Études économiques de l'OCDE : Mexique 2005
Hide / Show Abstract

Études économiques de l'OCDE : Mexique 2005

L'édition 2005 de l'Étude économique consacrée au Mexique porte sur les principaux enjeux de la politique économique, les services d'enseignement, l'amélioration des conditions de l'activité économique, le renforcement des finances publiques, et l'optimisation de la décentralisation du secteur public.

Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1005182e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-mexique-2005_eco_surveys-mex-2005-fr
  • READ
 
Chapter
 

Évaluation et recommandations You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1005182ec002.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-mexique-2005/evaluation-et-recommandations_eco_surveys-mex-2005-2-fr
  • READ
Author(s):
OECD

Hide / Show Abstract

La reprise qui a suivi le ralentissement amorcé en 2001 semble être solidement établie, le PIB connaissant une croissance à peu près égale à son taux potentiel. L’OCDE s’attend à ce que 2006 marque la troisième année consécutive d’une croissance du PIB de 4 % ou plus. Cette reprise concerne l’ensemble de l’économie, et tant les exportations que la production de biens destinés à la consommation intérieure augmentent à un rythme soutenu, ce qui s’accompagne des risques habituels liés à l’évolution de l’économie mondiale. Il faut noter que ni le ralentissement, ni la reprise n’ont été très marqués et qu’il n’y a pas eu de signes de grave instabilité des marchés financiers ou du marché des changes. L’inflation continue de reculer, de façon irrégulière il est vrai, pour revenir vers l’objectif de 3 %, assorti d’une marge de fluctuation de plus ou moins un point, retenu par la Banque centrale. Les politiques budgétaires et monétaires visant à restaurer la stabilité après la crise du peso de 1995 portent donc leurs fruits et une grande partie des recettes pétrolières supplémentaires exceptionnelles de ces deux dernières années ont été dépensées à bon escient, ou économisées. Cependant, bien qu’un taux de croissance soutenu du PIB de 4 % semble hors de portée de la plupart des pays de l’OCDE, dans le cas du Mexique il est juste suffisant pour permettre au niveau de vie par habitant d’augmenter au même rythme que la moyenne de l’OCDE. La convergence vers ces niveaux de vie plus élevés exigerait une croissance effective plus rapide pendant de nombreuses années et, par conséquent, une augmentation de la croissance potentielle.
 
Visit the OECD web site