Perspectives économiques de l'OCDE

Frequency :
Semiannual
ISSN :
1684-3436 (online)
ISSN :
0304-3274 (print)
DOI :
10.1787/16843436
Next Edition: 25 Nov 2014
Hide / Show Abstract

Les Perspectives économiques de l’OCDE, publication semestrielle, présente une analyse des grandes tendances économiques qui marqueront les deux années à venir. Préparées par le Département des affaires économiques de l’OCDE, les Perspectives économiques présentent un ensemble cohérent de projections concernant la production, l’emploi, les prix et les balances courantes, après avoir examiné chaque pays membre et l’effet induit des évolutions internationales sur ces pays. Tous les pays membres sont examinés ainsi que certains pays non membres.
Chaque numéro comporte une évaluation générale, des chapitres résumant les nouvelles tendances et fournissant des projections par pays, plusieurs chapitres sur des thèmes d’intérêt général et, enfin une analyse statistique très détaillée. Les abonnés de la version imprimée ont aussi accès à l’édition en ligne, publiée sur Internet six à huit semaines avant la sortie de la version papier.

Also available in: English, German
 
Perspectives économiques de l'OCDE, Volume 2005 Numéro 2

Perspectives économiques de l'OCDE, Volume 2005 Numéro 2 You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2_eco_outlook-v2005-2-fr
  • READ
Author(s):
OECD
Publication Date :
19 Jan 2006
Pages :
266
ISBN :
9789264036468 (PDF) ; 9789264036451 (print)
DOI :
10.1787/eco_outlook-v2005-2-fr

Hide / Show Abstract

Deux fois l’an, les Perspectives économiques de l’OCDE analysent les grandes tendances qui marqueront les deux prochaines années et examinent les politiques économiques requises pour favoriser une croissance forte et durable dans les pays membres. Les évolutions dans certaines grandes économies non membres de l’OCDE sont également étudiées. Cette édition couvre les perspectives jusque fin 2007. Complétées par un large éventail de statistiques internationales, les Perspectives constituent un incomparable outil d’information sur l’économie mondiale. Au-delà des thèmes traités régulièrement, on trouvera dans cette édition un chapitre analytique sur la récente hausse des prix de l'immobilier.

Also available in: English, German

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec002.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/editorial_eco_outlook-v2005-2-2-fr
    • READ
    Moins robuste qu'il n'y paraît ?
    La croissance mondiale a pris de l’ampleur au cours des derniers mois. Déjà forte en Amérique du Nord et dans la plupart des pays asiatiques, elle apparaît désormais bien installée au Japon, alors que l’Europe continentale surmonte peu à peu son dernier accès de faiblesse. La reprise qui se dessine en Europe a bénéficié du bas niveau des taux d’intérêt à long terme, de la dépréciation de l’euro et du dynamisme des marchés d’exportation, malgré une croissance de la demande intérieure toujours inférieure à la normale.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec003.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/evaluation-generale-de-la-situation-macroeconomique_eco_outlook-v2005-2-3-fr
    • READ
    Évaluation générale de la situation macroéconomique
    En dépit de la vive hausse des prix de l’énergie, la croissance dans la zone OCDE est restée robuste, l’expansion s’étendant de nouveau à des régions qui ont connu des accès de faiblesse dans le passé. L’économie des États-Unis est restée dynamique, au Japon l’expansion a gagné les activités tournées vers le marché intérieur et les signes d’un rebond se manifestent dans la zone euro, où l’atonie de la demande interne a été jusqu’ici un frein. L’évolution des marchés du travail a été positive dans l’ensemble et l’inflation tendancielle est restée maîtrisée.
  • Add to Marked List
  • Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Évolutions dans les pays membres de l'OCDE

    • Mark Click to Access
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec004.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/etats-unis_eco_outlook-v2005-2-4-fr
      • READ
      États-Unis
      La production a progressé à un rythme soutenu, à la faveur d’une robuste croissance de la productivité, d’une grande fermeté des prix des logements et de mesures de stimulation budgétaires et monétaires. La persistance de plusieurs de ces facteurs, jointe au dynamisme intrinsèque de l’économie, incite à penser que la reprise se maintiendra sur une trajectoire relativement régulière -- en dépit des dommages causés par les cyclones et de la forte augmentation des prix du pétrole. Jusqu’ici, les hausses des prix de l’énergie ne semblent guère s’être répercutées sur le niveau général des salaires ou des autres prix à la consommation. Néanmoins, une légère accélération de l’inflation tendancielle est attendue au cours des prochains trimestres.

