Coopération pour le Développement : Rapport

Frequency :
Annuel
ISSN :
2074-7748 (en ligne)
ISSN :
2074-7756 (imprimé)
DOI :
10.1787/20747748
Prochaine édition: 15 déc 2014
Cacher / Voir l'abstract

Rapport annuel du Président du Comité d’aide au développement de l’OCDE, qui présente des statistiques détaillées sur les programmes d’aide extérieure de chacun des membres, une analyse de ces programmes, ainsi qu’une description générale des évolutions et des questions qui font débat au sein de la communauté du développement.

Egalement disponible en: Anglais, Allemand
 
Coopération pour le développement 2013

Dernière édition

Coopération pour le développement 2013

Mettre fin à la pauvreté You or your institution have access to this content

Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/00/01/index.html
  • WEB
  • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013_dcr-2013-fr
  • LIRE
Auteur(s):
OCDE
Date de publication :
05 déc 2013
Pages :
332
ISBN :
9789264203556 (PDF) ; 9789264203563 (HTML) ; 9789264203532 (imprimé)
DOI :
10.1787/dcr-2013-fr

Cacher / Voir l'abstract

Le rapport Coopération pour le développement (RCD) 2013 vise à fournir des pistes de réflexion sur la façon d'accomplir des progrès rapides et durables dans la lutte contre la pauvreté mondiale. Le monde est sur la bonne voie pour réaliser l'objectif du Millénaire pour le développement (OMD) de réduire de moitié la proportion de la population dont le revenu est inférieur à 1,25 dollar par jour. Nous sommes néanmoins loin de réaliser l'objectif global d'éradication de l'extrême pauvreté et de la faim. Nous avons tiré des enseignements sur les moyens efficaces permettant de réduire la pauvreté. Néanmoins, "arriver à zéro" demeure un défi face aux grandes difficultés pour toucher  ceux en proie à une extrême pauvreté.

Ce rapport porte principalement sur les plus démunis et décrit concrètement :

- la nature et les dimensions de la pauvreté aujourd'hui ;

- ce que peut apporter la coopération au développement, soutenue par des partenariats mondiaux, dans la lutte contre la pauvreté.

-les statistiques sur l'aide au développement

Le RCD 2013 porte principalement sur les expériences positives des pays en mettant en avant les politiques et approches ayant fonctionné.

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/00/01/index.html
    • WEB
    • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec001.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/avant-propos_dcr-2013-1-fr
    • LIRE
    Avant-propos

    Venir à bout de la pauvreté est une priorité internationale qui ne peut être remise à plus tard. Nous avons certes réussi à réduire de moitié la proportion de la population vivant dans la pauvreté, ce qui était le premier Objectif du millénaire pour le développement (OMD), mais la tâche est encore loin d’être achevée. Aujourd’hui, 1.2 milliard d’êtres humains vivent encore dans la pauvreté. Il est donc essentiel que la communauté internationale prenne de nouvelles mesures pour 2015 et au-delà afin d’atteindre l’objectif ultime qui consiste à éliminer totalement et durablement la pauvreté : vaicre la pauvreté et éviter tout retour en arrière.�

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/00/03/index.html
    • WEB
    • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec002.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/acronymes-et-abreviations_dcr-2013-2-fr
    • LIRE
    Acronymes et abréviations
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/00/04/index.html
    • WEB
    • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec003.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/editorial-nous-pouvons-et-nous-devons-mettre-fin-a-la-pauvrete_dcr-2013-3-fr
    • LIRE
    Éditorial : Nous pouvons, et nous devons, mettre fin à la pauvreté

    La pauvreté est, depuis des temps immémoriaux, un fléau. Elle continue de heurter notre sensibilité et nos principes moraux, et de nous atteindre dans notre humanité même. Il faut que cela cesse. Nous vivons une époque riche de promesses et de perspectives où les avancées technologiques, les scénarios de développement probants et la volonté politique peuvent ouvrir la voie à l’élimination de la pauvreté, en particulier de l’extrême pauvreté. Aujourd’hui, nous pouvons venir à bout de la pauvreté  et libérer les générations futures de son emprise tenace et dévastatrice.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/00/05/index.html
    • WEB
    • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec004.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/resume_dcr-2013-4-fr
    • LIRE
    Résumé

    Les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ont revigoré l’adhésion politique à la cause de la réduction de la pauvreté. Le monde a probablement déjà atteint l’OMD consistant à réduire de moitié la proportion de la population vivant dans l’extrême pauvreté (avec moins de 1.25 USD par jour). Les progrès en direction des OMD ont toutefois été inégaux selon les pays, les régions, les groupes de population et les sexes, constat qui trahit un point faible fondamental des stratégies suivies actuellement. Au moment où ils s’emploient à forger le nouveau cadre qui remplacera les OMD en 2015 (), les Nations Unies et leurs partenaires se trouvent confrontés à l’urgence de mettre fin à la pauvreté une fois pour toutes. Comme le fait clairement ressortir le présent Rapport sur la coopération pour le développement (RCD), il faudra pour cela sortir des rails suivis jusque-là.

  • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Définir et mesurer la pauvreté

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/01/01/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec005.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/que-faudra-t-il-faire-pour-mettre-fin-a-l-extreme-pauvrete_dcr-2013-5-fr
      • LIRE
      Que faudra-t-il faire pour mettre fin à l'extrême pauvreté ?

      Le monde a probablement atteint le premier Objectif du millénaire pour le développement (OMD) : réduire de moitié la proportion de la population qui vit dans l’extrême pauvreté. Peut-il maintenant mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici à 2030 ? À partir de différents scénarios fondés sur des prévisions d’évolution de la croissance économique et des inégalités de revenu, l’auteur montre qu’une croissance économique vigoureuse, associée à un recul des inégalités au sein des pays, permettrait de venir à bout de l’extrême pauvreté. Si, en revanche, la croissance est timide et les inégalités se creusent, la planète pourrait encore compter en 2030 quelque 1.3 milliard d’habitants en situation d’extrême pauvreté. Mettre fin à la pauvreté mesurée par le seuil de 1.25 USD par jour ne signifie pas venir à bout de la pauvreté sous toutes ses formes. Il faut également s’intéresser à la pauvreté sur le plan nutritionnel et sanitaire, à la pauvreté multidimensionnelle et au relèvement des seuils de pauvreté. C’est pourquoi les apporteurs de financement concessionnel doivent veiller à ne pas concentrer toute leur attention sur les pays les plus pauvres et à ne pas oublier le  nouveau milliard de laissés-pour-compte  (le  bottom billion ) vivant dans des pays à revenu intermédiaire. L’adoption d’un nouveau système de classification des pays serait un moyen de relever le défi. La coopération pour le développement devrait principalement viser, dans les pays à revenu intermédiaire, à favoriser une croissance économique équitable, à faire de la réduction de la pauvreté une question de répartition des revenus au niveau national, à proposer des solutions de cofinancement des biens publics nationaux, régionaux et mondiaux, à faire en sorte que la politique de développement et les autres politiques menées par les pays de l’OCDE (politiques commerciales, migratoires, etc.) soient cohérentes et se renforcent mutuellement, à encourager le recours à de nouvelles formules de financement, comme le financement conjoint par des  donneurs  traditionnels et de nouveaux donneurs de programmes procurant des effets bénéfiques au-delà des frontières (programmes de vaccination, infrastructures vertes, etc.), enfin à promouvoir le partage des connaissances et des enseignements de l’expérience acquise en matière de réduction de la pauvreté.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/01/02/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec006.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/est-il-temps-d-adopter-une-nouvelle-mesure-internationale-de-la-pauvrete_dcr-2013-6-fr
      • LIRE
      Est-il temps d'adopter une nouvelle mesure internationale de la pauvreté ?

