Études économiques de l'OCDE : Canada

Frequency :
Tous les 18 mois
ISSN :
1999-009X (en ligne)
ISSN :
1995-3038 (imprimé)
DOI :
10.1787/1999009x
Cacher / Voir l'abstract

Études économiques consacrées périodiquement par l'OCDE à l’économie du Canada. Chaque étude analyse les grands enjeux auxquels le pays fait face. Elle examine les perspectives à court terme et présente des recommandations détaillées à l’intention des décideurs politiques. Des chapitres thématiques analysent des enjeux spécifiques. Les tableaux et graphiques contiennent un large éventail de données statistiques.

Egalement disponible en: Anglais
 
Études économiques de l'OCDE : Canada 2006

Études économiques de l'OCDE : Canada 2006 You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
Auteur(s):
OCDE
Date de publication :
02 août 2006
Pages :
162
ISBN :
9789264025288 (PDF) ; 9789264025271 (imprimé)
DOI :
10.1787/eco_surveys-can-2006-fr

Cacher / Voir l'abstract

Dans l’édition 2006 de son étude de l’économie du Canada, l’OCDE constate que les performances économiques de ce pays sont excellentes mais qu’il devrait veiller, pour les conforter, à améliorer sa productivité et à garantir la pérennité de ses politiques de protection sociale. Après avoir passé en revue les évolutions économiques récentes, l’étude examine les différents éléments de l’environnement des entreprises, notamment la fiscalité, la concurrence sur les marchés de produits et les marchés financiers. Elle fait le point sur la situation de l’innovation et la stratégie suivie par le Canada dans ce domaine et considère les moyens de stimuler l’innovation pour améliorer les performances économiques. Le chapitre consacré à la politique budgétaire signale la nécessité de moderniser les mécanismes de péréquation prévus par les accords conclus entre l’Etat fédéral et les Provinces et note que l’administration fédérale devrait cesser de tenter d’empiéter sur les domaines de compétence des Provinces. Le dernier chapitre présente une étude détaillée des programmes de protection sociale.