      À mesure que disparaissent les derniers signes de sous-emploi des capacités, la forte stimulation monétaire de ces dernières années n’apparaît plus souhaitable, et elle est progressivement réduite. Les taux d’intérêt à court terme sont proches d’un niveau neutre et ils devront même prendre un tour restrictif au cas où les hausses des prix de l’énergie commenceraient à se répercuter sur l’inflation tendancielle. La situation budgétaire des administrations fédérales s’est améliorée grâce à une augmentation imprévue des recettes. Cependant, une grande partie des ces ressources inattendues est absorbée par les dépenses liées aux cyclones et aux interventions militaires. Il importe donc de faire preuve de discipline sur le plan budgétaire face aux pressions à moyen terme qui s’exercent sur les dépenses et aux risques engendrés par l’important déficit extérieur.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec005.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/japon_eco_outlook-v2005-2-5-fr
      • READ
      Japon
      Après avoir marqué une pause au second semestre 2004, l'activité économique a renoué avec une croissance vigoureuse au premier semestre 2005, malgré un certain nombre de circonstances défavorables. L'expansion est tirée par la demande intérieure privée, elle-même soutenue par les bénéfices élevés des entreprises et par un retournement de la tendance à la baisse sur le front de l'emploi et des salaires. Un certain nombre d'indicateurs laissent à penser que la phase d'ajustement dans laquelle est entrée l'économie après l'éclatement de la bulle spéculative est enfin terminée, ce qui devrait permettre à la production d'augmenter à un rythme de 2% environ en 2006-2007.

      La Banque du Japon devrait poursuivre sa politique d'assouplissement quantitatif jusqu'à ce que l'inflation atteigne un niveau suffisant pour que le risque d'une résurgence de la déflation soit négligeable. Le gouvernement devrait accélérer le rythme de l'assainissement budgétaire, compte tenu de la croissance plus rapide que prévue enregistrée par le PIB. Un vaste programme de réformes structurelles est nécessaire pour renforcer la croissance potentielle, dans un contexte de vieillissement démographique rapide. Si l'adoption des projets de lois de privatisation de la Poste japonaise constitue une avancée bienvenue, la concrétisation des avantages économiques de cette réforme passe par l'application effective et rapide de ces dispositions législatives.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec006.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/zone-euro_eco_outlook-v2005-2-6-fr
      • READ
      Zone euro
      L’activité semble se raffermir après avoir marqué une pause au début de 2005. La reprise se poursuivra probablement à un rythme modéré au cours des deux années à venir. L’investissement des entreprises devrait progresser par suite de l’amélioration de la demande extérieure et intérieure et la consommation des ménages augmenter sous l’effet de la hausse des revenus disponibles. Cependant, la reprise ne permettra sans doute pas de résorber totalement le sous-emploi des capacités d’ici à la fin de 2007. L’inflation globale devrait tomber sous la barre des 2 % l’an prochain, une fois dissipé l’impact de la hausse des prix du pétrole.

      Puisque la reprise devrait être modérée et qu’on ne sait pas très bien si la hausse des prix du pétrole aura des répercussions indirectes sur les hausses de salaires, une politique monétaire prudente s’impose pendant un certain temps. Afin d’assurer la viabilité des finances publiques, il va falloir mettre en oeuvre des mesures d’assainissement budgétaire dès que cela sera possible sans risquer de compromettre la reprise. De nouvelles réformes structurelles sont nécessaires pour améliorer la performance économique de la zone euro à moyen terme et sa résistance aux chocs.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec007.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/allemagne_eco_outlook-v2005-2-7-fr
      • READ
      Allemagne
      Compte tenu de la forte progression des exportations, l’activité devrait se renforcer. La faiblesse de la consommation et de l’investissement dans la construction pèse encore sur l’activité, mais l’investissement productif s’est raffermi. La reprise devenant plus générale, le PIB devrait progresser légèrement d’un 1¾ aussi bien en 2006 qu’en 2007, soit légèrement plus que la croissance potentielle. Le déficit des administrations publiques atteindrait au total 3.9% pour cent du PIB en 2005 et resterait élevé en 2006, puis tomberait à 2.6% en 2007, essentiellement grâce au relèvement de la taxe à la valeur ajoutée.

      Pour améliorer durablement la performance économique, le nouveau gouvernement va devoir aller plus loin dans la réforme du marché du travail et des marchés de produits, à l’intérieur d’un cadre cohérent. L’assainissement des finances publiques doit être lié à des réformes plus fondamentales sur le plan des dépenses, ce qui exige notamment de définir plus précisément les responsabilités des différents niveaux d’administration, de réduire de façon plus résolue les subventions et les dépenses fiscales et de poursuivre la réforme du système de sécurité sociale.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec008.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/france_eco_outlook-v2005-2-8-fr
      • READ
      France
      La reprise qui paraît s’être engagée au deuxième trimestre de cette année devrait se poursuivre en 2006. La demande intérieure est appelée à progresser légèrement et les exportations à se redresser. L’amélioration assez faible de l’emploi ne rendra possible qu’une faible recul du chômage. L’inflation se ralentira probablement quelque peu, car les effets secondaires de la hausse des prix de l’énergie se révèlent peu marqués. Le déficit des administrations publiques restera vraisemblablement supérieur à 3% du PIB.