      Depuis 1990, la Banque mondiale et les Nations Unies ont suivi les évolutions de la pauvreté dans le monde en référence à un seuil de pauvreté international commun – le seuil de  1.25 USD par jour . Cet indicateur a été utile pour comparer la pauvreté mondiale dans le temps et suivre les progrès accomplis au regard d’objectifs de développement clés comme les Objectifs du millénaire pour le développement. Il semble toutefois avoir atteint les limites de son utilité et de sa pertinence. Cela tient en partie à l’augmentation du nombre de pauvres dans des pays à revenu intermédiaire où les seuils de pauvreté nationaux dépassent largement 1.25 USD par jour. D’autres considérations amènent en outre à s’interroger sur le bien-fondé de cet indicateur pour refléter les niveaux et tendances de la pauvreté dans le monde : les multiples dimensions de la pauvreté, le hiatus entre les seuils de pauvreté nationaux et internationaux, la comparabilité des données chronologiques, la nécessité de mesurer non seulement la pauvreté absolue, mais aussi la pauvreté relative, etc. À l’heure où le monde œuvre à l’élaboration d’un nouvel ensemble d’objectifs internationaux, il est capital de parvenir à résoudre ces questions. Ce chapitre attire l’attention sur une nouvelle conception de la mesure de la pauvreté mondiale qui prenne ces points faibles en considération : un indicateur de la pauvreté nationale concerté à l’échelon international.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/01/03/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec007.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/comment-mesurer-les-multiples-dimensions-de-la-pauvrete_dcr-2013-7-fr
      • LIRE
      Comment mesurer les multiples dimensions de la pauvreté ?

      Je remercie John Hammock, Hildegard Lingnau et Suman Seth pour leurs commentaires sur ce chapitre.Mettre fin à la pauvreté telle que mesurée par le seuil de 1.25 USD par jour n’entraînera probablement pas la fin des nombreux écueils qui y sont associés pour les personnes pauvres, notamment la malnutrition, les problèmes d’assainissement, l’absence d’électricité ou le délabrement des écoles. En finir avec la pauvreté nécessite de traiter ses multiples dimensions. Le présent chapitre plaide en faveur de l’adoption d’un nouvel indicateur phare visant à mesurer les progrès réalisés en direction de l’éradication de la pauvreté appréhendée dans ses nombreuses dimensions. Cet indicateur pourrait être une adaptation de l’indice de pauvreté multidimensionnelle, ou IPM, qui est déjà utilisé au niveau international dans le Rapport sur le développement humain (RDH) et repris par de nombreux pays du monde. Cet indice est fondé sur dix indicateurs concernant l’éducation, la santé et le niveau de vie, et ce qu’a révélé son utilisation donne à penser qu’il constituerait un indicateur complémentaire d’une mesure de la pauvreté monétaire tout à fait valable. Il serait un moyen d’attirer l’attention sur les pauvres qui sont oubliés et de mobiliser des forces pour venir également à bout d’autres dimensions de la pauvreté. Une telle mesure servirait à éclairer et orienter la conception des politiques de réduction de la pauvreté multidimensionnelle, et à en suivre la mise en œuvre, et présenterait à ce titre un intérêt réel pour les responsables de l’action publique. Elle permettrait de surveiller dans quelle mesure la croissance économique est équitable, et de mettre en lumière les liens importants existant entre pauvreté et durabilité. Éradiquer la pauvreté mesurée par ce nouvel indice multidimensionnel reviendrait à mettre fin à une masse critique de privations et à obtenir bien davantage qu’une simple élimination de la pauvreté monétaire mesurée par le seuil unique de 1.25 USD par jour.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/01/04/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec008.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/comment-en-finir-avec-la-pauvrete-chronique_dcr-2013-8-fr
      • LIRE
      Comment en finir avec la pauvreté chronique ?

      Je tiens à remercier Amanda Lenhardt, Amdissa Teshome, Bob Baulch, Felix Tete, Karori Singh, Lucia Dacorta, Lucy Scott, Nicola Phillips, Prakash Karn et Tim Mahoney pour leurs observations sur l’avant-projet de chapitre. J’en assume bien entendu l’entière responsabilité.Près d’un demi-milliard de personnes dans le monde sont en situation de pauvreté chronique. Les personnes chroniquement pauvres sont prises au piège de l'extrême pauvreté, qui perdure pendant de nombreuses années et même sur plusieurs générations. Les décideurs déterminés à en finir avec la pauvreté doivent concevoir des politiques qui non seulement sortent les individus de la pauvreté et de la vulnérabilité, mais aussi les empêchent d’y basculer de nouveau, et qui traitent les causes de la pauvreté chronique. Cela suppose de porter une attention particulière à la proportion élevée de pauvres chroniques qui vivent dans des États fragiles. Les gouvernements qui souhaitent venir à bout de la pauvreté chronique doivent mettre en place des politiques de protection sociale assurant un revenu minimum aux personnes chroniquement pauvres – comme des garanties d’emploi, des dispositifs d’aide sociale, des transferts sous conditions, des pensions, des allocations pour enfant à charge et des allocations d’invalidité, etc. Ils doivent également procéder à une réorientation en profondeur et à une nouvelle hiérarchisation des priorités des politiques et programmes – en particulier dans les secteurs de l’agriculture, l’éducation, l’énergie et l’emploi. Par ailleurs, ils doivent clairement distinguer entre les politiques destinées à prévenir l’appauvrissement, celles visant à aider les individus à s’affranchir de la pauvreté et celles dont le but est d’en traiter les causes profondes. La définition d’un objectif pour chacun de ces axes de travail permettrait d’améliorer la qualité des politiques mises en œuvre. Quels pourraient être ces objectifs ?Objectif 1 : renforcer et soutenir les moyens permettant d’échapper à la pauvreté jusqu’à ce que l’extrême pauvreté soit pratiquement éliminée.Objectif 2 : réduire à zéro l’appauvrissement.Objectif 3 : réformer les institutions et éliminer la discrimination sociale (dont la discrimination liée au sexe), les normes et les inégalités qui maintiennent les individus dans la pauvreté.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/01/05/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec009.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/exemples-de-solutions-adoptees-a-l-echelon-local-pour-mesurer-la-pauvrete-bangladesh-guatemala-indonesie-mexique-et-ouganda_dcr-2013-9-fr
      • LIRE
      Exemples de solutions adoptées, à l'échelon local, pour mesurer la pauvreté : Bangladesh, Guatemala, Indonésie, Mexique et Ouganda

