Financer le développement 2008
Cacher / Voir l'abstract

Financer le développement 2008

Appropriation ?

L’aide ne saurait à elle seule financer le développement, c’est pourquoi il est essentiel de trouver de nouvelles sources de financement. L’apparition d’une multitude de nouveaux instruments et canaux est une bonne nouvelle pour les pays en développement mais elle pose aussi des problèmes. Les auteurs de cet ouvrage stimulant analysent le contexte nouveau du financement international du développement en se plaçant dans une perspective globale ainsi que du point de vue des pays en développement. Il ressort de leur réflexion un large éventail de conséquences tant pour les donneurs que pour les bénéficiaires. Dans une présentation aisément compréhensible, cet ouvrage fournit des recommandations sur les mécanismes novateurs, l’utilisation des dons et des prêts dans le cadre du financement international et les difficultés qu’il y a à gérer la complexité des flux financiers au niveau des pays.
Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4108022e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/financer-le-developpement-2008_9789264046757-fr
  • LIRE
Date de publication :
21 mai 2008
DOI :
10.1787/9789264046757-fr
 
Chapitre
 

Étendre l'appropriation pour le développement You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4108022ec002.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/financer-le-developpement-2008/etendre-l-appropriation-pour-le-developpement_9789264046757-2-fr
  • LIRE
Auteur(s):
Felix Zimmermann, Ida McDonnell
Pages :
17–39
DOI :
10.1787/9789264046757-2-fr

Cacher / Voir l'abstract

La déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide a énoncé en 2005 cinq principes clés, dont le premier est l’« appropriation ». L’appropriation suppose que le pays bénéficiaire de l’aide contrôle les stratégies et les politiques de développement qu’elle finance. Pourtant, la concrétisation de ce principe s’est révélée à la fois délicate et discutable, prise en tenailles entre le besoin des bailleurs de fonds de s’assurer que l’argent public est dépensé à bon escient et les demandes des pays bénéficiaires de décider eux-mêmes de leurs politiques. Les débats sont dominés par les questions de conditionnalité, de production de savoirs, d’application à la société tout entière, et d’efficacité du suivi. Ce chapitre avance plusieurs recommandations pour les résoudre.
Egalement disponible en: Anglais