      Il se peut que l’objectif de réduction du déficit budgétaire n’ait pas été atteint en grande partie à cause de la faiblesse de la croissance, néanmoins de vigoureux efforts restent indispensables pour obtenir une importante réduction ces prochaines années. Les mesures de simplification de certaines composantes du système fiscal vont dans la bonne direction ; toutefois, les nouveaux allégements consentis en faveur de certaines activités, qui créent un élément de complication, neutralisent cet effet positif. Les désordres sociaux mettent en évidence le besoin de mesures qui amélioreraient les perspectives des exclus. Des réformes fondamentales du marché du travail, notamment un assouplissement des réglementations qui limitent les possibilités d’emploi des personnes faiblement qualifiées, devraient jouer un rôle essentiel.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec009.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/italie_eco_outlook-v2005-2-9-fr
      • READ
      Italie
      La récession s’est achevée au printemps 2005. La demande intérieure a été stimulée par l’expansion de l’emploi, le recul de l’inflation, l’orientation expansionniste de la politique budgétaire et les conditions monétaires favorables. Les exportations ont bénéficié de la dépréciation de l’euro et de la reprise dans le reste de la zone euro, mais les importations enregistrent aussi une forte progression. Les effets du renchérissement du pétrole limiteront la vigueur de la reprise en 2006, mais à mesure qu’ils s’estomperont, la consommation des ménages devrait contribuer à une accélération du PIB en 2007.

      Pour que la reprise soit durable, il va falloir inverser les évolutions très défavorables de la compétitivité internationale et de la dette publique. En particulier, la croissance des salaires réels doit être mieux alignée sur celle de la productivité, tandis que les dépenses publiques doivent être suffisamment freinées pour permettre une réduction du coin fiscal et un redressement du solde primaire. Il faudrait ouvrir les secteurs des services à la concurrence afin d’en améliorer la productivité.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec010.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/royaume-uni_eco_outlook-v2005-2-10-fr
      • READ
      Royaume-Uni
      La croissance s’est fortement ralentie, en raison surtout d’un fléchissement de la consommation dû à la stabilisation des prix des logements. Cependant, grâce à un raffermissement des investissements et des exportations, la croissance devrait passer de moins de 2% cette année à 2½ pour cent en 2006 et 2¾ pour cent en 2007.

      Le déficit des administrations publiques a dépassé 3% du PIB en 2004. Si les évolutions budgétaires se révèlent décevantes par rapport aux prévisions pour le budget 2005, au-delà de ce que peut expliquer une croissance plus faible que celle attendue, le gouvernement devra prendre de nouvelles mesures pour réduire le déficit de façon décisive. L’inflation ayant été plus forte que prévu et compte tenu de la perspective d’un retour progressif au rythme de croissance tendanciel au début de l’année prochaine, il ne semble pas nécessaire, pour l’instant, de réduire encore les taux d’intérêt. Pour renforcer la croissance potentielle, il faut en priorité étendre à l’échelle nationale la réforme du système d’invalidité, tout en s’attachant à plus long terme à améliorer les qualifications des travailleurs.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec011.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/canada_eco_outlook-v2005-2-11-fr
      • READ
      Canada
      Malgré la nette appréciation du dollar canadien, l’économie s’est montrée extrêmement résiliente et elle fonctionne à un niveau proche de la pleine capacité. L’activité économique devrait s’accélérer pour atteindre un rythme avoisinant le potentiel ces deux prochaines années, le ralentissement prévu de la demande intérieure étant compensé par l’amélioration des perspectives sur les marchés mondiaux. Avec la forte hausse des prix de l’énergie, l’inflation globale dépasse temporairement cette année le haut de la fourchette retenue comme objectif par les responsables de la politique monétaire.

      Vu l’apparition de tensions inflationnistes, la Banque du Canada a commencé de relever son taux directeur en septembre et elle devra poursuivre dans cette voie de façon que les taux d’intérêt se retrouvent à un niveau à peu près neutre. Les perspectives macroéconomiques étant favorables, toute stimulation budgétaire supplémentaire devra être évitée. En revanche, il faudrait davantage veiller à préparer l’économie aux pressions à long terme de plus en plus vives que le vieillissement de la population exercera sur les dépenses.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec012.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/australie_eco_outlook-v2005-2-12-fr
      • READ
      Australie
      L’activité économique s’est renforcée au premier semestre de 2005, essentiellement grâce à l’investissement des entreprises. Il faut s’attendre à ce que l’investissement non résidentiel reste soutenu, la forte hausse des prix des logements prenne fin progressivement et sans heurts et les exportations nettes freinent moins l’activité, de sorte que la production devrait s’accélérer en 2006 et en 2007. Cela devrait conforter les bons résultats sur le marché du travail. L’inflation pourrait légèrement s’accélérer en raison du niveau des prix de l’énergie.

      Afin de préserver la stabilité des prix, les responsables de la politique monétaire devront se montrer vigilants pour que la hausse des prix de l’énergie n’accélère pas l’inflation tendancielle. Cette stabilisation devrait être facilitée par les excédents budgétaires réguliers prévus pour ces prochaines années. Une mise en oeuvre rapide de la réforme envisagée des relations du travail devrait être également utile en favorisant les gains de productivité et en limitant la progression des coûts unitaires de main-d’oeuvre.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec013.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/autriche_eco_outlook-v2005-2-13-fr
      • READ
      Autriche
      La croissance du PIB devrait se ralentir à 1.8 % en 2005, car l’impact de la hausse des prix du pétrole et du ralentissement de la demande sur les grands marchés à l’exportation fera plus que compenser l’effet positif des baisses d’impôts financées par voie de déficit. La croissance s’accélérant ensuite lentement, pour atteindre 2¼ pour cent en 2007, le chômage restera élevé par rapport au passé. L’incidence des prix du pétrole sur l’inflation s’estompera en 2007.