      Les quatre précédents chapitres du rapport ont mis en lumière une large palette de solutions théoriques destinées à améliorer la façon dont est définie et mesurée la pauvreté. Dans ce chapitre, des spécialistes et des responsables de l’action publique de pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine illustrent, à l’aide d’exemples concrets, comment certaines de ces solutions ont été mises en pratique. Il s’agit de solutions ayant aidé à repérer les personnes vulnérables, au regard de diverses dimensions de la pauvreté, au Mexique ; à appréhender des privations précises et à y remédier grâce à des approches participatives en Indonésie ; et enfin à jauger le degré d’autonomie des femmes – du point de vue de ces dernières – au Bangladesh, au Guatemala et en Ouganda.

    • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Des politiques qui font reculer la pauvreté

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/02/01/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec010.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/la-protection-sociale-comme-instrument-d-action-en-faveur-des-pauvres_dcr-2013-10-fr
      • LIRE
      La protection sociale comme instrument d'action en faveur des pauvres

      Il y a dix ans, l’idée selon laquelle la protection sociale pourrait contribuer à la croissance économique était parfois considérée comme une fiction. Pourtant, aujourd’hui, la Banque mondiale décrit la protection sociale comme un investissement, et les économistes du monde entier réunissent des données fiables qui la mettent clairement en relation avec la croissance économique. Ce chapitre analyse le rôle joué par la protection sociale dans les pays en développement, du Bangladesh à la Zambie, qui ont accompli des progrès spectaculaires dans la réduction de la pauvreté sous toutes ses formes. Il explique ce que recouvre la protection sociale, en s’attachant à trois grands domaines d’innovation : les approches universelles fondées sur les droits ; la conception des systèmes de protection sociale en vue d’optimiser le développement ; et les cadres d’action globaux intégrant la protection sociale dans les plans de développement à l’échelon national. Il décrit les éléments de plus en plus nombreux qui illustrent comment la protection sociale favorise l’amélioration des compétences et les investissements productifs, renforce la capacité des ménages à prendre des risques productifs, améliore le niveau de vie et l’emploi, accroît la résilience économique des pays, contribue à la cohésion sociale, et permet aux pauvres de récolter les fruits des réformes économiques.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/02/02/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec011.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/quelles-politiques-contre-la-pauvrete_dcr-2013-11-fr
      • LIRE
      Quelles politiques contre la pauvreté ?

      Le Brésil a été le théâtre d’une révolution tranquille ces dernières années. Entre 2001 et 2011, le PIB par habitant a augmenté de 29 %, et les 20 % les plus pauvres de la population ont vu leur revenu progresser sept fois plus vite que les 20 % les plus riches. Le Brésil a en outre réussi à réduire de moitié le nombre de personnes vivant dans la pauvreté en deux fois moins de temps qu’escompté. Dans ce chapitre, l’homme qui a été aux commandes de cette remarquable transformation – Luis Ignacio Lula da Silva – explique comment la décision prise démocratiquement de placer la politique sociale au cœur de la stratégie de développement du pays a rendu cela possible. Le programme phare de  bourses familiales  (Bolsa Família) a consisté à instaurer, en faveur des ménages à faible revenu, des transferts monétaires subordonnés notamment à la scolarisation des enfants, à la réalisation de bilans de santé réguliers et à une obligation de vaccination. Ce programme a bénéficié à toute une génération et a contribué à briser le cercle vicieux de la pauvreté. Le pays s’attaque maintenant au dernier bastion de la pauvreté – l’extrême pauvreté – au moyen du plan Brasil Sem Miséria (Brésil sans misère). La manière dont le Brésil a réorienté son développement montre que l’harmonisation des politiques sociales et économiques, les transferts monétaires en faveur des familles pauvres (des femmes à hauteur de 97 %) et l’accès aux services publics à ceux qui en ont le plus besoin, peuvent avoir des effets bénéfiques multiples, mais atteste aussi que décider d’emprunter cette voie exige courage et détermination.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/02/03/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec012.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/quels-enseignements-l-afrique-peut-elle-tirer-du-miracle-agricole-chinois_dcr-2013-12-fr
      • LIRE
      Quels enseignements l'Afrique peut-elle tirer du miracle agricole chinois ?

      Bien qu’un grand nombre de pays d’Afrique subsaharienne ait enregistré récemment une croissance économique soutenue, cette tendance ne s’est pas toujours traduite par des taux de réduction de la pauvreté satisfaisants. Ce chapitre a pour objet de montrer que le recul spectaculaire de la pauvreté en République populaire de Chine est dans une large mesure le fruit de l’expansion de la petite agriculture, et d’en dégager d’éventuels enseignements pour l’Afrique. L’expérience de la Chine souligne à quel point il importe de s’attacher en priorité à générer une croissance agricole efficace pour faire reculer la pauvreté dans les pays dont la population est essentiellement rurale, ce qui est le cas de nombreux pays africains. Elle montre toutefois qu’il faut se garder d’encourager les pauvres à abandonner la terre et l’agriculture avant d’avoir accru leur revenu, au risque de les enfermer dans la pauvreté. Il faudrait au contraire prendre des mesures destinées à accroître fortement la productivité agricole – en particulier pour les cultures alimentaires de base – et à promouvoir la diversification afin de permettre à la nombreuse population agricole de générer des excédents, d’abaisser le prix des produits alimentaires pour les consommateurs et de réduire le coût de l’expansion du secteur industriel et du secteur des services. L’essor du secteur agricole est source de matières premières, de capital et de débouchés pour l’industrie manufacturière et d’autres secteurs, et exerce donc un effet stimulant sur le développement économique en général et la création d’emplois non agricoles, facilitant ainsi l’absorption de la main-d’œuvre agricole excédentaire. Le défi pour l’Afrique consistera à prévenir certains des effets secondaires néfastes de la stratégie menée en Chine, comme la dégradation de l’environnement et le creusement des inégalités entre les zones rurale et urbaine.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/02/04/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec013.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/quelles-solutions-s-averent-efficaces-sur-le-terrain-pour-vaincre-la-pauvrete_dcr-2013-13-fr
      • LIRE
      Quelles solutions s'avèrent efficaces sur le terrain pour vaincre la pauvreté ?

