Réformes économiques

French
Frequency :
Annual
ISSN :
1813-274X (online)
ISSN :
1813-2731 (print)
DOI :
10.1787/1813274x
Next Edition: 07 May 2014
Hide / Show Abstract

Cette publication annuelle fait le point sur les questions de politique structurelle dans les pays de l’OCDE. En complément des Perspectives économiques de l’OCDE et des Études économiques de l’OCDE, chaque numéro de Réformes économiques présente un aperçu général des évolutions de politique structurelle dans les pays de l’OCDE, assorti d’un ensemble d’indicateurs représentatifs de ces évolutions. Des notes par pays font la synthèse des priorités retenues à la lumière des indicateurs, des mesures prises et des recommandations formulées. La section consacrée à ces notes par pays comporte également un ensemble d’indicateurs, de tableaux et de graphiques pour chacun d’entre eux. Chaque numéro contient plusieurs études thématiques.

Also available in: English
 
Réformes économiques 2013

Latest Edition

Réformes économiques 2013

Objectif croissance You do not have access to this content

French
Click to Access: 
Author(s):
OECD
Publication Date :
30 Sep 2013
Pages :
308
ISBN :
9789264189256 (PDF) ; 9789264189249 (print)
DOI :
10.1787/growth-2013-fr

Hide / Show Abstract

Objectif croissance est la publication annuelle dans laquelle l'OCDE met en évidence l'évolution des politiques structurelles dans ses pays membres. Elle identifie des priorités de réformes structurelles visant à renforcer les revenus réels pour chacun de ses pays membres, ainsi que pour des économies émergentes clés (Afrique du Sud, Brésil, Chine, Inde, Indonésie et Russie). En outre, un bilan de la mise en œuvre des réformes dans tous les pays couverts est régulièrement établi dans le cadre des analyses réalisées pour Objectif croissance.

Cette publication offre un ensemble d'indicateurs comparables au niveau international, permettant aux pays d'évaluer leurs performances économiques et leurs politiques structurelles dans un large éventail de domaines.

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Click to Access:  Éditorial : Réformer pour assurer une croissance forte et équilibrée

    À l’heure où les politiques macroéconomiques sont mises à rude épreuve dans de nombreux pays, le rôle des politiques structurelles suscite un regain d’attention. L’importance des réformes structurelles tient à la fois à une raison conventionnelle, qui est leur effet stimulant sur le bien-être et la croissance à long terme, mais aussi à leur capacité d’alléger en partie les pressions qui s’exercent sur les politiques macroéconomiques. De meilleures politiques structurelles contribueront à assurer la viabilité des finances publiques et à élargir les marges de manœuvre des autorités monétaires. Les réformes structurelles peuvent renforcer la confiance, ce qui est un point essentiel. Pour ces raisons, elles constituent plus que jamais une priorité pour l’OCDE, et figurent en bonne place dans les plans d’action et les programmes de travail du Groupe des Vingt (G20).

  • Click to Access:  Résumé

    Objectif croissance met à profit l’expertise de l’OCDE en matière de réformes structurelles et de performances économiques pour offrir aux décideurs publics un ensemble de recommandations concrètes concernant des réformes considérées comme prioritaires pour entretenir une croissance soutenue.

  • Click to Access:  Bilan des mesures de réforme et identification des priorités pour 2013 

    Le présent chapitre passe en revue les progrès réalisés par les pays dans la mise en œuvre des recommandations d’Objectif croissance depuis 2011 et présente ensuite les nouveaux domaines d’action prioritaires dans lesquels des réformes structurelles sont jugées indispensables pour stimuler la croissance dans les pays de l’OCDE et les BRIICS.

  • Click to Access:  Les effets des réformes structurelles favorables à la croissance sur d'autres objectifs de l'action publique

    Nous examinons dans ce chapitre les effets secondaires potentiels des recommandations d’action propices à la croissance passées en revue dans le chapitre 1 sur deux autres dimensions du bien-être, à savoir la distribution des revenus et l’environnement, ainsi que sur les finances publiques et les soldes des paiements courants. Ce faisant, nous décrivons dans ce chapitre les principaux mécanismes de transmission à l’œuvre, et cernons les éventuels arbitrages à opérer et complémentarités à exploiter en matière d’action publique.

  • Add to Marked List
  • Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Notes par pays

    • Mark Click to Access
    • Click to Access:  Australie

      Au cours des dix dernières années, le revenu par habitant a fortement augmenté en Australie, soutenu par des termes de l’échange favorables et des taux d’emploi élevés. Il dépasse désormais sensiblement la moyenne des pays de l’OCDE les plus avancés. Cependant, la croissance de la productivité a beaucoup ralenti durant la même période, en partie du fait de facteurs temporaires liés au boom du secteur minier.

