Études économiques de l'OCDE : Nouvelle-Zélande 2002
Hide / Show Abstract

Études économiques de l'OCDE : Nouvelle-Zélande 2002

L’édition 2002 de l'Étude économique consacrée à la Nouvelle Zélande examine les développements récents, la politique et les perspectives économiques de ce pays. Elle comporte des chapitres consacrés aux dépenses publiques et à la stimulation de la croissance.

Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002082e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-nouvelle-zelande-2002_eco_surveys-nzl-2002-fr
  • READ
 
Chapter
 

Politique macroéconomique You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1002082ec004.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-nouvelle-zelande-2002/politique-macroeconomique_eco_surveys-nzl-2002-4-fr
  • READ
Author(s):
OECD

Hide / Show Abstract

A l’heure actuelle, la politique monétaire comme la politique budgétaire stimulent modérément l’activité économique. Les taux d’intérêt ont été abaissés progressivement à partir du premier semestre 2001, lorsqu’il est apparu peu à peu que les tensions inflationnistes importées ayant provoqué la hausse du taux général d’inflation n’étaient que partiellement répercutées sur les prix intérieurs et que l’on a commencé à constater un tassement de la demande mondiale. Les taux d’intérêt ont été de nouveau réduits après le 11 septembre, les incertitudes entourant la situation mondiale se faisant plus fortes. Néanmoins, l’assouplissement de la politique monétaire a été prudent, compte tenu du degré élevé d’utilisation des capacités et du bas niveau du chômage. Cette approche s’est révélée efficace pour stabiliser la confiance interne tout en maîtrisant l’inflation sousjacente. Les risques négatifs s’étant atténués ces derniers mois, la Banque centrale a adopté peu à peu une orientation monétaire plus neutre. Entre-temps, conformément à l’orientation à moyen terme de la politique budgétaire, le gouvernement a laissé jouer les stabilisateurs automatiques, s’abstenant de modifier notablement ses programmes de dépenses de fonctionnement. Toutefois, au cours des trois années écoulées, les dépenses en capital ont eu tendance à croître et ce mouvement devrait se poursuivre au cours des prochaines années. Néanmoins, les plans à moyen terme tablent encore sur une légère progression des excédents d’exploitation dans les années à venir...

Also available in English
 
Visit the OECD web site