Perspectives de l'OCDE sur les compétences 2015

Perspectives de l'OCDE sur les compétences 2015

Les jeunes, les compétences et l'employabilité You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/8714012e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/education/perspectives-de-l-ocde-sur-les-competences-2015_9789264235465-fr
  • READ
Author(s):
OECD
27 May 2015
Pages:
164
ISBN:
9789264235465 (PDF) ;9789264235458(print)
DOI: 
10.1787/9789264235465-fr

Hide / Show Abstract

Partout dans le monde, les jeunes peinent à entrer sur le marché du travail. Dans certains pays de l’OCDE, un quart des 16-29 ans sont sans emploi et ne suivent ni études ni formation. Les Perspectives de l’OCDE sur les compétences 2015 montrent combien une stratégie d’ensemble est nécessaire pour améliorer l’employabilité des jeunes. Si les politiques éducatives, sociales et du marché du travail tiennent chacune un rôle essentiel à cet égard, la coordination entre secteur public et secteur privé n’en est pas moins déterminante. La présente publication s’appuie sur les résultats de l’Évaluation des compétences des adultes de 2012, objet de la première édition des Perspectives, et contient des exemples de politiques menées avec succès dans différents pays.

Also available in English
loader image

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Avant-propos et Remerciements

    Négocier le passage de l’école à la vie active n’a jamais été particulièrement aisé, mais pour des millions de jeunes, dans les pays de l’OCDE, cela relève maintenant de l’impossible. Sept ans après la crise économique mondiale de 2008, plus de 35 millions de 16-29 ans dans la zone OCDE sont sans emploi et ne suivent ni études ni formation. Pour tout dire, les jeunes ont deux fois plus de risques de se retrouver au chômage que les travailleurs d’âge très actif. Nombre de ceux qui ne parviennent pas à trouver un emploi n’utilisent pas les compétences qu’ils ont acquises au cours de leur scolarité. À cela s’ajoute qu’un quart des jeunes actifs occupés travaillent sous contrat temporaire – ce qui réduit leurs perspectives d’évolution professionnelle ou même de formation continue. Permettre aux jeunes de prendre un bon départ dans leur vie active indépendante est aujourd’hui un enjeu majeur pour tous les pays de l’OCDE.

  • Guide du lecteur

    Les données de cet ouvrage proviennent de différentes sources, notamment : l’Évaluation des compétences des adultes (lancée dans le cadre du Programme de l’OCDE pour l’évaluation internationale des compétences des adultes), le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) de l’OCDE, Regards sur l’éducation, et la base de données des Statistiques de l’OCDE sur l’emploi et le marché du travail. Les sources des données figurent sous chaque tableau et graphique.

  • Résumé

    En 2013, 39 millions de jeunes âgés de 16 à 29 ans dans les pays de l’OCDE n’avaient pas d’emploi et ne suivaient ni études ni formation (formant le groupe dit des NEET, pour Neither in Employment nor in Education or Training). Ils sont 5 millions de plus qu’avant la crise économique de 2008 et les estimations dont on dispose pour l’année 2014 sont à peine meilleures. Les NEET sont particulièrement nombreux dans les pays d’Europe du Sud qui ont le plus souffert de la crise. Ainsi, en Espagne et en Grèce, plus de 25 % des jeunes adultes appartenaient à ce groupe en 2013. Plus inquiétant encore, près de la moitié des NEET – quelque 20 millions de jeunes – ne sont même pas à la recherche d’un emploi. Il est dès lors possible que ces jeunes aient disparu des écrans radar nationaux, que ce soient ceux du système éducatif, du système social ou des institutions du marché du travail.

  • Définir une stratégie globale pour améliorer les compétences et l'employabilité des jeunes

    Le taux de chômage des jeunes reste élevé dans la plupart des pays de l’OCDE et, d’après les données les plus récentes, dans les pays de l’OCDE, en 2013, plus de 15 % des jeunes âgés de 16 à 29 ans étaient sans emploi et ne suivaient ni études ni formation. Il a déjà beaucoup été fait pour améliorer les compétences et l’employabilité des jeunes. Le présent chapitre donne une vue d’ensemble du rapport et examine comment les pays peuvent poursuivre les réformes en adoptant une stratégie d’ensemble cohérente qui implique toutes les parties prenantes.

  • Améliorer la formation et les compétences des jeunes : quelles tendances ?