    • Click to Access:  Autriche

      Le faible écart de PIB par habitant vis-à-vis des économies de tête de l’OCDE a continué de se resserrer grâce aux gains de productivité du travail. La progression du taux d’activité – surtout parmi les seniors – a été en partie compensée par la baisse conjoncturelle de la durée moyenne du travail.

    • Click to Access:  Belgique

      Le faible écart de revenu par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE est resté stable ces dernières années, la réduction du différentiel (positif) de productivité du travail et du nombre d’heures travaillées étant compensée par une hausse des taux d’emploi.

    • Click to Access:  Brésil

      L’écart de PIB par habitant entre le Brésil et les pays de l’OCDE se réduit peu à peu, mais il demeure ample et s’explique dans une large mesure par un niveau de productivité relativement faible.

    • Click to Access:  Canada

      Le PIB par habitant se maintient à un niveau tout juste inférieur à la moyenne de la moitié supérieure des pays de l’OCDE, ce qui s’explique entièrement par le retard de la productivité.

    • Click to Access:  Chili

      Le mouvement de rattrapage du PIB par habitant vis-à-vis des économies de tête de l’OCDE s’est poursuivi à vive allure grâce à la progression de l’emploi, mais l’écart reste important car la durée moyenne du travail et la productivité de la main-d’œuvre sont faibles.

    • Click to Access:  Chine

      Le PIB par habitant a fait un bond de près de 55 % entre 2007 et 2012, ce qui a considérablement réduit l’écart avec les pays de l’OCDE. Les taux d’activité restant supérieurs à la moyenne de l’OCDE, la différence de revenu par habitant tient essentiellement à un moindre niveau de capital par travailleur.

    • Click to Access:  République tchèque

      Les écarts de revenu et de productivité par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE ont cessé de se réduire depuis 2008. L’écart de revenu reflète un ample déficit de productivité, mais la main-d’œuvre pourrait aussi être mieux utilisée.

    • Click to Access:  Danemark

      L’écart de revenu par rapport aux pays de tête de l’OCDE s’est creusé au cours des dix dernières années, sous l’effet principalement d’un ralentissement des gains de productivité. Bien qu’il soit encore relativement élevé, le taux d’utilisation de la main-d’œuvre a également diminué ces dernières années. Les taux d’emploi sont élevés, mais le nombre d’heures travaillées est faible.

    • Click to Access:  Estonie

      Après un sévère recul durant la crise économique, la convergence économique par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE a repris. Les écarts de productivité et de production par habitant n’en restent pas moins considérables.

    • Click to Access:  Union européenne

      L’écart de revenu par rapport aux économies de tête de l’OCDE est resté essentiellement inchangé. Il reflète une plus faible productivité et surtout une moindre utilisation de la main-d’œuvre. La durée moyenne du travail a continué de diminuer.

    • Click to Access:  Finlande

      L’écart de PIB par habitant par rapport aux économies de tête de l’OCDE s’est un peu creusé pendant la crise financière du fait d’une forte dégradation de la productivité du travail et d’une baisse – moins marquée – de l’emploi, mais la situation a commencé à se redresser dernièrement. L’écart résiduel de PIB par habitant tient essentiellement au déficit de productivité du travail, mais le taux d’utilisation de la main-d’œuvre reste également faible par rapport aux pays les plus performants de l’OCDE.

    • Click to Access:  France

      L’écart de PIB par habitant par rapport aux pays de tête de l’OCDE s’est stabilisé à un niveau conséquent depuis le milieu des années 2000, en raison de la faiblesse des taux d’emploi des jeunes et des seniors, ainsi que de la faible durée du travail.

    • Click to Access:  Allemagne

      L’écart de PIB par habitant a continué de se resserrer par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE. Malgré un modeste recul observé récemment, l’Allemagne se classe parmi les pays les plus performants en termes de productivité horaire du travail. Le taux d’utilisation de la main-d’œuvre a augmenté, mais il est encore nettement inférieur aux niveaux les plus élevés observés dans la zone OCDE.

    • Click to Access:  Grèce

      Après avoir régulièrement diminué durant les années 2000, l’écart de PIB par habitant vis-à-vis des pays de l’OCDE les plus performants s’est nettement accentué ces dernières années du fait de la profonde crise économique dans laquelle le pays est enlisé. Le double recul de la productivité du travail et du taux d’utilisation de la main-d’œuvre explique cette dégradation.