      Quelle perception les pauvres ont-ils de la pauvreté, et que peuvent-ils nous apprendre sur les formes de développement permettant d’en venir à bout ? Nous tenterons, dans ce chapitre, de répondre à ces deux questions en examinant les travaux consacrés à la pauvreté, ainsi que quatre études de cas concernant des projets de développement (réalisés en Éthiopie, en Inde et en Tanzanie). Celles-ci mettent en lumière les multiples facettes de la pauvreté telle qu’elle est vécue par ceux qu’elle touche ; elles montrent qu’ils font clairement le lien entre le dénuement économique et les dimensions non économiques de la pauvreté, comme un état de santé médiocre, la difficulté à accéder à l’éducation, un sentiment de perte de dignité et l’absence de participation à la conduite des affaires du village. Les projets fructueux avaient en commun les caractéristiques suivantes : la contribution des populations locales à leur exécution, leur pleine adhésion à ces projets et le renforcement de leurs moyens d’action, la mise en place de cadres de politique sociale, une stratégie de promotion du développement et des infrastructures institutionnelles efficaces pour les services publics, notamment des systèmes de distribution de services accessibles aux pauvres.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/02/05/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec014.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/exemples-de-solutions-ayant-permis-a-l-echelon-local-de-faire-reculer-la-pauvrete-au-costa-rica-en-republique-dominicaine-au-sri-lanka-en-ouganda-et-au-vietnam_dcr-2013-14-fr
      • LIRE
      Exemples de solutions ayant permis, à l'échelon local, de faire reculer la pauvreté au Costa Rica, en République dominicaine, au Sri Lanka, en Ouganda et au Viêtnam

      Ce chapitre rassemble des exemples, pris au Costa Rica, en République dominicaine, au Sri Lanka, en Ouganda et au Viêtnam, de démarches, d’idées et de stratégies ayant eu un impact mesurable sur la réduction de la pauvreté. Certains thèmes sont communs à ces exemples : le rôle des processus participatifs au service du développement (République dominicaine et Viêtnam) ; l’intérêt qu’il peut y avoir à aider les agriculteurs à donner une valeur ajoutée à leurs produits afin d’en recueillir les dividendes en termes de création d’emplois et de revenu au sein des communautés rurales (République dominicaine, Ouganda et Viêtnam) ; la mise en œuvre de politiques de protection sociale égalitaires ciblées pour contribuer à faire reculer la pauvreté et garantir à tous un niveau de vie minimum (Sri Lanka) ; le choix de mettre en place les bonnes incitations pour réussir à protéger la nature et la biodiversité, à atténuer le changement climatique et, parallèlement, à promouvoir le développement rural et à soulager la pauvreté (Costa Rica).

    • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Un nouveau cadre pour en finir avec la pauvreté

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/03/01/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec015.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/vision-du-groupe-de-personnalites-de-haut-niveau-des-nations-unies-pour-venir-a-bout-de-la-pauvrete_dcr-2013-15-fr
      • LIRE
      Vision du Groupe de personnalités de haut niveau des Nations Unies pour venir à bout de la pauvreté

      En mai 2013, le Groupe de personnalités de haut niveau a présenté aux Nations Unies sa vision du nouveau cadre de développement qui doit être mis en place en 2015, à l’expiration des Objectifs du millénaire pour le développement. Ce chapitre expose succinctement cette vision qui, comme précédemment avec celle qui sous-tendait les OMD, place la pauvreté au cœur du programme d’action de l’après-2015. L’approche qu’elle recouvre comporte quatre dimensions :mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes (pauvreté multidimensionnelle) ;mettre fin à la pauvreté non seulement là où il est le plus facile d’y parvenir, mais aussi là où il est le plus difficile de progresser dans ce sens (en fixant non seulement un objectif mondial, mais également des cibles dont la valeur sera arrêtée à l’échelon national) ;s’attaquer à l’inégalité des chances (en s’appuyant sur des indicateurs ventilés selon le revenu, le genre, la situation géographique, l’âge, le handicap et le groupe social, et en convenant qu’une cible sera considérée comme atteinte seulement si elle l’est pour tous les groupes de revenu et groupes sociaux concernés) ;être attentif à la vulnérabilité et à la résilience.Pour que les progrès réalisés dans la réduction de la pauvreté soient définitifs, les auteurs soulignent qu’il faut combattre non seulement les manifestations de celle-ci, mais aussi ses causes. Ils mettent en relief la nécessité d’abandonner dans ce domaine les programmes fondés sur l’assistance, pour privilégier les efforts visant à créer des conditions qui assurent à tous des chances égales en donnant à chacun les outils dont il a besoin pour parvenir à vivre dans la prospérité, sans priver les générations futures des moyens d’en faire autant.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/03/02/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec016.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/concretiser-la-vision-exposee-dans-la-declaration-du-millenaire_dcr-2013-16-fr
      • LIRE
      Concrétiser la vision exposée dans la Déclaration du millénaire

      Ce chapitre s’appuie sur les travaux du Comité des politiques de développement des Nations Unies et sur le travail effectué par l’auteur en qualité de membre de ce comité.Si les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) se sont révélés très efficaces pour sensibiliser l’opinion publique et mobiliser les responsables politiques en faveur de l’élimination de la pauvreté, ils n’ont pas réussi à traduire dans les faits la vision exposée dans la Déclaration du millénaire des Nations Unies : faire de la mondialisation une force positive pour l’humanité tout entière, fondée sur les principes éthiques de solidarité, d’égalité, de dignité et de respect de la nature. Les OMD couvrent un champ étroit, souffrent de l’absence d’une approche stratégique et ne suscitent pas d’idées nouvelles. Pour s’acquitter des promesses de la Déclaration du millénaire et chercher une solution aux principaux problèmes d’aujourd’hui, le nouveau plan d’action international devra restituer la vision exprimée dans la Déclaration du millénaire et ses engagements éthiques axés sur des valeurs communes et sur les droits de l’Homme. Pour ce faire, il devra comprendre des objectifs capables de susciter efficacement l’adhésion à des aspirations fondamentales, à des cibles qui facilitent le suivi et à des stratégies de transformation économique et sociale.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/03/03/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec017.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/accelerer-la-reduction-de-la-pauvrete-grace-aux-biens-publics-mondiaux_dcr-2013-17-fr
      • LIRE
      Accélérer la réduction de la pauvreté grâce aux biens publics mondiaux