Egalement disponible en: Anglais

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder:  Couverture et table des matières
  • Cliquez pour accéder:  Évaluation et recommandations
    L’économie canadienne a continué d’afficher d’excellents résultats sur presque tous les fronts. La croissance de la production et de l’emploi a été robuste, tandis que le taux de chômage est tombé à son plus bas niveau depuis 1974. L’inflation reste aisément maîtrisée, et les soldes des administrations publiques et des opérations courantes sont excédentaires. Dans l’ensemble, les Canadiens bénéficient d’un niveau de vie parmi les plus élevés de la zone OCDE, résultat qui traduit l’effet d’une bonne gestion macroéconomique et des réformes structurelles mises en place. Mais en dépit de tous ces aspects positifs, la croissance de la productivité horaire dans le secteur des entreprises est faible depuis quelques années, même si elle a affiché une vive reprise en 2005...
  • Cliquez pour accéder:  Gérer les défis à venir
    L’économie canadienne s’est montrée performante ces dernières années, et son retard sur les États-Unis en termes de PIB par habitant s’est réduit, correction faite des gains sur les termes de l’échange. Toutefois, un certain nombre de défis se présentent à terme. Le vieillissement rapide de la population devrait affecter la taille de la population active et peser sur les finances publiques en raison d’un gonflement des dépenses en soins aux personnes âgées et en soins de santé. Les taux d’emploi étant déjà élevés, une amélioration de la productivité sera décisive pour réaliser des gains de prospérité durables. En outre, il importera de veiller à ce que les structures budgétaires fédérales et provinciales ainsi que les politiques sociales s’inscrivent sur une trajectoire soutenable.
  • Cliquez pour accéder:  Améliorer l'environnement des entreprises
    Le présent chapitre passe en revue les politiques influant sur l’environnement des entreprises au Canada et examine les mesures que l’administration fédérale et les administrations provinciales et territoriales pourraient prendre pour établir des règles du jeu plus équitables permettant aux entreprises de se concurrencer mais aussi de se montrer plus compétitives au niveau mondial en optimisant les débouchés. Plusieurs problèmes doivent être résolus. Le niveau élevé des taux marginaux effectifs d’imposition sur le capital freine les nouveaux investissements et conduit aussi à des déficiences dans l’allocation des ressources. La concurrence sur les marchés de produits serait tonifiée par la libéralisation des marchés de l’électricité ; la levée des restrictions à l’investissement étranger direct dans les télécommunications, la radiodiffusion et les transports; le démantèlement des obstacles interprovinciaux dans le secteur des services ; et la réduction des certifications professionnelles. Les systèmes de régulation de l’offre dans l’agriculture devraient être remplacés par des marchés ouverts et les aides industrielles devraient être réduites le plus possible. Les subventions croisées de l’assurance-chômage doivent faire l’objet d’un examen. La réglementation des activités bancaires et des valeurs mobilières devrait viser à une plus grande diversification et intégration des marchés, en permettant les regroupements, en assurant une concurrence efficace grâce à l’entrée de banques étrangères et en constituant un marché unique des valeurs mobilières.
  • Cliquez pour accéder:  Innovation et performance économique
    L’innovation joue un rôle clé dans le progrès économique et l’élévation du niveau de vie. Le point essentiel pour encourager l’innovation est d’instaurer des conditionscadres propices à l’épanouissement des entreprises. Ce chapitre examine les aspects les plus spécifiques de l’innovation au Canada, en vue de déterminer quelles améliorations pourraient être apportées aux politiques publiques. Sont d’abord étudiées les performances canadiennes en matière d’innovation, relativement bonnes sur le front des produits mais moins satisfaisantes en ce qui concerne les procédés. La stratégie d’innovation du pays est axée sur le savoir, les compétences, le milieu de l’innovation et l’innovation dans les collectivités. Les activités publiques de recherche-développement (R-D) doivent être régies par une stratégie intégrée, alors que les généreux crédits d’impôt accordés aux entreprises pour la R-D doivent être réexaminés. Une plus grande attention est accordée actuellement à la commercialisation de la R-D. Une main-d’oeuvre qualifiée et talentueuse contribue à la diffusion de l’innovation dans l’économie, mais si le Canada dispose de suffisamment de scientifiques pour satisfaire la demande actuelle, il manque d’individus dotés de compétences en gestion, commercialisation et autres domaines liés aux affaires. Les pouvoirs publics favoriseraient également la diffusion de l’innovation en relevant les niveaux généraux de littératie et de compétences nécessaires à la vie courante. Des dispositifs de cofinancement judicieusement conçus encourageraient les individus à prendre part aux programmes d’éducation et de formation des adultes. Enfin, le marché du capital risque fonctionnerait mieux si les avantages fiscaux accordés aux sociétés à capital de risque de travailleurs étaient supprimés.
  • Cliquez pour accéder:  Adapter le cadre de politique budgétaire et les arrangements financiers dans la Fédération
    Le présent chapitre examine la soutenabilité des arrangements financiers au sein de la Fédération canadienne. Les résultats budgétaires sont actuellement parmi les meilleurs de l’OCDE, mais certaines améliorations du cadre budgétaire, tant à l’échelon fédéral qu’à celui des provinces, pourraient aider à préparer l’économie à faire face plus aisément aux difficultés à long terme qu’entraînera l’augmentation des dépenses au titre de la santé et des soins de longue durée. Par ailleurs, des prévisions à long terme au niveau des administrations publiques aideront à vérifier si les politiques actuelles sont compatibles avec les besoins futurs du Canada. La Fédération a, jusqu’à présent, atteint son objectif et s’est assuré que les provinces et territoires disposent de revenus suffisant pour délivrer des services publics comparables à niveau de taxation similaire. Cependant, les arrangements en vigueur entre les administrations fédérale et provinciales ne seront peut-être pas viables à moyen terme. Il y aurait avantage à simplifier le système de transferts et à renforcer la responsabilité des divers niveaux d’administration. De plus, le système actuel de péréquation a besoin d’être adapté à l’évolution structurelle en cours et à l’importance grandissante du secteur de l’énergie.      
  • Cliquez pour accéder:  Politiques sociales
    Le présent chapitre fait le point des réformes récemment mises en oeuvre dans le but d’améliorer la structure des politiques sociales au Canada et propose de nouveaux ajustements destinés à en accroître l’efficience. Il conviendrait de revoir la conception des politiques familiales afin d’en réduire les effets désincitatifs sur l’exercice d’une activité professionnelle, notamment au bas de l’échelle des salaires. Les programmes sociaux, qui privilégient les interventions à court terme, doivent davantage être axés sur l’amélioration des qualifications grâce à une formation de qualité. L’inclusion sociale et économique de la population autochtone et des immigrés récents pourrait être accélérée par des mesures individualisées, tandis que les programmes en faveur des enfants défavorisés et des familles à risque pourraient encore être développés. L’accès des jeunes enfants à l’enseignement préscolaire et aux services de garde pourrait être facilité, en particulier dans le cas des familles à faible revenu. À mesure que la population vieillit, il sera également utile de faire en sorte que les travailleurs âgés puissent plus facilement continuer d’exercer une activité.       
  • Ajouter à ma sélection