Études économiques de l'OCDE : Nouvelle-Zélande 2002
Hide / Show Abstract

Études économiques de l'OCDE : Nouvelle-Zélande 2002

L’édition 2002 de l'Étude économique consacrée à la Nouvelle Zélande examine les développements récents, la politique et les perspectives économiques de ce pays. Elle comporte des chapitres consacrés aux dépenses publiques et à la stimulation de la croissance.

Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002082e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-nouvelle-zelande-2002_eco_surveys-nzl-2002-fr
  • READ
 
Chapter
 

Prochaines mesures pour les dépenses publiques

À la recherche de l'efficacité You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002082ec005.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-nouvelle-zelande-2002/prochaines-mesures-pour-les-depenses-publiques_eco_surveys-nzl-2002-5-fr
  • READ
Author(s):
OECD

Hide / Show Abstract

L’ambitieux programme de réforme budgétaire engagé par la Nouvelle- Zélande à la fin des années 80 visait à améliorer la qualité et réduire le niveau des dépenses publiques. Il s’agissait de modifier le rôle de l’État, redynamiser le secteur public puis, quelques années plus tard, mettre en place un cadre d’action fondé sur la transparence afin de mieux contrôler les dépenses depuis le sommet jusqu’à la base. Dans l’ensemble, ces mesures ont été couronnées de succès. Les réformes ont commencé par l’un des programmes de transformation en sociétés commerciales et de privatisation d’entités publiques parmi les plus ambitieux des pays de l’OCDE, qui, conjugué à un souci d’efficience, a permis de ramener les dépenses de l’administration centrale de plus de 50 pour cent du PIB en 1986 à moins de 40 pour cent actuellement. Les comptes d’exploitation de l’administration centrale sont devenus excédentaires en 1994 et le sont restés depuis lors, notamment grâce au cadre applicable aux dispositions budgétaires. La Nouvelle-Zélande est également allée plus loin que bien d’autres pays sur le plan des réformes de la gestion publique, en supprimant la plupart des contrôles sur l’utilisation des ressources et en donnant aux dirigeants une grande latitude en matière de gestion, tout en les rendant responsables des résultats obtenus. En conséquence, les meilleurs organismes publics de la Nouvelle-Zélande sont parmi les plus performants du monde...

Also available in English
 
Visit the OECD web site