Études économiques de l'OCDE : Pologne

French
Frequency :
Every 18 months
ISSN :
1999-0618 (online)
ISSN :
1995-3550 (print)
DOI :
10.1787/19990618
Hide / Show Abstract

Études économiques consacrées périodiquement par l'OCDE à l’économie de la Pologne. Chaque étude analyse les grands enjeux auxquels le pays fait face. Elle examine les perspectives à court terme et présente des recommandations détaillées à l’intention des décideurs politiques. Des chapitres thématiques analysent des enjeux spécifiques. Les tableaux et graphiques contiennent un large éventail de données statistiques.

Also available in: English
 
Études économiques de l'OCDE : Pologne 2012

Latest Edition

Études économiques de l'OCDE : Pologne 2012 You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1012072e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pologne-2012_eco_surveys-pol-2012-fr
  • READ
Author(s):
OECD
Publication Date :
22 June 2012
Pages :
144
ISBN :
9789264129627 (PDF) ; 9789264129610 (print)
DOI :
10.1787/eco_surveys-pol-2012-fr

Hide / Show Abstract

L'Étude Économique de l'OCDE de la Pologne 2012 examine les récents développements économiques, politiques, et les perspectives. Il comprend également des chapitres spéciaux traitent des changements climatiques et les soins de santé.

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1012072ec001.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pologne-2012/statistiques-de-la-pologne-2010_eco_surveys-pol-2012-1-fr
    • READ
    Statistiques de la Pologne (2010)

    Cette Étude est publiée sous la responsabilité du Comité d’examen des situations économiques et des problèmes de développement de l’OCDE, qui est chargé de l’examen de la situation économique des pays membres.

  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1012072ec002.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pologne-2012/resume_eco_surveys-pol-2012-2-fr
    • READ
    Résumé

    La Pologne est le pays de l’OCDE qui a enregistré la plus forte croissance tout au long de la crise économique mondiale. Cependant, compte tenu des restrictions budgétaires prévues par les autorités polonaises et du freinage de l’activité économique en Europe, la croissance du PIB réel devrait fléchir fortement pour tomber à 2¾-3 pour cent en 2012 et 2013. Ce recul devrait suffire pour atténuer les tensions inflationnistes, de sorte que l’orientation quelque peu accommodante actuelle de la politique monétaire est appropriée, même si les risques d’inflation tendent actuellement à s’accentuer. Pourtant, la Pologne n’est pas à l’abri des risques de contagion associés à la crise sévissant chez ses partenaires commerciaux européens. Malgré une réglementation prudentielle saine et un système financier relativement solide, les importants passifs en devises des banques et la dépendance à l’égard d’investissements de portefeuille potentiellement volatils sont des sources possibles d’instabilité en cas d’aggravation de la crise de liquidité. Si le ralentissement est plus marqué qu’escompté, la Pologne disposera d’une marge de manœuvre pour amortir le choc en assouplissant les conditions monétaires, à condition que le zloty ne s’affaiblisse pas sensiblement. En revanche, elle devra laisser jouer les stabilisateurs budgétaires automatiques en respectant les contraintes imposées par la règle de la dette.

  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1012072ec003.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pologne-2012/evaluation-et-recommandations_eco_surveys-pol-2012-3-fr
    • READ
    Évaluation et recommandations

    Depuis 2007, la Pologne est le pays de l’OCDE qui a enregistré les meilleurs résultats économiques, tels que mesurés par la croissance du PIB réel (). Elle a ainsi pu combler, au rythme de 2 points de pourcentage en moyenne chaque année depuis 2005, son écart de PIB par habitant avec l’UE15, ce qui représente plus du double du taux de rattrapage observé au cours de la première moitié des années 2000. Cette bonne performance peut s’expliquer par les importantes entrées de fonds de l’UE (qui ont contribué à moderniser l’infrastructure des transports), par l’action de relance exercée par les politiques macroéconomiques nationales (jusqu’en 2010), par la dépréciation du taux de change et par la réglementation prudentielle efficace d’un système financier relativement solide. En revanche, malgré l’amélioration de la rentabilité du secteur des entreprises, les dépenses d’équipement privées ont été faibles jusqu’en 2010 (). En 2011, la croissance du PIB réel, alimentée essentiellement par la consommation privée et l’investissement public, surtout dans le secteur de la construction, s’est établie selon les estimations à 4.3 %, dépassant l’estimation de l’OCDE d’une croissance potentielle de 3-3.5 % environ. Cependant, ce rythme plussoutenu de croissance ne pourra être maintenu que si un large éventail de réformes sont entreprises pour faire face aux déséquilibres sous-jacents et surmonter les faiblesses structurelles. Le gouvernement ayant été reconduit pour un deuxième mandat, le moment est venu pour lui de formuler et de mettre en œuvre un programme de réformes qui favorisera un rattrapage rapide et continu et renforcera la confiance des marchés des capitaux dans l’avenir économique de la Pologne.

