Études économiques de l'OCDE

Frequency :
18 times a year
ISSN :
1684-3428 (online)
ISSN :
0304-3363 (print)
DOI :
10.1787/16843428
Hide / Show Abstract

Études périodiques des économies des pays membres de l’OCDE et d’une sélection d’économies non membres. Les examens des pays membres couvrent généralement un cycle de 18 mois, contrairement aux pays non membres qui sont examinés en accord avec le pays concerné. Un minimum de 18 études est réalisé chaque année.

Chaque numéro présente une analyse complète des évolutions observées dans le pays concerné et consacre des chapitres entiers sur des enjeux économiques clés assortis de recommandations destinées à relever ces défis.

Also available in: English
 
Études économiques de l'OCDE : Inde 2011

Études économiques de l'OCDE : Inde 2011 You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1011112e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-inde-2011_eco_surveys-ind-2011-fr
  • READ
Author(s):
OECD
Publication Date :
05 Sep 2011
Pages :
216
ISBN :
9789264093270 (PDF) ; 9789264093263 (print)
DOI :
10.1787/eco_surveys-ind-2011-fr

Hide / Show Abstract

Les Études économiques de l'OCDE : Inde 2011 examine les développements économiques récents, les politiques et les perspectives économiques, maintenir la croissance et améliorer le niveau de vie, reformes budgétaires, éliminer le subventions à l'énergie, le système financier, et consolider les progrès de l'éducation.

