emploi, un recul du chômage et des pénuries de main-d’oeuvre et de qualifications qui ont contribué à une forte hausse des salaires. La productivité du travail a augmenté rapidement, mais son niveau reste faible. Si la situation sur le marché du travail s’est globalement améliorée, des différences subsistent entre groupes ethniques, régions et niveaux de qualification. Avec l’entrée de l’Estonie en récession en 2008, le chômage est passé de 4 % au deuxième trimestre à 7.6 % au quatrième trimestre, et il semble devoir continuer de s’accroître en 2009 et 2010. Une plus grande flexibilité du marché du travail sera un mécanisme d’ajustement indispensable au cours de la récession actuelle et sur le moyen terme pour permettre à l’Estonie de devenir une économie du savoir. Le présent chapitre porte sur les aspects suivants : i) suppression des obstacles qui empêchent une réaffectation des travailleurs à des emplois plus productifs ; et ii) une meilleure intégration des personnes de souche non estonienne et des travailleurs étrangers dans le marché du travail.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1009032ec008.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-estonie-2009/ameliorer-l-environnement-de-l-entreprise-pour-stimuler-la-productivite_eco_surveys-est-2009-8-fr
    • LIRE
    Améliorer l'environnement de l'entreprise pour stimuler la productivité
    L’Estonie a rapidement mis en place une économie de marché moderne. On estime aujourd’hui que le pays jouit de l’une des économies les plus ouvertes et concurrentielles du monde. Le dynamisme de l’environnement dans lequel opèrent les entreprises se retrouve dans des taux de création d’entreprises et d’emplois qui dépassent ceux d’autres économies de marché européennes émergentes, ainsi que dans l’ampleur des entrées d’investissement direct étranger. L’Estonie se classe avantageusement en ce qui concerne le développement des réseaux TIC, avec notamment une administration électronique au fonctionnement bien rodé. Néanmoins, la part de la production imputable aux secteurs de haute technologie et à forte intensité de savoir est relativement faible, et la croissance de la place des produits de haute technologie dans les exportations a marqué le pas, même avant la récession. Si l’Estonie veut se muer en économie fondée sur la connaissance, elle doit orienter sa production vers des secteurs à forte intensité de savoir, et ce sont les gains de productivité nés de l’innovation qui devront tirer la croissance future. L’indicateur de réglementation des marchés de produits (RMP) de 2007 confirme les progrès réalisés globalement par le pays en matière de réformes de la réglementation propices à la concurrence. Il conviendrait maintenant de lever les obstacles résiduels en élargissant le champ de la concurrence dans les industries de réseaux et, notamment, dans le secteur de l’électricité.
  • Ajouter à ma sélection