Études du Centre de Développement

OECD Development Centre

Français
ISSN : 
1990-0309 (en ligne)
ISSN : 
1563-4310 (imprimé)
http://dx.doi.org/10.1787/19900309
Cacher / Voir l'abstract

Série d’études du Centre de développement de l´OCDE qui analysent les enjeux du développement en retenant des cas particuliers dans certains pays. Cette série cite les ouvrages d’Angus Maddison qui présentent des historiques à long-terme des estimations du PIB pour différentes régions du monde.

Egalement disponible en Anglais, Espagnol
 
L'économie chinoise: Une perspective historique, 960-2030 AD, Deuxième édition, révisée et mise à jour

L'économie chinoise: Une perspective historique, 960-2030 AD, Deuxième édition, révisée et mise à jour You do not have access to this content

OECD Development Centre

Français
Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4107092e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/l-economie-chinoise-une-perspective-historique-960-2030-ad-deuxieme-edition-revisee-et-mise-a-jour_9789264037656-fr
  • LIRE
Auteur(s):
Angus Maddison
13 nov 2007
Pages :
214
ISBN :
9789264037656 (PDF) ;9789264037649(imprimé)
http://dx.doi.org/10.1787/9789264037656-fr

Cacher / Voir l'abstract

L’étude réévalue la portée et le sens du renouveau de la Chine depuis une cinquantaine d’années, en se servant de techniques quantitatives couramment utilisées dans les pays de l’OCDE. À partir d’une approche comparative, l’auteur explique pour quelles raisons le rôle de la Chine dans l’économie mondiale a fluctué aussi fortement au cours du dernier millénaire. Il conclut que la Chine devrait retrouver en 2015 la place de première économie mondiale qui lui revient naturellement et qu’elle a occupé jusqu’en 1890. Chaque tableau et graphique comporte un lien dynamique (StatLink) vers une page Web qui met à la disposition de l’utilisateur les données correspondantes en format Excel®. À l’exception de l’appendice A, cette édition a été révisée et mise à jour et le chapitre 4 est nouveau.
Egalement disponible en Anglais
loader image

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Croissance intensive et extensive à l'époque de la Chine impériale
    L’analyse de la croissance économique est généralement centrée sur le XIXe et le XXe siècles, tous deux marqués par des progrès économiques sans précédent. Les époques antérieures ont été beaucoup moins étudiées car les avancées économiques étaient tout au mieux très lentes et qu’il est difficile, voire impossible, de les quantifier.
  • Le déclin économique et l'humiliation extérieure, 1820–1949
    La dynastie Qing obtint des résultats excellents au regard de ses propres objectifs de la fin du XVIIe siècle au début du XIXe siècle. Entre 1700 et 1820, la population chinoise est passée de 138 à 381 millions d’habitants – soit une progression près de huit et deux fois plus rapide qu’au Japon et en Europe respectivement. Les niveaux de vie n’ont aucunement pâti de cette poussée démographique. Le PIB chinois a augmenté plus rapidement que celui de l’Europe au XVIIIe siècle, lequel avait pourtant progressé d’un quart.
  • La dynamique du développement dans la Chine nouvelle
    La création de la République populaire entraîna un brusque changement dans l’élite politique et le mode de gouvernance du pays. Le contrôle exercé par les autorités centrales se fit bien plus important qu’à l’époque de la dynastie Qing ou du KMT. Il s’étendait aux derniers échelons de l’appareil de l’État, aux lieux de travail, aux exploitations agricoles et aux foyers. Le parti, extrêmement discipliné, a maintenu une surveillance de chaque instant sur la machine administrative régulière. L’armée a été étroitement intégrée au système. La propagande politique et idéologique était diffusée par des mouvements de masse contrôlés par le parti. Les intérêts des propriétaires terriens et des capitalistes nationaux et étrangers disparurent avec la suppression de la propriété privée. La Chine devint une économie dirigée calquée sur le modèle soviétique. Après un siècle de capitulations et de soumission aux incursions et aux agressions étrangères, le nouveau régime s’attacha à défendre avec une énergie farouche l’intégrité nationale de la Chine, acceptant l’idée de fonctionner en n’entretenant que des liens minimaux avec l’économie mondiale.
  • L'avenir de la Chine et de l'économie mondiale, 2003–30 : enjeux et perspectives
    Grâce à des politiques efficaces, le revenu par habitant chinois a progressé de 6.6 pour cent l’an entre 1978 et 2003 – soit plus vite que dans n’importe quel autre pays d’Asie, bien mieux qu’aux États– Unis et en Europe occidentale (1.8 pour cent) et quatre fois plus vite que la moyenne mondiale. Le PIB par habitant est lui passé de 22 à 63 pour cent de la moyenne mondiale, et la contribution de la Chine au PIB mondial de 5 à 15 pour cent. La Chine est devenue la deuxième puissance économique du monde, derrière les États–Unis. En 1998, alors que la plupart des pays d’Asie de l’Est étaient frappés par une crise de change et une récession profonde, la Chine a été relativement épargnée1. Si l’on se fie à nos hypothèses, plutôt prudentes, la Chine devrait devenir la première économie mondiale en termes de PIB, devant les États–Unis, avant 2015 ou juste après. En 2030, elle devrait représenter un quart du PIB mondial, avec un revenu par habitant supérieur d’un tiers environ à la moyenne mondiale. Son influence sur la santé de l’économie mondiale et son poids géopolitique seront sans aucun doute plus importants en 2030 qu’en 2003.
  • Appendices A à F
  • Ajouter à ma sélection
 
Visit the OECD web site