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts  

  • Mark Click to Access
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1011112ec001.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-inde-2011/statistiques-de-base-de-l-inde_eco_surveys-ind-2011-1-fr
    • READ
    Statistiques de base de l'Inde
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1011112ec002.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-inde-2011/resume_eco_surveys-ind-2011-2-fr
    • READ
    Résumé
    L’économie indienne a réalisé un rattrapage rapide au cours des deux décennies écoulées et a bien surmonté la récession mondiale. Des réformes d’envergure et des investissements accrus ont porté la croissance potentielle à près de 9 %, taux sans précédent dans l’histoire du pays, ce à la faveur d’une amélioration des infrastructures. Le gouvernement devrait redoubler d’efforts pour restructurer les dépenses publiques, réduire le déficit budgétaire, assouplir certaines des contraintes imposées au secteur financier et promouvoir l’intégration internationale.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1011112ec003.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-inde-2011/evaluation-et-recommandations_eco_surveys-ind-2011-3-fr
    • READ
    Évaluation et recommandations
    Ces dernières années, l’économie indienne a opéré un rattrapage très rapide. Avant la récession mondiale, la croissance annuelle dépassait 9 %, soit une accélération sans précédent par rapport aux taux de croissance déjà élevés du début des années 2000. La part de l’Inde dans la production mondiale a continué de croître et l’écart de productivité vis-à-vis des pays de l’OCDE a diminué, même s’il reste important. L’investissement privé est un moteur essentiel de la croissance. Il est alimenté par les confortables bénéfices du secteur des entreprises, et par un taux d’épargne nationale en hausse, qui s’est hissé aux niveaux atteints par les pays d’Asie de l’Est durant leur période de vive expansion. La croissance repose sur une large assise, mais de fortes disparités régionales persistent.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1011112ec004.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-inde-2011/maintenir-la-croissance-et-ameliorer-le-niveau-de-vie_eco_surveys-ind-2011-4-fr
    • READ
    Maintenir la croissance et améliorer le niveau de vie
    L’Inde a connu, ces dernières années, l’un des taux de croissance les plus élevés au monde, sous l’effet d’investissements importants de la part des entreprises. Le pays, qui n’a pas été épargné par la crise financière mondiale, a subi un ralentissement relativement modéré malgré la sécheresse sévère qui a frappé la production agricole. La reprise a été portée par une forte demande intérieure, avec l’aide d’une politique monétaire et budgétaire expansionniste, et l’économie a retrouvé une trajectoire de croissance forte. Pour prolonger l’expansion actuelle, il sera essentiel d’adopter des politiques macroéconomiques prudentes, étant donné les risques entourant l’inflation, qui a été élevée, et les flux volatiles de capitaux. Le pays devra également s’engager résolument sur la voie de l’assainissement budgétaire s’il veut continuer à réduire l’ample déficit apparu au lendemain du ralentissement économique. Il devra aussi poursuivre les réformes structurelles pour maintenir une croissance élevée à long terme. L’environnement dans lequel opèrent les entreprises privées reste difficile par rapport à beaucoup d’autres pays. Si l’infrastructure s’améliore dans certains secteurs clés, en partie grâce à un accroissement des investissements privés, il existe des goulets d’étranglement qui sont une menace pour l’économie, et il faudra s’efforcer d’intensifier la concurrence et de maintenir le dynamisme des investissements. Le développement économique rapide a stimulé le niveau de vie et réduit la pauvreté, mais le nombre d’Indiens vivant dans l’indigence reste élevé. Il faudra renforcer les systèmes de protection sociale et l’accès à la santé et à l’éducation pour que la poursuite d’une croissance vigoureuse profite au plus grand nombre. Des réformes du marché du travail seront également nécessaires pour promouvoir la création d’emplois.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1011112ec005.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-inde-2011/perspectives-et-reformes-budgetaires_eco_surveys-ind-2011-5-fr
    • READ
    Perspectives et réformes budgétaires
    La loi de 2003 sur la responsabilité et la gestion budgétaires a permis d’avancer sur la voie de l’assainissement des finances publiques. Certes, le déficit s’est de nouveau aggravé en 2008-09, du fait de la crise financière et économique mondiale, mais de nouvelles mesures ont été prises ensuite pour le réduire. Afin d’assurer la poursuite des progrès en ce domaine et de consolider la situation à plus longue échéance, il faut améliorer le cadre budgétaire à moyen terme, notamment en intégrant la loi de finances annuelle à un programme glissant, détaillé, étalé sur trois exercices. Il faut aussi mieux maîtriser les dépenses, en particulier les subventions, que l’administration centrale tente d’ailleurs de freiner, même si la montée des cours mondiaux du pétrole ne lui facilite pas la tâche. Enfin, il est nécessaire de renforcer l’efficience des dépenses, surtout dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’aide sociale. En matière de recettes, des réformes ont été présentées ; elles portent à la fois sur la fiscalité directe et sur le système, complexe et inefficient, des impôts indirects. Les autorités sont en train d’alléger l’impôt sur les sociétés, bien que son taux nominal demeure élevé. Il convient de conserver pendant un certain temps les allégements en faveur des grandes zones économiques spéciales. S’agissant de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, qui n’est acquitté que par une faible proportion de la population, les seuils d’imposition devraient être sensiblement relevés. Une taxe sur les biens et les services doit être mise en place, ce qui devrait réduire la segmentation du marché national. Les droits de douane ont été abaissés en moyenne, mais restent élevés pour certaines catégories d’importations, ce qui laisse des marges de réduction progressive dans l’avenir.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1011112ec006.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-inde-2011/eliminer-progressivement-les-subventions-a-l-energie_eco_surveys-ind-2011-6-fr