      Le déficit des administrations publiques ne devrait accuser qu’un léger recul d’ici à 2007. Cela étant, de nouvelles réductions substantielles des dépenses publiques seront nécessaires pour engendrer une baisse sensible la dette publique relativement élevée en proportion du PIB et pour ouvrir la voie à de futures augmentations des dépenses liées au vieillissement.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec014.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/belgique_eco_outlook-v2005-2-14-fr
      • READ
      Belgique
      L’évolution des prix du pétrole et des marchés à l’exportation a pesé sur l’activité en Belgique, mais la situation s’améliorant de ce côté, la croissance devrait s’accélérer progressivement et atteindre 2.3% en 2007. Mais la progression de l’emploi ne sera vraisemblablement pas suffisante pour faire baisser le taux de chômage nettement au-dessous de son taux actuel de 8.4%. L’inflation globale devrait presque revenir en 2007 au taux d’inflation tendancielle de 1.6%.

      Il faudrait mettre en oeuvre de nouvelles mesures d’assainissement budgétaire privilégiant la limitation des dépenses pour conforter les progrès accomplis dans le rétablissement de finances publiques viables. Les réformes qui ont pour but de réduire la dépendance à l’égard des prestations sociales et d’accroître les taux d’emploi, en particulier pour les travailleurs âgés et pour les jeunes, sont vitales car elles diminuent d’autant l’assainissement nécessaire pour assurer la viabilité des finances publiques.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec015.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/republique-tcheque_eco_outlook-v2005-2-15-fr
      • READ
      République tchèque
      La croissance devrait atteindre 4¾ pour cent en 2005, avec une contribution exceptionnellement forte du solde extérieur. Pour 2006 et 2007, la composante commerciale diminuera tandis que la demande intérieure devrait se raffermir, et la croissance du PIB atteindrait 4½ pour cent. Il s’ensuivra des pressions inflationnistes et un léger resserrement de la politique monétaire.

      Bien que la croissance soit devenue plus robuste depuis les premières années de la décennie, dans l’amélioration plus nette du climat de l’entreprise et de l’efficience du marché du travail contribueraient à atténuer les risques négatifs. S’agissant de la politique budgétaire, même si les autorités ont de bonnes chances de satisfaire aux critères de Maastricht, de nouvelles réformes du financement et de la prestation des services publics s’imposent pour réduire le risque de voir les finances publiques devenir inviables dans le long terme.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec016.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/danemark_eco_outlook-v2005-2-16-fr
      • READ
      Danemark
      Le PIB devrait croître de près de 3% par an avant de se modérer quelque peu en 2007. Les hausses récentes des prix des logements sont susceptibles d’alimenter la croissance de la consommation jusqu’en 2006. Compte tenu d’un écart de production initial légèrement négatif, la hausse des salaires et des prix dans l’ensemble de l’économie devrait s’accélérer vers 2007, le secteur de la construction commençant déjà à donner des signes de surchauffe.

      Les conditions monétaires, renforcées par le lancement de nouveaux types de prêts sur le marché hypothécaire, stimulent l’activité économique et continueront sans doute de le faire car les taux d’intérêt à court terme resteront stables, à l’instar de ceux de la Banque centrale européenne. Dans ce contexte, l’important surcroît de recettes au titre de l’exploration pétrolière en mer du Nord doit être affecté à la réduction de la dette publique, la politique budgétaire contribuant à contenir la demande globale. Il faudrait aussi envisager des mesures en vue d’accroître l’offre de travail.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec017.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/finlande_eco_outlook-v2005-2-17-fr
      • READ
      Finlande
      La croissance devrait remonter de 1¼ pour cent en 2005 à 3% en moyenne au cours des deux prochaines années, notamment en raison d’un effet de rebond après un conflit du travail dans l’industrie papetière. Le solde extérieur prendra le pas sur la consommation comme moteur de la croissance.

      Les créations d'emplois atteindront probablement moins de la moitié du niveau requis pour atteindre l’objectif d’emploi du gouvernement, tandis que le vieillissement induira une contraction de la population active et des pressions dans le sens d’un relèvement des cotisations de sécurité sociale. Ceci souligne l’importance des mesures conçues pour réduire les départs en retraite anticipés et stimuler la recherche d’emploi, mais aussi pour contenir la poussée des dépenses publiques, de manière à pouvoir atténuer la pression fiscale globale.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec018.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/grece_eco_outlook-v2005-2-18-fr
      • READ
      Grèce
      L’activité économique a ralenti en 2005, principalement sous l’effet d’une forte contraction des investissements après les Jeux olympiques, mais son rythme est resté supérieur à la moyenne pour la zone euro. La croissance de la production va faiblir durant 2006 pour rebondir à 3½ pour cent en 2007 avec le raffermissement de la demande intérieure. L’inflation devrait redescendre aux alentours de 3¼ pour cent au cours des deux prochaines années, mais un écart important subsistera par rapport au taux moyen de la zone euro. Le déficit de la balance courante restera élevé.