    • Click to Access:  Hongrie

      Le comblement progressif de l’écart de revenu par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE avait déjà cessé avant la récession mondiale. Cet écart reflète un ample déficit de productivité. L’utilisation des ressources en main-d’œuvre est globalement comparable au niveau observé dans les pays de l’OCDE les plus riches, mais le net avantage de la Hongrie en termes de durée moyenne du travail est annulé par un taux d’activité qui figure parmi les plus bas de la zone OCDE.

    • Click to Access:  Islande

      L’écart de revenu par rapport aux économies de tête de l’OCDE s’est creusé ces dernières années en raison de la progression relativement faible de l’emploi et de la durée du travail. L’écart de PIB par habitant reflète une productivité du travail assez basse, alors que les taux d’emploi et la durée moyenne du travail sont élevés.

    • Click to Access:  Inde

      L’économie indienne continue de croître plus vite que celle des pays de l’OCDE, mais l’écart de PIB par habitant avec ces pays reste très marqué en raison de la faible productivité du travail.

    • Click to Access:  Indonésie

      L’écart de revenu par rapport aux économies de l’OCDE a continué de se resserrer sous l’effet d’une forte accumulation de travail et de capital. La différence résiduelle tient essentiellement à un déficit de productivité.

    • Click to Access:  Irlande

      Le revenu par habitant est tombé un peu en dessous du niveau observé dans les économies de tête de l’OCDE, en raison d’une baisse de l’emploi que la croissance continue de la productivité du travail n’a pas suffi à compenser.

    • Click to Access:  Israël

      L’écart de revenu par rapport aux grandes économies de l’OCDE s’est resserré ces dernières années, la hausse du taux d’emploi et de la productivité y ayant contribué pour beaucoup.

    • Click to Access:  Italie

      Le PIB par habitant a accentué son retard par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE. Malgré une intensité croissante de capital, la productivité du travail a à peine augmenté tandis que le taux d’utilisation de la main-d’œuvre reste faible.

    • Click to Access:  Japon

      L’écart de revenu par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE s’est maintenu, une baisse de la consommation de travail ayant compensé des gains relatifs de productivité. Néanmoins, la productivité moyenne du travail demeure inférieure de près d’un quart à celle des économies de tête de l’OCDE, tandis que le taux d’utilisation de la main-d’œuvre est légèrement supérieur.

    • Click to Access:  Corée

      Le PIB par habitant continue de croître rapidement, hissant la Corée au niveau du quart de la moitié supérieure des pays de l’OCDE. La Corée se caractérise par une faible productivité, inférieure de moitié environ à celle des pays de tête de l’OCDE, mais par la durée du travail la plus longue de la zone OCDE.

    • Click to Access:  Luxembourg

      Le revenu par habitant est resté nettement supérieur à celui des autres pays de l’OCDE. La productivité mesurée a baissé, en raison principalement du fléchissement des cours des valeurs mobilières. L’emploi et la productivité restent élevés, mais le taux d’activité a faibli.

    • Click to Access:  Mexique

      L’écart de PIB par habitant considérable qui persiste par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE s’explique principalement par un niveau peu élevé et un faible taux de croissance de la productivité du travail.

    • Click to Access:  Pays-Bas

      Au cours des deux décennies écoulées, le PIB par habitant est resté à peu près conforme à celui de la moitié supérieure des pays de l’OCDE. La forte productivité horaire s’est ralentie quelque peu depuis le milieu des années 2000, tandis que le nombre d’heures travaillées par salarié a continué de baisser.

    • Click to Access:  Nouvelle-Zélande

      L’écart de revenu par rapport aux économies de tête de l’OCDE demeure considérable. Les taux d’utilisation de la main-d’œuvre étant parmi les plus élevés de la zone OCDE, l’écart de revenu s’explique entièrement par un important déficit de productivité horaire du travail.

    • Click to Access:  Norvège

      Les écarts positifs considérables de PIB continental et total par habitant par rapport aux pays de tête de l’OCDE se sont quelque peu réduits. En ce qui concerne l’économie de la Norvège continentale, la contribution de la productivité du travail à la croissance du revenu a légèrement diminué, du fait à la fois d’une moindre intensité capitalistique et d’une plus faible croissance de la productivité multifactorielle, tandis qu’une hausse du taux d’emploi a accru l’utilisation de la main-d’œuvre.

