Études économiques de l'OCDE : Fédération de Russie

French
Frequency
Irregular
ISSN: 
1999-0677 (online)
ISSN: 
1995-3615 (print)
http://dx.doi.org/10.1787/19990677
Hide / Show Abstract

Études économiques consacrées périodiquement par l'OCDE à l’économie de la Fédération de Russie. Chaque étude analyse les grands enjeux auxquels le pays fait face. Elle examine les perspectives à court terme et présente des recommandations détaillées à l’intention des décideurs politiques. Des chapitres thématiques analysent des enjeux spécifiques. Les tableaux et graphiques contiennent un large éventail de données statistiques.

Also available in English, Russian
 
Études économiques de l'OCDE : Fédération de Russie 2009

Études économiques de l'OCDE : Fédération de Russie 2009 You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1009062e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-federation-de-russie-2009_eco_surveys-rus-2009-fr
  • READ
Author(s):
OECD
08 Oct 2010
Pages:
190
ISBN:
9789264054806 (PDF) ;9789264054790(print)
http://dx.doi.org/10.1787/eco_surveys-rus-2009-fr

Hide / Show Abstract

Édition 2009 de l'étude économique de l'OCDE consacrée périodiquement à l'économie de la Fédération de la Russie. L'ouvrage inclut des chapitres sur les points suivants : la stabilisation et le retour à la croissance, comment mener une politique budgétaire favorable à la croissance à court et à long terme, renforcer la flexibilité du régime de change et l'efficacité de la politique monétaire et améliorer l’efficience et la résilience du secteur bancaire. Le thème spécial analyse comment améliorer la réglementation des marchés de produits et de services. 
Also available in English, Russian
loader image