      Un assainissement budgétaire durable exige un meilleur contrôle des dépenses primaires et des réformes décisives dans des secteurs clés des dépenses sociales et de l’administration publique. De même, il est capital de réduire la fraude et l’évasion fiscales. Les mesures prévues pour améliorer le fonctionnement des administrations publiques sont tout à fait opportunes. De nouveaux progrès sur le front de la réforme structurelle créeraient un climat plus sain pour la croissance à long terme.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec019.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/hongrie_eco_outlook-v2005-2-19-fr
      • READ
      Hongrie
      La croissance de la production devrait être proche de 4¼ pour cent en 2005 et atteindre 4½ pour cent en 2006, avant de se modérer quelque peu en 2007. Tandis qu’une certaine réduction de la contribution du solde extérieur est à prévoir, la demande intérieure devrait se redresser. L’inflation va décroître fortement à très court terme, sous l’effet de réductions des impôts indirects, mais elle se ranimera en 2007, tout en restant sur la trajectoire des objectifs à moyen terme.

      Le maintien de la viabilité budgétaire doit être une priorité. Pour 2006, le gouvernement vise une réduction substantielle du déficit budgétaire, mais des mesures ponctuelles, notamment la débudgétisation prévue d’un programme de construction routière, donnent à penser que le déficit sous-jacent se creusera d’environ un point de PIB. Une stratégie fondée sur des objectifs réalistes étayés par une discipline plus rigoureuse en matière de dépenses est indispensable pour retrouver la crédibilité et éviter un relèvement de la prime de risque.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec020.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/islande_eco_outlook-v2005-2-20-fr
      • READ
      Islande
      L’économie continue de donner des signes de surchauffe, car les grands projets d’investissement dans le secteur de l’aluminium sont en pleine expansion tandis que la demande des ménages croît à vive allure. Le déficit extérieur grimpe en flèche et l’inflation dépasse la limite de tolérance supérieure fixée par les autorités. Le principal défi pour les responsables des politiques consiste à assurer une résorption ordonnée des déséquilibres actuels et à éviter leur réapparition dans l’avenir.

      De nouvelles majorations des taux d’intérêt sont probablement nécessaires pour inscrire l’inflation sur une trajectoire de baisse vers l’objectif officiel. Eviter un desserrement prématuré de la politique budgétaire atténuerait la pression à la hausse sur les taux d’intérêt et contribuerait à éviter les fluctuations de change excessives, ce qui faciliterait l’action de stabilisation de la politique monétaire.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec021.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/irlande_eco_outlook-v2005-2-21-fr
      • READ
      Irlande
      La production devrait augmenter à un taux régulier de 5% tout au long de la période examinée. La progression soutenue des revenus des ménages et les dépenses publiques seront les moteurs de la croissance. Les exportations nettes vont s’amenuiser car la hausse des coûts unitaires de main-d’oeuvre freinera les exportations. Compte tenu des pressions inflationnistes engendrées par le dynamisme de l’activité, l’inflation tendancielle devrait augmenter progressivement au cours de la période considérée.

      Une concurrence plus intense s'impose pour contrebalancer les tensions inflationnistes à court terme et renforcer les perspectives de croissance à long terme. La proposition d'abroger le Groceries Order (décret sur les magasins d'alimentation), qui entrave le jeu de la concurrence dans le commerce de détail, est une initiative bienvenue à cet égard, et les efforts de déréglementation devraient être élargis aux autres secteurs abrités, à commencer par les professions libérales et les industries de réseau. Une orientation budgétaire plus restrictive aiderait à contenir les pressions inflationnistes et amortirait les chocs négatifs imputables au marché du logement ou au taux de change.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec022.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/coree_eco_outlook-v2005-2-22-fr
      • READ
      Corée
      Après la phase d'ajustement prolongée consécutive à l'éclatement de la bulle du crédit aux particuliers en 2002, on assiste aujourd'hui à un redressement de la consommation privée, tandis que les exportations ont commencé à repartir à la hausse. Ces facteurs devraient donner un coup de fouet à la croissance économique, qui devrait passer de 4% en 2005 à 5% environ en 2006-2007. L'inflation sous-jacente devrait se hisser au niveau du point médian de la fourchette de 2½ à 3½ pour cent retenue comme objectif par la banque centrale, dans un contexte d'accélération de la croissance et de renchérissement de l'énergie.