    • Click to Access:  Pologne

      Le PIB par habitant se rapproche régulièrement de la moitié supérieure des pays de l’OCDE en raison d’une forte croissance de la productivité du travail et d’une meilleure utilisation de la main-d’œuvre. Le retard par rapport aux pays les plus performants demeure cependant considérable, du fait principalement d’un important écart de productivité du travail et du faible niveau d’emploi des travailleurs âgés.

    • Click to Access:  Portugal

      L’écart de PIB par habitant par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE s’est resserré au cours de la décennie passée, en raison principalement d’une baisse du taux d’utilisation de la main-d’œuvre. Toutefois, une productivité plus faible reste l’unique facteur expliquant l’écart substantiel de revenu.

    • Click to Access:  Fédération de Russie

      L’écart de PIB par habitant par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE a diminué au cours de la période de forte expansion de 2000-08, avant de se creuser durant la crise mondiale. La reprise d’une croissance relativement rapide de la production en 2010-11 a rétabli la convergence. L’écart de revenu par habitant est imputable exclusivement à la plus faible productivité puisque la Russie a un niveau d’utilisation de la main-d’œuvre relativement élevé.

    • Click to Access:  République slovaque

      L’ample écart de revenu par habitant par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE s’est encore rétréci, grâce à une forte progression de la productivité du travail, mais le niveau d’utilisation de la main-d’œuvre accuse encore du retard.

    • Click to Access:  Slovénie

      Après s’être resserré régulièrement avant la crise, l’écart de PIB par habitant par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE, imputable principalement à un déficit de productivité du travail, s’accentue depuis 2008.

    • Click to Access:  Afrique du Sud

      L’écart de PIB par habitant par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE ne se resserre que progressivement depuis environ l’an 2000, et le revenu par habitant a augmenté un peu plus vite en raison d’une amélioration régulière des termes de l’échange. La contribution du faible taux d’utilisation de la main-d’œuvre à l’écart de PIB par habitant, qui était déjà importante, s’est encore accrue dans le sillage de la crise mondiale.

    • Click to Access:  Espagne

      L’écart de revenu par rapport aux économies de tête de l’OCDE s’est creusé, en raison de pertes d’emplois massives. La récente amélioration de la productivité s’explique par des licenciements dans les activités à faible productivité.

    • Click to Access:  Suède

      L’écart de revenu par rapport aux économies de tête de l’OCDE s’est resserré, en raison d’une forte croissance de la productivité et de l’emploi. Les taux d’emploi sont élevés, mais la durée moyenne du travail est faible. L’écart restant de PIB par habitant est imputable principalement à un déficit de productivité.

    • Click to Access:  Suisse

      La progression du PIB réel par habitant a été un peu plus marquée que dans les pays les plus performants ces cinq dernières années, grâce notamment à une utilisation accrue de la main-d’œuvre induite par l’immigration. Toutefois, l’écart de productivité a perduré.

    • Click to Access:  Turquie

      L’écart de revenu par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE s’est resserré dans les années 2000 mais il demeure important. Le fort rattrapage observé dans les années 2000 s’explique par les gains de productivité accumulés pendant la majeure partie de la période, et par l’accélération de la création d’emplois dans les secteurs autres que l’agriculture ces dernières années.

    • Click to Access:  Royaume-Uni

      L’écart de PIB par habitant par rapport à la moitié supérieure des pays de l’OCDE s’est un peu accentué. Le niveau d’utilisation de la main-d’œuvre reste égal à celui des pays les plus performants de la zone OCDE, mais la productivité du travail est relativement faible et a baissé.

    • Click to Access:  États-Unis

      L’écart positif de PIB par habitant entre les États-Unis et la moitié supérieure des pays de l’OCDE a perduré tout au long de la décennie passée, malgré une légère diminution durant la crise financière. La croissance de la productivité du travail est restée stable, mais les taux d’emploi et la durée moyenne du travail ont contribué à une faible utilisation de la main-d’œuvre.

    • Add to Marked List
  • Mark Click to Access
  • Click to Access:  Indicateurs de politique structurelle

    Ce chapitre contient un ensemble complet d’indicateurs quantitatifs permettant de comparer les politiques publiques entre pays. Ces indicateurs couvrent les systèmes de prélèvements et d’aides au revenu ainsi que leurs effet sur les incitations au travail, la réglementation des marchés de produits et la réglementation du marché du travail, l’enseignement et la formation, les règles relatives au commerce et à l’investissement, ainsi que les politiques d’innovation. Ces indicateurs sont présentés sous forme de graphiques montrant pour tous les pays les données disponibles les plus récentes et les variations par rapport aux précédentes observations.

  • Add to Marked List