  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1012072ec004.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pologne-2012/ameliorer-le-systeme-de-soins-de-sante_eco_surveys-pol-2012-4-fr
    • READ
    Améliorer le système de soins de santé

    Depuis qu’elle a opéré sa transformation postcommuniste, la Pologne a enregistré des progrès comparables à ceux des pays de l’OCDE les plus développés dans le domaine de la santé, sans toutefois parvenir à regagner le terrain perdu au cours des années 70 et 80. L’état de santé de la population reste relativement mauvais même si, après contrôle du revenu par habitant, les indicateurs de santé ne sont que légèrement inférieurs aux moyennes de l’OCDE. Le système de santé de la Pologne se caractérise par de faibles dépenses, un système public fortement réglementé et assujetti à des contraintes budgétaires strictes, une autonomie limitée des autorités infrarégionales et un marché de l’assurance privée peu développé. Les dépenses élevées laissées à la charge des patients et les longues listes d’attente engendrent des inégalités d’accès aux soins. Les priorités les plus pressantes sont les suivantes : alléger les lourdes restrictions d’accès aux soins ; réduire les inégalités persistantes ; mettre en place de nouvelles formules d’assurance-maladie privée soigneusement conçues ; mieux coordonner les principaux acteurs publics ; améliorer la gestion des hôpitaux ; renforcer la fonction de filtrage des médecins généralistes ;et élaborer une stratégie complète en matière de soins de longue durée.

  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1012072ec005.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-pologne-2012/politiques-liees-au-changement-climatique-en-pologne-minimiser-les-couts-de-reduction-des-emissions_eco_surveys-pol-2012-5-fr
    • READ
    Politiques liées au changement climatique en Pologne – minimiser les coûts de réduction des émissions

    La Pologne est en voie de tenir ses engagements internationaux en matière d’émissions de gaz à effet de serre. Elle devra toutefois réduire sensiblement ses émissions à l’avenir si la proposition de la Commission européenne concernant la Feuille de route pour une économie sobre en carbone est adoptée. Les politiques mises en œuvre devraient s’attacher à exploiter au moindre coût l’important potentiel de réduction des émissions du pays, principalement lié à la forte intensité d’émissions du secteur de l’énergie et qui implique des coûts globaux de réduction supérieurs à la moyenne de l’UE, en imposant un prix unique du carbone pour toute l’économie. Cet objectif contraste avec les prix explicites et implicites actuels du carbone, qui sont très variables selon les secteurs. Une forte sensibilité aux signaux de prix du carbone fournis par le SCEQE est également essentielle à la réduction des émissions au moindre coût. En dépit des progrès significatifs accomplis par la Pologne pour se conformer aux réglementations de l’UE dans le secteur énergétique, l’importance de l’actionnariat public et l’absence de séparation effective entre les producteurs et les distributeurs d’électricité peuvent brouiller le signal de prix pour les décisions d’investissement dans les capacités de production. L’isolement du marché polonais de l’électricité impliquequ’il faudra procéder à de plus lourds investissements dans les technologies sobres en émissions pour atteindre un objectif donné de réduction des émissions, alors qu’une intégration plus poussée avec les marchés de l’électricité des pays voisins permettrait un partage plus efficient des coûts entre les différents pays. Il faudrait maintenir l’avantage coût-efficacité du système de soutien uniforme aux énergies renouvelables sous forme de certificats verts en vue de minimiser les coûts de réduction des émissions. Les politiques publiques destinées à accroître la part de l’énergie nucléaire et du gaz naturel à partir des gisements de schiste doivent tenir pleinement compte des risques d’événements extrêmes et des coûts environnementaux à court et long termes de l’utilisation du nucléaire, et intégrer pleinement les risques environnementaux potentiels induits par l’extraction des schistes bitumineux. Les politiques axées sur l’efficacité énergétique peuvent contribuer à remédier aux défaillances du marché, mais elles ne devraient pas aller jusqu’à fausser les prix relatifs du carbone.

  • Add to Marked List