      La manière de définir l’action publique doit changer pour que nous puissions ne pas  négliger  constamment le sort des pauvres. Comment pouvons-nous ancrer la volonté de mettre fin à la pauvreté dans les systèmes de gouvernance, tant au niveau national qu'international ? Le présent chapitre vise à décrire comment des biens publics mondiaux tels que la paix, la stabilité et la maîtrise des maladies contagieuses, peuvent contribuer à éliminer la pauvreté. L’auteur affirme que mettre l’accent sur les biens publics mondiaux peut permettre de renforcer la résistance des populations aux crises économiques, climatiques et autres ; de faciliter l’exploitation des possibilités offertes par une information et des technologies accessibles à tous gratuitement ; de veiller au respect du caractère  public  non seulement de la consommation de biens publics mondiaux, mais aussi de leur utilisation et des décisions les concernant ; et enfin d’ancrer l’équité dans l’architecture sur laquelle repose la prise de décisions à l’échelle mondiale. Elle attire l’attention sur quelques étapes en particulier du déroulement de ce processus, comme l’intégration des biens publics mondiaux dans les système de gouvernance nationaux et internationaux ; le couplage de la problématique des biens publics mondiaux et de celle de la pauvreté ; la refonte des instruments de la coopération internationale ; et l’émergence de la notion de souveraineté  intelligente  fondée sur la reconnaissance du fait qu’une coopération internationale équitable – et axée sur la pauvreté – est à la fois la réponse à un grand nombre de défis de dimension planétaire et le meilleur moyen, pour un pays, de servir ses propres intérêts.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/03/04/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec018.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/vaincre-la-pauvrete-grace-a-une-cooperation-pour-le-developpement-intelligente_dcr-2013-18-fr
      • LIRE
      Vaincre la pauvreté grâce à une coopération pour le développement « intelligente »

       Quel doit être le rôle de l’aide publique au développement ? . Dans un paysage du financement du développement en rapide évolution, telle est la question traitée dans ce chapitre. Pendant de nombreuses années, l’aide a permis d’améliorer le sort de millions d’individus de par le monde. Cela continuera-t-il d’être le cas à l’avenir compte tenu de la crise économique en Europe, de l’accroissement du financement du développement en provenance du secteur privé, du recours grandissant à la fiscalité nationale pour stimuler le développement, et de la montée en puissance de la coopération entre pays du Sud ? On peut répondre par l’affirmative, mais uniquement si l’aide est  intelligente  : en d’autres termes, efficace, bien ciblée (en faveur des pays et des communautés les plus pauvres) et coordonnée. L’auteur trace les grandes lignes de ce qu’il faut faire pour rendre l’aide (l’aide publique au développement ou APD) suffisamment intelligente pour aider la communauté internationale à venir à bout de la pauvreté. Il s’agit notamment de faire en sorte que l’aide au développement s’adapte facilement et efficacement aux besoins, défis et priorités qui caractériseront le cadre de développement de l’après-2015 ; de mettre en place un nouveau cadre de financement du développement qui rassemble toutes les options offertes par les pays de l’OCDE – et pas seulement l’APD ; et de demander à chacun des comptes dans le cadre d’un système internationalement accepté, ouvert et transparent permettant de connaître dans le détail et de rendre publics les efforts de financement du développement et les ressources effectivement allouées aux pays en développement.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/03/05/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec019.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/soutenir-la-dynamique-mondiale-de-reduction-de-la-pauvrete_dcr-2013-19-fr
      • LIRE
      Soutenir la dynamique mondiale de réduction de la pauvreté

      Ce chapitre présente de grandes thématiques examinées lors du récent Forum mondial de l’OCDE sur le développement. Il montre que l’utilisation de moyennes mondiales pour suivre les progrès accomplis ne permet pas de rendre compte des avancées considérables obtenues dans de nombreux pays – d’Afrique en particulier. Pour obtenir une représentation plus fidèle à la réalité, il conviendrait d’utiliser une approche à deux niveaux, distinguant les objectifs mondiaux des objectifs nationaux. Le chapitre met également en évidence la nécessité de ne pas limiter l’analyse de la pauvreté à sa dimension monétaire ni aux personnes situées en deçà d’un seuil de pauvreté défini. Il invite à établir des liens entre pauvreté et inégalités, à intégrer une dimension  pauvreté  dans les objectifs environnementaux, à renforcer les outils de mesure multidimensionnels, à développer les capacités statistiques et à améliorer la coopération et le financement du développement. Les auteurs plaident en faveur de la formulation de messages clairs et de la mise au point d’outils de mesures reflétant plus précisément notre lecture actuelle de la pauvreté, qui soutiendront la dynamique enclenchée au niveau mondial ainsi que les efforts consentis à l’échelon des pays pour mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/03/06/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec020.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/des-approches-mondiales-pour-renforcer-l-egalite-homme-femme-l-autonomisation-les-capacites-et-la-paix_dcr-2013-20-fr
      • LIRE
      Des approches mondiales pour renforcer l'égalité homme-femme, l'autonomisation, les capacités et la paix

      Ce chapitre présente cinq approches relatives à des problèmes dont la solution devra passer par la coopération internationale si nous voulons mettre fin à la pauvreté d’ici 2030. Toutes ont des conséquences pour le cadre d’action post-2015. Pour commencer, le programme d’action en faveur de la promotion des femmes doit être beaucoup plus ambitieux que ce que prévoit l’actuel OMD 3. Caren Grown propose d’adopter une approche duale de l’égalité homme-femme : un objectif indépendant d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes auquel s’ajouterait la mise en lumière des inégalités homme-femme auxquelles il faut remédier dans tous les autres objectifs et cibles. Quels que soient les objectifs relatifs à la pauvreté finalement retenus dans un cadre post-2015, ils devront être mesurés et suivis afin que des comptes puissent être demandés à tous les acteurs. Pour garantir le sérieux de la démarche, PARIS21 estime qu’une stratégie mondiale pour le développement de la statistique devrait être approuvée parallèlement au cadre de l’après-2015. Comme l’aide publique au développement peine à répondre aux besoins grandissants du Sud (), l’aide que le Chili accorde aux pays plus pauvres de sa région offre un exemple de coopération qui refonde les relations traditionnelles entre donneurs et bénéficiaires pour en faire un partenariat fructueux et durable entre pays du Sud. Comme, selon les prévisions, la moitié des pauvres dans le monde vivront d’ici 2015 dans des pays fragiles à faible revenu et à revenu intermédiaire, il est essentiel de faire reculer la pauvreté dans ces environnements complexes ; le cadre d’action mondial en faveur du développement après 2015 doit reconnaître que la paix et le recul de la violence sont des facteurs indispensables à l’éradication de la pauvreté. Enfin, Duncan Green nous rappelle que toute mesure dans le sens de l’élimination de la pauvreté est un processus politique en soi. Il nous met au défi de considérer la pauvreté en termes de rapport de force, et de comprendre comment les relations de pouvoir peuvent évoluer sous l’influence des organismes de coopération pour le développement, des mouvements politiques et des organisations de la société civile.

    • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Profils des apporteurs de coopération pour le développement

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/01/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec021.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/performance-des-membres-du-comite-d-aide-au-developpement-en-matiere-d-aide-publique-au-developpement-en-2012_dcr-2013-21-fr
      • LIRE
      Performance des membres du Comité d'aide au développement en matière d'aide publique au développement en 2012

      Selon les données préliminaires, les apports nets d’aide publique au développement (APD) émanant des membres du Comité d’aide au développement (CAD) se sont élevés en 2012 à 125.9 milliards USD, soit 0.29 % de leur revenu national brut (RNB) cumulé. Cela représente en valeur réelle un recul de 3.9 % par rapport à 2011. Depuis 2010, année où elle avait atteint un niveau record, l’APD a enregistré une baisse de 6.0 % en termes réels. Abstraction faite de l’année 2007, qui a vu la fin d’opérations exceptionnelles d’allégement de la dette, le repli observé en 2012 est le plus marqué depuis 1997. C’est aussi la première fois depuis 1996-97 que le volume d’APD se contracte deux années de suite. La crise financière et les turbulences de la zone euro ont amené les gouvernements de nombreux pays à appliquer des mesures d’austérité et à amputer leurs budgets d’APD. En dépit des tensions budgétaires actuelles, certains pays ont cependant maintenu, voire accru, leurs budgets consacrés à l’APD afin d’atteindre les objectifs qu’ils s’étaient fixés.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/02/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec022.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/australie_dcr-2013-22-fr
      • LIRE
      Australie

      L’Australie compte parmi les rares membres du CAD à avoir augmenté son APD en 2012, étant parvenue à traverser les crises économiques et financières mondiales sans tomber dans la récession, et ayant été relativement épargnée par les troubles actuels de la zone euro. En 2012, son APD nette s’élevait à 5.44 milliards USD, soit une hausse de 10.4 % en termes réels par rapport à 2011, utilisée pour financer des dons bilatéraux de plus grande envergure. L’Australie a maintenu la trajectoire de croissance de son APD, qui s’établit à 9 % par an depuis 2006.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/03/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec023.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/autriche_dcr-2013-23-fr
      • LIRE
      Autriche

      En 2012, l’APD nette de l’Autriche s’est chiffrée à 1.11 milliard USD. Par rapport à 2011, année où l’APD autrichienne a chuté de 14 % en termes réels, le volume d’APD de 2012 représente une hausse de 6.1 %. Celle-ci s’explique principalement par des opérations d’allégement de la dette en Afrique subsaharienne.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/04/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec024.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/belgique_dcr-2013-24-fr
      • LIRE
      Belgique

      En 2012, l’APD nette de la Belgique s’est élevée à 2.30 milliards USD. Après une progression continue – de 15 % par an en moyenne – entre 2008 et 2010, l’APD nette de la Belgique a fléchi en 2011 et poursuit son recul, qui a été de 13 % en termes réels en 2012.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/05/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec025.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/canada_dcr-2013-25-fr
      • LIRE
      Canada

      En 2012, l’APD nette du Canada s’est élevée à 5.68 milliards USD, ce qui place le pays au sixième rang des membres du CAD en termes de volume. Après une baisse de 5 % en 2011, l’APD du Canada a progressé en valeur réelle de 4.1 % en 2012 en raison d’une augmentation des opérations d’allégement de la dette et de la poursuite de sa participation à de grandes initiatives régionales.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/23/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec026.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/republique-tcheque_dcr-2013-26-fr
      • LIRE
      République tchèque

      En 2012, l’APD de la République tchèque a totalisé 219 millions USD, soit 0.12 % de son RNB. Alors que l’APD avait progressé de 2.7 % en termes réels entre 2010 et 2011 – principalement en raison d’une hausse des contributions aux organisations multilatérales – elle a reculé de 4.2 % en 2012. L’aide a été intégralement accordée sous forme de dons. Le ministère tchèque des Affaires étrangères (MAE) maintient son engagement vis-à-vis de l’UE de respecter l’objectif d’un rapport APD/RNB de 0.33 %, mais reconnaît qu’il ne l’atteindra qu’après 2015.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/07/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec027.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/danemark_dcr-2013-27-fr
      • LIRE
      Danemark

      En 2012, l’APD nette du Danemark s’est élevée à 2.72 milliards USD, ce qui, par rapport à 2011, représente une baisse de 1.8 % en termes réels, après une chute de 3 % en 2010. Le recul observé en 2012 est essentiellement imputable à des événements imprévus qui ont pesé sur le versement des fonds affectés à des programmes de développement spécifiques. Comme pour de nombreux membres du CAD, il s’agit des premières baisses après une période d’augmentations régulières de l’APD, le Danemark ayant enregistré un taux de croissance moyen en termes réels de 2 % pendant la période 2007-10.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/13/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec028.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/institutions-de-l-union-europeenne_dcr-2013-28-fr
      • LIRE
      Institutions de l'Union européenne

      En 2012, les versements nets des institutions de l’Union européenne (UE) aux pays partenaires et aux organisations multilatérales se sont chiffrés à 17.57 milliards USD, soit une augmentation de 8 % en termes réels, due essentiellement à un accroissement des prêts par rapport à l’année 2011 (17.39 milliards USD au total).