      La politique monétaire devrait être axée sur l'objectif d'inflation à moyen terme, et s'accompagner d'une politique de change flexible. Pour remédier au problème de la hausse des prix des logements dans certaines régions du pays, les autorités devraient prendre des mesures fiscales et des initiatives destinées à renforcer l'offre. De nouvelles réformes s'imposent pour agir sur les causes structurelles de la faiblesse de la demande intérieure, notamment sur l'ampleur des arriérés de prêts des ménages.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec023.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/luxembourg_eco_outlook-v2005-2-23-fr
      • READ
      Luxembourg
      La croissance de la production s’est nettement ralentie au premier semestre de cette année, les prix élevés de l’énergie pesant sur la consommation privée et sur les marchés à l’exportation en voie d’affaiblissement. L’économie conserve néanmoins un grand dynamisme, surtout dans les services, et devrait retrouver rapidement un rythme plus rapide. La hausse de l’inflation globale a déclenché une indexation des salaires qui pourrait avoir des effets secondaires.

      Les stabilisateurs budgétaires automatiques ont pu fonctionner librement durant le ralentissement, de sorte que le déficit public a dépassé 2% du PIB. Il faudrait mieux contenir les dépenses publiques, dont la progression est proche de 10%.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec024.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/mexique_eco_outlook-v2005-2-24-fr
      • READ
      Mexique
      Après un ralentissement au premier semestre de 2005 sous l’effet d’un affaiblissement de la demande extérieure, la croissance devrait s’accélérer après le milieu de l’année, grâce au renforcement des marchés à l’exportation et à une augmentation des investissements publics, alimentée par des recettes pétrolières en expansion. Les taux de l’inflation globale et tendancielle sont revenus vers l’objectif de la banque centrale et devraient continuer d’enregistrer un reflux progressif. L’emploi progresse à un rythme relativement soutenu.

      La banque centrale a assoupli son orientation au second semestre 2005. Sur le front budgétaire, l’objectif de déficit de 0.2% du PIB en 2005 sera aisément atteint, grâce à des recettes pétrolières plus importantes que prévu. Le projet de budget pour 2006 ne vise qu’une consolidation modérée, car il est fondé sur l’hypothèse d’une baisse des recettes pétrolières. Une réforme fiscale propre à accroître les recettes est nécessaire pour faire face aux besoins en matière de dépenses, tout en réduisant la vulnérabilité des finances publiques face à l’instabilité des cours du pétrole.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec025.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/pays-bas_eco_outlook-v2005-2-25-fr
      • READ
      Pays-Bas
      L'économie néerlandaise a traversé une longue période de croissance inférieure à son niveau tendanciel au cours des cinq dernières années. Grâce à l'amélioration de sa compétitivité-coûts, au renforcement de l'expansion de ses marchés d'exportation et à l'assainissement des bilans de ses entreprises, un mouvement de reprise s'est amorcé et devrait se généraliser en 2006-2007. La hausse des prix à la consommation s'est accélérée en raison du renchérissement de l'énergie, mais l'inflation sous-jacente va probablement rester modérée.

      Compte tenu de l'expansion anticipée, le gouvernement devrait laisser les stabilisateurs budgétaires automatiques jouer pleinement en phase de haute conjoncture. De plus, des mesures destinées à assouplir davantage les dispositions strictes de la législation sur la protection de l'emploi (LPE) relatives aux contrats réguliers accroîtraient la résilience de l'économie, tandis que des réformes visant à allonger le temps de travail tout au long de la vie contribueraient à renforcer l'offre de main-d'oeuvre.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec026.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/nouvelle-zelande_eco_outlook-v2005-2-26-fr
      • READ
      Nouvelle-Zélande
      L’activité devrait se ralentir et les contraintes de capacité s’atténuer, mais certains déséquilibres persisteront. La rapide progression des revenus des ménages tempérera probablement l’impact de la hausse des taux d’intérêt sur les dépenses de consommation, mais la montée des salaires et des coûts des autres facteurs de production amputera encore la rentabilité des entreprises et l’investissement. Les exportations devraient se redresser à mesure que s’estomperont les effets de l’appréciation du taux de change et que la situation s’améliorera sur les marchés extérieurs. Les tensions inflationnistes resteront prononcées.

      Le net durcissement monétaire n’a pas encore entraîné de ralentissement sensible de la croissance de la demande intérieure et les risques de brusque correction s’amplifient. Il serait plus facile de ramener l’économie sur la voie d’une croissance durable si le gouvernement reportait à plus tard l’assouplissement budgétaire prévu, ce qui permettrait de mieux doser les mesures économiques pour faire face aux problèmes macroéconomiques actuels.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec027.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/norvege_eco_outlook-v2005-2-27-fr
      • READ
      Norvège
      Depuis mi-2003, la Norvège continentale connaît une phase d'expansion conjoncturelle vigoureuse. Après avoir atteint près de 4% en 2005 grâce à une forte demande intérieure, la croissance du PIB réel continental devrait fléchir vers son niveau potentiel en 2006 et ralentir encore en 2007, compte tenu du retournement de la politique monétaire d'accompagnement.