    • READ
    Éliminer progressivement les subventions à l'énergie
    Les subventions à l’énergie sont incontestablement importantes et entraînent des coûts budgétaires considérables pour l’administration centrale et, partant, pour le contribuable indien. Celles-ci s’accompagnent aussi de coûts économiques et environnementaux, et profitent principalement aux ménages les plus aisés. L’élimination progressive des subventions à l’énergie et une plus grande place donnée aux signaux-prix sur les marchés de l’énergie contribueraient à accroître l’efficience économique et à réduire les émissions de gaz à effet de serre à long terme. Un certain nombre de mesures ont été adoptées récemment dans ce sens, notamment une modification du système de tarification de l’essence, ainsi que des initiatives en vue de l’abandon du système actuel de subventions au kérosène et au gaz de pétrole liquéfié au profit d’une aide financière directe aux personnes dont les revenus sont inférieurs au seuil de pauvreté. La montée des cours mondiaux du pétrole a cependant eu raison de ces efforts. Des transferts monétaires ciblés aideraient à protéger les ménages à faible revenu des augmentations des prix de l’énergie, mais ils seront difficiles à mettre en oeuvre de façon efficace.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1011112ec007.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-inde-2011/le-systeme-financier-indien_eco_surveys-ind-2011-7-fr
    • READ
    Le système financier indien
    Le système financier indien a considérablement changé depuis les années 90. Les taux d’intérêt ont été déréglementés et de nouveaux acteurs ont été autorisés à entrer dans le secteur bancaire et dans celui des opérations de marché et de titres. Le marché d’actions indien a acquis une dimension internationale, tandis que sont apparues de nouvelles banques privées, plus axées sur la satisfaction du client que les banques publiques plus anciennes. Par ailleurs, l’épargne intérieure a connu une expansion considérable, très similaire à celle qu’avaient connue les économies d’Asie de l’Est pendant leur période de forte croissance. Cela renforce la nécessité de nouvelles réformes du secteur financier. Les banques doivent notamment disposer d’une latitude nettement plus grande en matière de répartition de leurs actifs. Les banques du secteur public ont effectivement paru plus solides au public au cours de la crise de 2007-08, en raison de la garantie implicite de l’État dont elles bénéficiaient, mais il conviendrait de les privatiser afin d’améliorer leur gouvernance et de minimiser la nécessité récurrente de les recapitaliser. Les obstacles subsistant à l’entrée de nouveaux acteurs doivent être réduits. L’inclusion financière revêt une importance prioritaire et les restrictions relatives à la microfinance devraient être évitées. Il est également nécessaire de remettre à plat le cadre législatif et réglementaire, en codifiant les différentes dispositions juridiques en vigueur. Ces réformes déboucheraient non seulement sur des gains d’efficience dans le secteur financier, mais elles auraient sans doute aussi des effets d’entraînement positifs sur le reste de l’économie, et contribueraient à entretenir une croissance rapide.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1011112ec008.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-inde-2011/consolider-les-progres-de-l-education_eco_surveys-ind-2011-8-fr
    • READ
    Consolider les progrès de l'éducation
    L’éducation est l’une des grandes priorités des autorités indiennes, à l’échelon central et dans les États, et elle continue de se développer rapidement. L’accès à l’école a été élargi grâce à des investissements dans les infrastructures et au recrutement d’enseignants. Dans l’enseignement supérieur également, le nombre de prestataires continue d’augmenter à un rythme soutenu. Une nouvelle loi établissant le droit de tous les enfants à l’instruction gratuite et obligatoire va encore accroître les effectifs scolarisés, si bien que les autorités pourraient bientôt atteindre l’objectif d’une éducation élémentaire (d’une durée de huit ans) universelle. Néanmoins, la fréquence des abandons en cours d’études et les faibles taux de fréquentation scolaire continuent de poser un problème aux niveaux inférieurs, tandis que les taux d’inscription aux niveaux supérieurs restent modestes par rapport aux normes internationales. Le secteur privé joue un rôle croissant. S’il est utile de développer les infrastructures, en particulier dans l’enseignement supérieur, l’accès aux études n’est pas toujours garanti et l’offre de prêts étudiants doit être étoffée. Les résultats insuffisants des écoliers et la qualité médiocre de l’enseignement supérieur appellent une amélioration de l’action publique et des mécanismes de financement. Augmenter les ressources est une bonne chose, mais il faudra les déployer de manière plus efficace et renforcer les systèmes d’incitations et de perfectionnement professionnel destinés aux enseignants. Dans l’enseignement supérieur, le gouvernement a proposé des réformes à même d’apporter des améliorations indispensables pour l’efficacité de la réglementation. Les efforts devraient viser avant tout à limiter la microréglementation et à accroître l’autonomie des établissements afin de stimuler l’innovation et la diversité. Augmenter le nombre d’institutions soumises à des contrôles de qualité permettra de relever les normes dans l’ensemble du système d’enseignement supérieur, tandis qu’une réforme des modalités de recrutement et de promotion des enseignants devrait concourir à attirer et à retenir les talents dans les universités.
  • Add to Marked List