    La formation et les compétences jouent un rôle décisif dans l’employabilité. Les jeunes qui quittent le système scolaire avant d’avoir atteint un niveau de compétences suffisant en littératie et en numératie éprouvent des difficultés à s’insérer sur le marché du travail. De plus en plus, les employeurs recherchent des travailleurs qui, en plus de possèder ces compétences cognitives, sont capables de les utiliser pour résoudre des problèmes et sont également dotés de compétences « personnelles », comme la capacité à communiquer et à travailler en équipe. Le présent chapitre traitera de la façon dont le système éducatif, qui englobe la scolarité obligatoire, l’éducation et la formation professionnelles et l’enseignement tertiaire, prépare aujourd’hui les jeunes à affronter le monde du travail.

  • Améliorer la formation et les compétences des jeunes : quelles politiques ?

    Tous les niveaux d’enseignement – du préprimaire à l’enseignement tertiaire – et tous les modes d’enseignement – de l’apprentissage en entreprise aux cours en ligne ouverts et massifs – peuvent contribuer à préparer les jeunes au monde du travail. Dans ce chapitre, nous allons voir ce que peuvent faire les pouvoirs publics, les concepteurs des politiques et les éducateurs pour que tous les jeunes sortent de l’école bien armés pour entrer – et réussir – sur le marché du travail.

  • Intégrer les jeunes sur le marché du travail : quelles tendances ?

    Nombreux sont les jeunes pour qui l’intégration sur le marché du travail ne va pas sans difficultés. Le passage de l’école à la vie active peut demander du temps et être ponctué de périodes de chômage et de contrats de courte durée. En outre, certains délaissent et leurs études et le monde du travail ; ces jeunes sans emploi et ne suivant ni études ni formation sont souvent désignés par l’acronyme anglais NEET (pour Neither in Employment nor in Education or Training). La crise économique n’a fait qu’accentuer les défis que doivent relever les jeunes pour trouver un emploi et le conserver. Le présent chapitre veut brosser une vue d’ensemble de l’insertion des jeunes dans la vie active. On s’y intéressera également à ceux qui sont en marge du système éducatif et du monde professionnel, en cherchant à mesurer leur éloignement par rapport au marché du travail, en termes de niveau de formation et de compétences, et les obstacles supplémentaires auxquels ils peuvent se heurter.

  • Intégrer les jeunes sur le marché du travail : quelles politiques ?

    Il est crucial de faire en sorte que tous les jeunes sortent du système éducatif dotés des compétences adéquates et de créer des liens plus étroits entre les systèmes éducatifs et le marché du travail (comme nous l’avons vu au chapitre 3), mais cela ne suffit pas pour combler le fossé entre le monde de l’école et celui du travail. On verra dans le présent chapitre comment les institutions du marché du travail et des politiques spécialement conçues à cet effet peuvent faciliter la transition des jeunes vers le marché du travail et aider ceux qui sont sans emploi et ne suivent ni études ni formation à reprendre des études ou à trouver du travail.

  • Utiliser les compétences des jeunes au travail : quelles tendances ?

    Lorsqu’ils arrivent sur le marché du travail, les jeunes doivent mobiliser et développer leurs compétences pour augmenter leur probabilité de trouver un emploi. Pour nombre d’entre eux, ceux qui viennent juste de finir leurs études sont probablement dotés des compétences les plus à jour dans certains domaines. Toutefois, ces compétences risquent de ne pas correspondre tout à fait aux besoins des employeurs, et un certain temps sera nécessaire pour les mettre pleinement à profit. Certains jeunes estiment que les compétences qu’ils ont acquises au cours de leurs études ne répondent tout simplement pas à la demande du marché du travail. Le présent chapitre examine l’utilisation des compétences des jeunes au travail.

  • Utiliser les compétences des jeunes au travail : quelles politiques ?

    Ce chapitre est consacré aux mesures de nature à améliorer l’adéquation entre les compétences et les emplois, à encourager les jeunes à mieux utiliser leurs compétences au travail et à supprimer les obstacles à l’entrepreneuriat, lequel peut être pour les jeunes une autre manière de mettre à profit leurs compétences. De nombreux leviers différents permettent d’agir sur l’utilisation des compétences et sur le processus d’adéquation, tant du côté des employés que de celui des employeurs ; aussi convient-il d’intervenir sur de multiples fronts : supprimer les obstacles à la mobilité géographique, concevoir des cadres nationaux et internationaux de certification des compétences qui soient homogènes, mais également promouvoir des formes d’organisation du travail efficaces et lever les freins à l’entrepreneuriat des jeunes.

  • Add to Marked List
 
Visit the OECD web site