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/10/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec029.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/finlande_dcr-2013-29-fr
      • LIRE
      Finlande

      En 2012, l’APD nette de la Finlande s’est élevée à 1.32 milliard USD. En valeur réelle, ce chiffre est en léger recul par rapport à 2011 (0.4 %). L’année 2011 est ainsi la deuxième année consécutive qui voit une diminution de l’APD. L’APD finlandaise, qui avait progressé rapidement entre 2008 et 2009, au taux annuel moyen de 12 % en termes réels, a commencé à ralentir en 2010.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/11/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec030.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/france_dcr-2013-30-fr
      • LIRE
      France

      En 2012, l’aide publique au développement (APD) nette de la France s’est élevée à 12.1 milliards USD, en recul de 0.8 % par rapport à 2011. Le ratio de l’APD sur le revenu national brut s’est maintenu à 0.46 % en 2011 et 2012, en dessous du niveau atteint en 2010 (0.50 %). La France prévoit que l’APD s’élèvera à 10.9 milliards EUR en 2015, soit 0.48 % du RNB. Le gouvernement a annoncé qu’il reprendrait la trajectoire ascendante vers les 0.7 % du RNB dès que la France retrouverait la croissance.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/01/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec031.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/allemagne_dcr-2013-31-fr
      • LIRE
      Allemagne

      En 2011, l’APD de l’Allemagne s’élevait à 13.11 milliards USD, ce qui fait de ce pays le troisième contributeur du CAD en volume. Cette baisse de 0.7 % en valeur réelle par rapport à 2010 s’explique par une diminution des contributions à destination des institutions multilatérales.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/12/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec032.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/grece_dcr-2013-32-fr
      • LIRE
      Grèce

      En 2012, l’APD nette de la Grèce s’est chiffrée à 324 millions USD, ce qui représente une baisse par rapport à 2011 où elle avait atteint 425 millions USD. Ce recul de 17 % en termes réels est la conséquence directe de la grave crise économique que traverse le pays. L’APD grecque avait augmenté en 2007 (+5 %) et en 2008 (+27 %), avant de commencer à régresser en 2009 (–13 %).

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/15/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec033.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/islande_dcr-2013-33-fr
      • LIRE
      Islande

      En 2012, l’APD de l’Islande s’est chiffrée à 26 millions USD, ce qui représente 0.22 % de son RNB, soit une augmentation de 5.7 % en termes réels par rapport à 2011. Il s’agit de la première hausse après trios années consécutives de baisse de l’APD nette.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/14/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec034.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/irlande_dcr-2013-34-fr
      • LIRE
      Irlande

      En 2012, l’APD de l’Irlande s’est chiffrée à 809 millions USD, ce qui représente une baisse de 5.8 % en termes réels par rapport à 2011. Bien que l’Irlande ait accru son APD en 2007 et 2008 (de 6 % et 8 %, respectivement), elle a été contrainte de la diminuer de 18 % en 2009 lorsqu’a débuté la crise économique de 2008, et l’APD a continué de fléchir depuis.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/16/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec035.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/italie_dcr-2013-35-fr
      • LIRE
      Italie

      En 2012, l’APD nette de l’Italie s’est élevée à 2.64 milliards USD. Cette diminution de 34.7 % en termes réels par rapport à 2011 s’explique principalement par une baisse de l’APD consacrée aux réfugiés venus d’Afrique du Nord et des dons au titre de l’allégement de la dette, qui avaient temporairement accru l’APD italienne de 36 % entre 2010 et 2011. Globalement, l’APD italienne a fluctué entre 2006 et 2012.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/17/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec036.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/japon_dcr-2013-36-fr
      • LIRE
      Japon

      En 2012, l’APD nette du Japon s’est élevée à 10.49 milliards USD, soit un recul de 2.1 % en termes réels par rapport à 2011, principalement en raison d’une diminution des dons bilatéraux et des contributions aux organisations internationales. Cette baisse a cependant été maintenue à un faible niveau grâce à une hausse de 7 % de l’APD bilatérale.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/06/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec037.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/coree_dcr-2013-37-fr
      • LIRE
      Corée

      En 2012, l’APD nette de la Corée s’est élevée à 1.55 milliard USD, soit 17.6 % de plus qu’en 2011 en termes réels, celle-ci ayant intensifié de façon générale ses efforts de coopération pour le développement afin de porter son rapport APD/RNB à 0.25 % à l’horizon 2015.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/18/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec038.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/luxembourg_dcr-2013-38-fr
      • LIRE
      Luxembourg

      En 2012, l’APD nette du Luxembourg s’est élevée à 432 millions USD aux prix courants, soit une augmentation de 9.8 % en termes réels par rapport à 2011 (409 millions USD) due à une hausse des dons bilatéraux. Cette augmentation fait suite à deux années de recul en termes réels, et le volume de l’APD du Luxembourg est aujourd’hui pratiquement revenu au niveau de 2009.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/21/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec039.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/pays-bas_dcr-2013-39-fr
      • LIRE
      Pays-Bas

      En 2012, l’APD nette des Pays-Bas s’est élevée à 5.5 milliards USD, soit une baisse de 6.6 % en termes réels par rapport à 2011 en raison d’une réduction du budget global. C’est la deuxième année consécutive que le budget de l’APD néerlandaise diminue, celle-ci ayant en effet reculé de 6.4 % entre 2010 et 2011.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/20/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec040.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/nouvelle-zelande_dcr-2013-40-fr
      • LIRE
      Nouvelle-Zélande

      Alors qu’elle avait baissé en 2009-10, l’APD de la Nouvelle-Zélande a poursuivi en 2012 l’évolution à la hausse amorcée en 2011, pour atteindre un volume net de 455 millions USD, contre 424 millions USD l’année précédente. En termes réels, l’APD de la Nouvelle-Zélande a progressé de 3 % entre 2011 et 2012, ce qui témoigne de la volonté de ce pays de concrétiser l’objectif qu’il s’est fixé de porter son APD à 500 millions USD.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/19/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec041.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/norvege_dcr-2013-41-fr
      • LIRE
      Norvège

      En 2012, l’APD nette de la Norvège s’est élevée à 4.75 milliards USD, plaçant ce pays au dixième rang des donneurs du CAD. Après deux ans de repli de l’APD nette, la Norvège a vu son APD progresser de 0.4 % en termes réels entre 2011 et 2012.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/22/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec042.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/portugal_dcr-2013-42-fr
      • LIRE
      Portugal

      En 2012, l’APD nette du Portugal s’est élevée au total à 567 millions USD, ce qui représente un recul de 13.1 % par rapport à 2011 et une aggravation de la baisse enregistrée en 2011 (–3 %). Entre 2008 et 2010, l’APD nette a fluctué de +23 % en 2008 à –15 % en 2009 et à +32 % en 2010 (toutes ces variations s’entendent en glissement annuel).