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Statistiques de base de la Fédération de Russie
  • Résumé
    La crise mondiale a brutalement interrompu la forte reprise de l’économie russe observée depuis la crise financière de 1998. Un ralentissement était de plus en plus prévisible, vu l’érosion de facteurs favorables tels que la sous-évaluation du rouble et les excédents de capacité de production et de main-d’oeuvre, mais la sévérité de la crise s’explique par l’imbrication d’éléments internes et externes...
  • Évaluation et recommandations
    Entre la crise financière qui a frappé la Russie en août 1998 et la crise mondiale qui a éclaté véritablement en septembre 2008, le pays a connu la meilleure décennie de croissance de son histoire, marquée par un quasi-doublement du PIB réel. Cette forte expansion de la production, doublée d’une vigoureuse appréciation réelle du rouble principalement induite par la flambée des prix de l’énergie et des matières premières, a fait que le PIB nominal mesuré en dollars des États-Unis a presque septuplé durant cette période, performance supérieure à celle de tout autre grand pays. Une série d’autres indicateurs économiques et sociaux ont aussi affiché des avancées spectaculaires ces dix dernières années. La productivité totale des facteurs a vivement augmenté, les salaires réels se sont envolés et les taux de chômage et de pauvreté ont considérablement baissé. Les amples excédents de la balance des opérations courantes, s’ajoutant au basculement de la balance des capitaux privés (les fortes sorties nettes ayant fait place à des entrées nettes encore plus massives), ont porté les réserves internationales à près de 600 milliards USD, montant dépassé uniquement par la Chine et le Japon. La transformation des finances publiques a été particulièrement spectaculaire. Après avoir fait défaut sur une partie de sa dette en 1998, l’administration fédérale a affiché une série d’excédents et a presque résorbé la dette publique tout en accumulant des avoirs extérieurs jusqu’à hauteur de 13 % du PIB fin 2008. Sur le front de l’inflation, la situation était plus nuancée, mais durant la plus grande partie de la décennie écoulée l’inflation s’est maintenue sur une trajectoire de baisse, revenant de 85 % fin 1998 à des taux inférieurs à 10 % à la mi-2007. À ce moment-là, la flambée des prix internationaux des produits alimentaires et de l’énergie s’est conjuguée avec une croissance très rapide de la masse monétaire en Russie pour entraîner l’inflation jusqu’à 15 %, puis une décrue s’est amorcée fin 2008 lorsque les prix de l’énergie et des produits de base se sont effondrés et que l’expansion monétaire s’est brusquement interrompue.
  • Mener une politique budgétaire favorable à la croissance à court et à long terme
    Jusque vers la fin de 2008, le principal problème de politique budgétaire en Russie était de déterminer quelle proportion des abondantes recettes pétrolières il fallait épargner et quels actifs accumuler. L’irruption de la crise a transformé cet état de choses, engendrant de lourds déficits et remettant en cause la viabilité des finances publiques. Le principal enjeu de politique budgétaire à court terme est d’évaluer l’ampleur et la forme optimales de la relance budgétaire ainsi que l’étendue et les modalités appropriées du soutien public au système bancaire, tout en préservant la viabilité budgétaire. À plus long terme, la politique budgétaire peut largement contribuer à rehausser le taux de croissance potentielle. L’imposition de la richesse liée aux ressources naturelles restera une question cruciale à cet égard, et des possibilités s’offrent aux autorités de s’approprier les rentes économiques plus efficacement et plus systématiquement dans les différents secteurs tout en protégeant les incitations à l’exploration et à l’exploitation. Des réformes dans ce secteur et dans d’autres domaines sont susceptibles de rendre le système fiscal plus propice à la croissance sans nuire à l’équité.
  • Renforcer la flexibilité du régime de change et l'efficacité de la politique monétaire
    Ce chapitre aborde les enjeux de la politique monétaire et de la politique de change dans un contexte de fortes fluctuations des termes de l’échange et de volatilité du compte des opérations en capital. On examine d’abord dans quelle mesure le régime de changes quasi fixes s’est montré efficace pour favoriser la désinflation lors de la remontée des prix du pétrole (de 2002 à la mi-2008) : si la reprise de l’inflation à partir du milieu de 2007 peut être imputée en partie à la flambée des prix internationaux des produits de base durant cette période, l’inflation sous-jacente est restée élevée à cause de l’orientation excessivement accommodante de la politique monétaire. Ce chapitre analyse ensuite la politique monétaire et de change après l’irruption de la crise financière mondiale qui a déclenché une brutale détérioration des termes de l’échange et des sorties massives de capitaux. Étant admis que la dépréciation préannoncée du taux de change a été coûteuse, cette politique peut être considérée – a posteriori – comme une stratégie de second choix dans un contexte de dollarisation de la dette. La politique optimale aurait consisté à ne pas offrir aux entreprises de si fortes incitations à s’endetter en devises dans les années précédant la crise, en autorisant une plus grande flexibilité du taux de change. Toutes les conditions requises pour adopter le ciblage de l’inflation en Russie ne sont pas encore remplies, mais les préparatifs devraient être accélérés.
  • Améliorer l'efficience et la résilience du secteur bancaire
    Le système bancaire de la Russie s’est considérablement développé et renforcé depuis la fin de la crise financière de 1998, mais même avant que la crise mondiale actuelle n’éclate il ne jouait encore qu’un rôle limité dans l’intermédiation de l’épargne et de l’investissement, surtout à l’égard des petites et moyennes entreprises. De plus, en dépit d’importantes améliorations, certaines carences de la supervision prudentielle ont subsisté et le secteur bancaire russe a continué d’abriter un nombre excessif de petits établissements qui n’exerçaient guère d’activités bancaires. Un regroupement plus poussé dans le secteur permettrait à la fois de renforcer la concurrence et d’accroître la robustesse du système. Ce chapitre examine les impératifs d’action à court terme face à la crise et les réformes qui pourraient être engagées dans le long terme pour améliorer l’efficacité et la résilience du système financier et pour augmenter le taux de croissance potentielle de la Russie. Certes, la crise actuelle s’avère douloureuse pour le secteur bancaire et l’économie dans son ensemble, mais elle peut faciliter une restructuration du système qui sera bénéfique dans le long terme, ainsi que de nouvelles approches de la réglementation qui rendront le secteur bancaire moins sujet aux crises.
  • Améliorer la réglementation des marchés de produits et de services de la Russie
    Ce chapitre s’appuie sur les indicateurs OCDE de la réglementation des marchés de produits (RMP) pour évaluer dans quelle mesure l’environnement réglementaire en Russie favorise la concurrence et pour attirer l’attention sur les secteurs dans lesquels de nouveaux efforts de réforme seraient payants. Les estimations de ces indicateurs font apparaître que, en dépit d’améliorations dans certains domaines, de nombreux aspects du cadre réglementaire de la Russie sont encore restrictifs, et il subsiste des possibilités considérables de rehausser la performance économique en alignant la réglementation sur les meilleures pratiques. En particulier, à en juger par les scores obtenus, réduire le rôle du secteur des entreprises d’État sur les marchés intrinsèquement concurrentiels et redoubler d’ efforts pour libéraliser les régimes du commerce extérieur et de l’investissement serait bénéfique pour la performance économique de la Russie. Toutefois, les travaux en cours doivent être centrés sur la séparation des segments concurrentiel et monopolistique du marché et sur la levée des obstacles à l’entrée. En outre, les autorités doivent développer les capacités et les pouvoirs des régulateurs sectoriels. La mise en place d’une politique globale de la concurrence contribuerait aussi à mettre au premier plan la question de la concurrence et à diffuser une éthique concurrentielle dans les différents niveaux d’administration.
  • Glossaire
  • Add to Marked List
 
Visit the OECD web site