      Dans un contexte d'envolée des recettes pétrolières et d'accentuation des pressions à la hausse exercées sur les dépenses publiques en 2006, il sera de plus en plus important que les autorités appliquent une discipline budgétaire stricte, afin de préserver la crédibilité de la règle budgétaire, en accord avec les déclarations du nouveau gouvernement. Compte tenu de la montée des tensions inflationnistes, la politique monétaire doit retrouver une orientation neutre.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec028.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/pologne_eco_outlook-v2005-2-28-fr
      • READ
      Pologne
      La croissance économique a été inférieure aux prévisions au premier semestre de 2005 car la demande intérieure s’est affaiblie. L’incertitude électorale étant levée, la consommation privée et l’investissement devraient maintenant se redresser progressivement, mais les exportations nettes pourraient moins contribuer à la croissance. L’amélioration lente mais régulière du marché du travail devrait avoir des effets positifs sur la confiance des consommateurs.

      Malgré le ralentissement de la croissance économique, les recettes budgétaires ont été supérieures aux prévisions et le déficit des administrations publiques sera inférieur à ce qui était envisagé. Mais, dans le domaine des dépenses publiques, des réformes restent nécessaires pour assurer la viabilité budgétaire à moyen terme. Une ferme détermination du gouvernement dans la mise en oeuvre de ces réformes pourrait permettre d’assouplir plus tôt une politique monétaire assez restrictive ces derniers temps.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec029.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/portugal_eco_outlook-v2005-2-29-fr
      • READ
      Portugal
      L’économie portugaise a commencé de se redresser au premier semestre de 2005, sous l’impulsion des exportations et de la consommation privée. La croissance du PIB réel devrait s’accélérer en 2006 et 2007 mais elle restera probablement à la traîne par rapport à la croissance moyenne de la zone euro, l’économie se situant encore bien au-dessous de son potentiel.

      L’assainissement budgétaire reste le principal enjeu pour les pouvoirs publics. Après un dérapage majeur en 2005 sous l’effet d’importantes dépenses sociales et de l’annulation de toutes les mesures exceptionnelles, le déficit devrait se contracter quelque peu sur la période considérée suite à une hausse des taux d’imposition, des gels des dépenses et des réformes plus approfondies du côté des dépenses.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec030.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/republique-slovaque_eco_outlook-v2005-2-30-fr
      • READ
      République slovaque
      La croissance du PIB devrait rester de l’ordre de 5½ à 6½ pour cent, avec une accélération de la progression de l’emploi. Cependant, les risques d’inflation refont surface et le chômage structurel reste très élevé.

      Les conditions monétaires comme les conditions budgétaires devront être durcies durant la période couverte par les prévisions afin d’atténuer les risques d’inflation, de réduire encore le déficit budgétaire et d’assurer que le plan de passage à l’euro en janvier 2009 reste crédible.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec031.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/espagne_eco_outlook-v2005-2-31-fr
      • READ
      Espagne
      En 2006 et en 2007, la croissance devrait rester vigoureuse, proche du taux potentiel (un peu plus de 3%), grâce au dynamisme de la demande intérieure et à un certain redressement des exportations consécutif à la reprise en Europe. L’inflation globale devrait se modérer quelque peu après sa récente accélération, et l’inflation tendancielle restera sans doute globalement stable, mais l’écart avec la moyenne de la zone euro est susceptible de persister et d’éroder davantage la compétitivité.

      Un resserrement de l’orientation budgétaire serait souhaitable pour atténuer les pressions de la demande intérieure et se préparer aux conséquences budgétaires du vieillissement. Pour enrayer la dégradation de la compétitivité il faudra aussi assouplir le système d’indexation automatique des salaires. La priorité donnée par les autorités à un redéploiement des dépenses publiques pour stimuler les gains de productivité est tout à fait opportune.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec032.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/suede_eco_outlook-v2005-2-32-fr
      • READ
      Suède
      En dépit d’un ralentissement des exportations, la croissance économique demeure robuste ; elle est de plus en plus tirée par la demande interne. L’expansion devrait se poursuivre car la consommation des ménages bénéficiera d’une amélioration de l’emploi. L’investissement, en particulier dans la construction, devrait continuer à augmenter rapidement compte tenu du bas niveau des taux d’intérêt.

      Le programme gouvernemental d’amélioration du marché du travail prévoit un accroissement des dépenses publiques en 2006. L’inflation demeure très en deçà de l’objectif et la banque centrale a abaissé les taux d’intérêt à court terme jusqu’à des niveaux sans précédent. Les politiques budgétaire et monétaire sont donc expansionnistes actuellement, et devront prendre un tour plus restrictif au cours de la période examinée.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec033.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/suisse_eco_outlook-v2005-2-33-fr
      • READ
      Suisse
      Malgré un affaiblissement de la demande extérieure en fin 2004 et la hausse du prix du pétrole au second semestre 2005, l’économie suisse devrait croître de 1¼ pour cent en 2005, un rythme proche de son potentiel. L’activité devrait s’accélérer en 2006 à mesure que la reprise européenne se renforce et entraîner une amélioration sur le front de l’emploi, sans générer de pressions inflationnistes.