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/08/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec043.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/espagne_dcr-2013-43-fr
      • LIRE
      Espagne

      En 2012, l’APD nette de l’Espagne s’est élevée à 1.95 milliard USD, ce qui représente une diminution de 50 % en termes réels par rapport à 2011, et la plus forte baisse de l’APD en pourcentage de tous les membres du CAD pour cette même année. La crise économique mondiale et ses conséquences ont été à l’origine d’une forte réduction du budget de l’APD espagnole. En recul depuis 2009, cette dernière s’est contractée au rythme annuel moyen de –23 % entre 2009 et 2012. L’Espagne avait nettement augmenté son APD entre 2006 et 2008, avec des hausses annuelles moyennes de près de 22 % en termes réels.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/25/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec044.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/suede_dcr-2013-44-fr
      • LIRE
      Suède

      En 2012, l’APD nette de la Suède s’est élevée à 5.24 milliards USD, ce qui représente une baisse de 3.4 % en termes réels depuis 2011. Celle-ci s’explique par une diminution des souscriptions au capital des organisations internationales, mais les versements de fonds à ces organisations ont augmenté. Le budget de l’APD suédoise est relié au revenu national brut (RNB) du pays – ce dernier ayant pris l’engagement de consacrer 1 % de son RNB à l’APD – et il a par conséquent fluctué ces dernières années.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/26/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec045.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/suisse_dcr-2013-45-fr
      • LIRE
      Suisse

      En 2012, l’APD nette de la Suisse s’est élevée à 3.02 milliards USD, soit un accroissement de 4.5 % en termes réels par rapport à 2011. La Suisse compte parmi les quelques membres du CAD qui n’ont enregistré de baisse de leur APD ni en 2011 ni en 2012. Cette progression témoigne des efforts qu’elle déploie en vue d’intensifier sa coopération pour le développement de façon à atteindre l’objectif de 0.5 % du RNB à l’horizon 2015.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/24/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec046.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/royaume-uni_dcr-2013-46-fr
      • LIRE
      Royaume-Uni

      En 2012, l’APD nette du Royaume-Uni s’est élevée à 13.66 milliards USD, soit une baisse de 2.2 % en termes réels par rapport à 2011, année où une diminution de 1 % avait déjà été enregistrée. Une enveloppe budgétaire ferme a cependant été prévue pour garantir un rapport APD/RNB de 0.56 % en 2012 et de 0.7 % à compter de 2013.

    • Cliquez pour accéder: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/02/09/index.html
      • WEB
      • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec047.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/etats-unis_dcr-2013-47-fr
      • LIRE
      États-Unis

      En 2012, l’APD nette des États-Unis s’est élevée à 30.46 milliards USD à prix courants, soit une baisse de 2.8 % en termes réels, survenue après le recul de 1 % enregistré en 2011. Le fléchissement de 2012 est principalement dû à une réduction du montant net des opérations bilatérales d’allégement de la dette par rapport à 2011.

    • Ajouter à ma sélection
  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/03/index.html
    • WEB
    • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec048.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/examens-par-les-pairs-des-membres-du-cad-ocde_dcr-2013-48-fr
    • LIRE
    Examens par les pairs des membres du CAD-OCDE

    En 2012, la Finlande a adopté une nouvelle politique d’aide au développement mettant à profit son savoir-faire et épousant une approche du développement fondée sur les droits de l’Homme. Les points forts de la coopération finlandaise pour le développement résident notamment dans le fait que ses priorités ont été définies de longue date, qu’elle ménage une ouverture au dialogue avec un large éventail de parties prenantes et qu’elle garantit une collaboration et une répartition des tâches avec les autres donneurs de qualité. La Finlande est également un ardent défenseur des droits de l’Homme, de l’environnement, de la cohérence des politiques au service du développement et de l’efficacité de l’aide sur la scène internationale. Dans ses pays partenaires comme au sein de la communauté de la coopération pour le développement et de l’aide humanitaire, elle est considérée comme un partenaire constructif.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/04/index.html
    • WEB
    • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec049.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/notes-relatives-aux-autres-membres-de-l-ocde-apporteurs-de-cooperation-pour-le-developpement_dcr-2013-49-fr
    • LIRE
    Notes relatives aux autres membres de l'OCDE apporteurs de coopération pour le développement

    L’OCDE compte actuellement 34 pays membres, dont 25 sont également membres du CAD, comme l’Union européenne. Dans cette section, l’attention est attirée sur les apports d’APD émanant des neuf pays de l’OCDE qui ne sont pas membres du CAD, à savoir le Chili, l’Estonie, la Hongrie, Israël, le Mexique, la Pologne, la République slovaque, la Slovénie et la Turquie.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/04/05/index.html
    • WEB
    • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec050.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/notes-relatives-aux-apporteurs-de-cooperation-pour-le-developpement-qui-ne-sont-pas-membres-de-l-ocde_dcr-2013-50-fr
    • LIRE
    Notes relatives aux apporteurs de coopération pour le développement qui ne sont pas membres de l'OCDE

    La présente section contient des informations sur les montants et les principales caractéristiques des programmes de coopération pour le développement de 18 pays qui ne sont pas membres de l’OCDE ; treize d’entre eux notifient leurs apports d’APD au CAD. L’Afrique du Sud, le Brésil, la République populaire de Chine, l’Inde et l’Indonésie – qui sont les Partenaires clés de l’OCDE – apportent depuis de nombreuses années une contribution précieuse à l’effort international de coopération pour le développement. Les chiffres présentés dans cette section sont fondés sur des rapports officiels, complétés par des recherches effectuées sur Internet dans le cas du Brésil et de l’Indonésie. La Fondation Bill et Melinda Gates est la seule entité privée notifiant des données au CAD.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/05/01/index.html
    • WEB
    • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec051.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/annexe-statistique_dcr-2013-51-fr
    • LIRE
    Annexe statistique

    Les apports nets d’AASP ont été négatifs en 2000-01, 2003-04 et 2006-08.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/05/02/index.html
    • WEB
    • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec052.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/notes-techniques-notes-sur-les-definitions-et-questions-de-mesure_dcr-2013-52-fr
    • LIRE
    Notes techniques Notes sur les définitions et questions de mesure

    La couverture des données présentée dans le Rapport a changé ces dernières années. Les principaux aspects à retenir sont les suivants :

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/dcr-2013-fr/05/03/index.html
    • WEB
    • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4313112ec053.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/cooperation-pour-le-developpement-2013/glossaire-des-principaux-termes-et-concepts_dcr-2013-53-fr
    • LIRE
    Glossaire des principaux termes et concepts

    AIDE : Dans la présente publication, le terme  aide  désigne uniquement les apports qui peuvent être considérés comme une AIDE PUBLIQUE AU DÉVELOPPEMENT (APD).

  • Ajouter à ma sélection