Les liens entre les politiques agricoles et leurs effets sur l'environnement
Cacher / Voir l'abstract

Les liens entre les politiques agricoles et leurs effets sur l'environnement

Le modèle simplifié d'impact des politiques agroenvironnementales de l'OCDE

L’amélioration de la performance environnementale de l’agriculture est une priorité dans les pays de l’OCDE. Mais la mesure et l’évaluation de l’impact des politiques agroenvironnementales sur l’environnement peuvent représenter un défi puisqu’elles nécessitent de lier des modèles économiques et biophysiques dans le contexte propre à chaque pays.  

L’OCDE a développé le modèle simplifié d’impact des politiques agroenvironnementales (Stylised Agri-environmental Policy Impact Model - SAPIM), qui peut être adapté et appliqué par les chercheurs et les décideurs pour mieux comprendre les répercussions des mesures de politique sur la situation agroenvironnementale de leur pays.  

Ce rapport applique le modèle à des exploitations agricoles représentatives aux États-Unis, en Finlande, au Japon et en Suisse. Ces pays se caractérisent par une large gamme d’objectifs, de mesures de politique et de situations agroenvironnementales. Les résultats mettent en évidence que lorsque les externalités environnementales positives ou négatives ne sont pas prises en compte par les exploitants agricoles, alors les choix de production par les exploitants agricoles reflètent les coûts et avantages privés. Les politiques sont susceptibles d’accroître le bien-être social en prenant en compte ces externalités. 

Ce rapport observe que, d’une manière générale, la diversité des situations d’un secteur à l’autre et d’un pays à l’autre rend difficile la généralisation de l’impact des politiques agroenvironnementales au-delà des situations modélisées. Cependant, il en ressort des messages plus généraux pour l’action des pouvoirs publics. En s’appuyant sur les quatre études de cas examinées, ce rapport recommande que les activités polluantes qui ne sont pas réglementées soient prises en considération lors de la conception des mesures ; il préconise de prendre en compte le contexte général de l’action des pouvoirs publics lors de l’évaluation des politiques agroenvironnementales ; et de reconnaître leurs co-avantages et leurs inconvénients pour l’environnement.  

Les politiques en faveur de la croissance verte peuvent stimuler la croissance économique tout en empêchant la dégradation de l’environnement, la perte de biodiversité et la surexploitation des ressources naturelles. Les conclusions de ce rapport contribueront à la Stratégie pour une croissance verte élaborée par l’OCDE, qui servira de guide pratique pour les pouvoirs publics désireux d’exploiter tout le potentiel d’une croissance plus respectueuse de l’environnement.  

www.oecd.org/croissanceverte

Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/5110062e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/agriculture-and-food/les-liens-entre-les-politiques-agricoles-et-leurs-effets-sur-l-environnement_9789264095724-fr
  • LIRE
Date de publication :
17 nov 2010
DOI :
10.1787/9789264095724-fr
 
Chapitre
 

Suisse : les effets de la production laitière sur l'environnement You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/5110062ec007.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/agriculture-and-food/les-liens-entre-les-politiques-agricoles-et-leurs-effets-sur-l-environnement/suisse-les-effets-de-la-production-laitiere-sur-l-environnement_9789264095724-7-fr
  • LIRE
Auteur(s):
OCDE
Pages :
69–94
DOI :
10.1787/9789264095724-7-fr

Cacher / Voir l'abstract

Ce chapitre propose un modèle de production laitière conçu pour correspondre à l’approche globale adoptée pour le SAPIM. Dans le modèle de production, l’agriculteur type maximise les recettes qu’il tire de sa production laitière en tenant compte des mesures de gestion du fumier. L’objectif étant d’analyser les politiques en vigueur, la complexité de la production laitière est décrite de manière simplifiée à l’aide d’une fonction concave de réaction des producteurs laitiers et de deux intrants variables. La production laitière est liée aux décisions d’assolement, car l’agriculteur a toujours la possibilité soit de cultiver des plantes fourragères pour nourrir son bétail, soit de pratiquer des cultures destinées à la vente, soit encore d’opter pour la production simultanée de ces deux types de cultures. Le fumier, qui est un sous-produit de l’élevage laitier, peut être utilisé comme fertilisant pour les productions végétales.
Egalement disponible en: Anglais