      En l’absence de tensions sur les prix, le maintien de conditions monétaires accommodantes à court terme est approprié tant que la reprise n’est pas fermement établie. Le contrôle des dépenses publiques doit en revanche être encore renforcé, en particulier dans le domaine social, pour garantir un assainissement budgétaire durable. Le récent programme de réformes visant à renforcer la concurrence doit être poursuivi pour stimuler la croissance de la productivité.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec034.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/turquie_eco_outlook-v2005-2-34-fr
      • READ
      Turquie
      A la faveur d’une nouvelle amélioration de la confiance intérieure et internationale consécutive à l’ouverture des négociations d’adhésion avec l’Union européenne, la croissance du PIB devrait rester soutenue, aux alentours de 6% en 2006 et en 2007.

      Le cadre de politique macroéconomique rigoureux doit être maintenu. Les entrées croissantes de capitaux exercent une pression à la hausse sur la monnaie, ce qui souligne la nécessité d’accélérer les réformes requises pour renforcer la flexibilité et la compétitivité de l’économie.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec035.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/bresil_eco_outlook-v2005-2-35-fr
      • READ
      Brésil
      La croissance de la production s'est accélérée depuis le deuxième trimestre et devrait se renforcer encore à court terme. La consommation privée est restée robuste et l'investissement est en hausse. Tant la balance commerciale que celle des paiements courants demeurent solidement excédentaires, malgré la demande croissante d'importations liée à l'appréciation du real.

      Les anticipations inflationnistes doivent rester ancrées par une gestion macroéconomique prudente. Une désinflation rapide a ouvert la voie à l'assouplissement actuel de la politique monétaire, et l'objectif d'inflation fixé pour la fin de la l'année est maintenant à la portée des autorités. Les résultats budgétaires demeurent robustes, grâce à la fermeté des recettes, et une nouvelle baisse du ratio d'endettement public serait souhaitable en 2005-2007.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec036.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/chine_eco_outlook-v2005-2-36-fr
      • READ
      Chine
      Stimulée par une forte contribution du secteur extérieur, l'expansion économique chinoise est restée rapide en 2005. Au cours de la période considérée, la croissance de la production pourrait demeurer supérieure à 9% et devrait probablement être tirée par la demande intérieure, compte tenu de l'assouplissement des politiques budgétaire et monétaire, dont l'orientation s'est faite plus neutre, tandis que le taux de change effectif s'appréciait légèrement. Néanmoins, après avoir sensiblement augmenté en 2005, l'excédent des paiements courants n'est guère susceptible de diminuer en pourcentage du PIB, et il pourrait continuer à s'accroître en termes nominaux. D'après les prévisions, l'inflation -- mesurée par l'indice implicite des prix du PIB -- devrait tomber sous la barre des 4%.

      Des tensions croissantes vont probablement se manifester dans le cadre des interactions entre la politique de change et la politique monétaire des autorités, étant donné l'ampleur persistante de l'excédent des paiements courants et des entrées de capitaux. Une poursuite de l'appréciation du taux de change contribuerait à régler ces problèmes, ainsi qu'à prévenir une résurgence de l'inflation. Elle favoriserait également l'évolution de la politique économique vers l'utilisation d'instruments de marché, réduisant la nécessité de recourir à des mesures administratives d'encadrement du crédit, et renforçant du même coup les progrès accomplis en matière de réforme du secteur bancaire au cours de l'année écoulée.

    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec037.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/federation-de-russie_eco_outlook-v2005-2-37-fr
      • READ
      Fédération de Russie
      En dépit d’un choc des termes de l’échange extrêmement favorable, la croissance du PIB a ralenti en 2005 et devrait décélérer très progressivement sur la période de projection. Cette tendance reflète essentiellement une dégradation du climat des affaires, sous l’effet de diverses mesures prises par les autorités, à un moment où les contraintes de capacité commençaient déjà à avoir un impact sur les performances économiques.

      Dans ces conditions, il convient de ne pas céder aux pressions grandissantes en faveur d’un nouvel assouplissement budgétaire. La réduction de la taxe sur la valeur ajoutée actuellement envisagée par les autorités serait particulièrement inopportune, car elle viendrait stimuler une consommation des ménages déjà en plein essor, attisant d’autant l’inflation et risquant de miner la compétitivité. Une relance des réformes structurelles, soutenue par le maintien de la discipline budgétaire, pourrait en revanche redonner confiance aux investisseurs et contribuer à accroître la croissance potentielle.

    • Add to Marked List
  • Mark Click to Access
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec038.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/le-role-des-fondamentaux-dans-l-evolution-recente-des-prix-des-logements_eco_outlook-v2005-2-38-fr
    • READ
    Le rôle des fondamentaux dans l'évolution récente des prix des logements
    Dans la grande majorité des économies de l’OCDE, les prix des logements en termes réels (c’est-à-dire leurs prix effectifs corrigés par l’indice des prix à la consommation) ont fortement progressé depuis le milieu des années 90 (graphique III.1)1. Étant donné le rôle important joué par le patrimoine immobilier dans la reprise2, on examinera ici de plus près les facteurs qui sous-tendent cette évolution dans le but de voir si les prix des logements sont justifiés par les fondamentaux….
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1205022ec039.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/perspectives-economiques-de-l-ocde-volume-2005-numero-2/annexe-statistique_eco_outlook-v2005-2-39-fr
    • READ
    Annexe statistique
  • Add to Marked List