Études économiques de l'OCDE : Norvège 2010
Hide / Show Abstract

Études économiques de l'OCDE : Norvège 2010

Édition 2010 de l’examen périodique de Norvège. Elle contient des chapitres consacrés à la sortie de la crise, aux enjeux à long terme de la politique budgétaire, au changement climatique et à la pêche.
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1010032e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-norvege-2010_eco_surveys-nor-2010-fr
  • READ
 
Chapter
 

La sortie de la crise You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1010032ec004.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-norvege-2010/la-sortie-de-la-crise_eco_surveys-nor-2010-4-fr
  • READ
Author(s):
OECD

Hide / Show Abstract

L’économie norvégienne a particulièrement bien résisté à la crise financière, confrontée à une récession relativement peu profonde et à une hausse modérée du chômage. Maintenant que la Norvège s’achemine vers une reprise qui s’annonce vigoureuse, les autorités doivent envisager le démantèlement des mesures extraordinaires prises en réponse à la crise. Les taux d’intérêt ont déjà été relevés, les mesures spéciales concernant la liquidité sont retirées progressivement et la politique monétaire va devoir prendre un tour encore plus restrictif au cours des deux années à venir. Le rythme du resserrement dépendra principalement de l’évolution de l’économie norvégienne et des perspectives de l’inflation. Les décideurs devront aussi continuer de prêter attention à l’évolution du marché de l’immobilier, stimulé par des taux d’intérêt peu élevés, et aux tendances du marché des changes, qui pourrait réagir au creusement des écarts de taux d’intérêt. Une consolidation budgétaire précoce réduirait la nécessité d’un resserrement monétaire et le risque correspondant d’appréciation du taux de change. Il est essentiel de maintenir le cadre budgétaire de base, qui s’articule autour de la « règle des 4 % », et de commencer bientôt à réduire le déficit structurel hors pétrole pour le ramener à un niveau conforme à cette règle. Le secteur financier norvégien a traversé la crise financière sans grands dommages. Dans le sillage de la crise, il importe de renforcer l’approche macro-prudentielle, en coordination avec les initiatives européennes et internationales. Il faut aussi obliger les banques à augmenter leurs fonds propres, en prévision d’éventuelles pertes dans l’avenir. Enfin, il convient de décourager les pratiques de crédit agressives des banques.
Also available in English
 
Visit the OECD web site