Études économiques de l'OCDE : Royaume-Uni 2002
Hide / Show Abstract

Études économiques de l'OCDE : Royaume-Uni 2002

L’édition 2002 de l'Étude économique consacrée au Royaume-Uni examine les développements récents, la politique et les perspectives économiques de ce pays. Elle comporte des chapitres consacrés à l’augmentation de la productivité et à la gestion des dépenses publiques.

Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002012e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-royaume-uni-2002_eco_surveys-gbr-2002-fr
  • READ
 
Chapter
 

La gestion des dépenses publiques You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002012ec006.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-royaume-uni-2002/la-gestion-des-depenses-publiques_eco_surveys-gbr-2002-6-fr
  • READ
Author(s):
OECD

Hide / Show Abstract

A l’heure actuelle, la situation et les perspectives budgétaires du Royaume-Uni sont meilleures qu’elles ne l’avaient été pendant de longues années, les dépenses étant aujourd’hui financées sans qu’il soit nécessaire de recourir largement à l’emprunt. Ce résultat tient à la fois à la rigueur sans relâche des autorités budgétaires pendant la majeure partie des années 90 et à la rapidité de la reprise au sortir de la récession du début de la décennie. Les autorités se préoccupent maintenant de consolider cette situation tout en s’employant en priorité à améliorer la qualité gravement défaillante de plusieurs services publics essentiels, tels que l’éducation, les soins de santé et les transports publics. Traditionnellement, les responsables de la gestion budgétaire à tous les niveaux d’administration étaient confrontés chaque année à une stricte répartition des fonds entre les ministères dépensiers, les programmes, et, ce qui est particulièrement important, les entreprises publiques. Ce mode de répartition, du sommet vers la base, et la volonté de consolider le budget sans alourdir la fiscalité, ont eu pour effet de comprimer au fil des ans les dépenses d’investissement discrétionnaires et de conduire à une dégradation des services publics. La nécessité de remédier à ces lacunes a poussé le gouvernement actuel, après son entrée en fonctions en 1997, à mettre au point un nouveau cadre de gestion budgétaire et à continuer systématiquement de mobiliser le secteur privé partout où l’on pouvait attendre de sa participation une amélioration de l’efficience opérationnelle.

Also available in English
 
Visit the OECD web site