Études économiques de l'OCDE : États-Unis

French
Frequency
Every 18 months
ISSN: 
1999-0111 (online)
ISSN: 
1995-3054 (print)
DOI: 
10.1787/19990111
Hide / Show Abstract

Études économiques consacrées périodiquement par l'OCDE à l’économie des États-Unis. Chaque étude analyse les grands enjeux auxquels le pays fait face. Elle examine les perspectives à court terme et présente des recommandations détaillées à l’intention des décideurs politiques. Des chapitres thématiques analysent des enjeux spécifiques. Les tableaux et graphiques contiennent un large éventail de données statistiques.

Also available in English
 
Études économiques de l'OCDE : États-Unis 2014

Latest Edition

Études économiques de l'OCDE : États-Unis 2014 You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1014122e.pdf
  • PDF
  • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/102014122f1.epub
  • ePUB
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-etats-unis-2014_eco_surveys-usa-2014-fr
  • READ
Author(s):
OECD
29 Jan 2016
Pages:
128
ISBN:
9789264207301 (PDF) ; 9789264246317 (EPUB) ;9789264207295(print)
DOI: 
10.1787/eco_surveys-usa-2014-fr

Hide / Show Abstract

Études économiques de l'OCDE : États-Unis 2014 examine les développements récents, les politiques et les perspectives économiques de ce pays. Ce rapport comporte des chapitres consacrés au améliorer le bien-être et tirer parti des nouvelles énergies.

loader image

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Statistiques de base des États-Unis, 2012

    Cette Étude est publiée sous la responsabilité du Comité d’examen des situations économiques et des problèmes de développement (EDR), qui est chargé de l’examen de la situation des pays.La situation économique et les politiques des États-Unis ont été évaluées par le Comité le 19 mai 2014. Le projet de rapport a ensuite été révisé à la lumière de la discussion et finalement approuvé par le Comité plénier le 2 juin 2014.Le projet de rapport du Secrétariat a été établi pour le Comité par Douglas Sutherland et Aida Caldera Sánchez, sous la direction de Patrick Lenain. Valéry Dugain a apporté une aide à la recherche.L’Étude précédente des États-Unis a été publiée en juin 2012. Des informations sur la dernière Étude ainsi que sur les précédentes et des informations complémentaires sur la manière dont les Études sont préparées sont disponibles sur www.oecd.org/eco/surveys.

  • Résumé

    L’économie des États-Unis se remet de la Grande Récession et les perspectives à court terme sont favorables. Le secteur des biens manufacturés durables connaît une reprise particulièrement forte grâce à des coûts de main-d’oeuvre plus compétitifs et au faible niveau des prix de l’énergie. Le redressement global de l’activité est moins marqué qu’après les récessions passées, parce que les séquelles de la crise financière n’ont pas été totalement effacées, parce que l’orientation des dépenses publiques a pesé de manière inhabituellement lourde et, enfin, parce que le départ à la retraite, prévu depuis longtemps, des personnes de la génération du baby-boom pèse sur l’offre de main-d’oeuvre.

  • Évaluation et recommandations

    Six ans après le début de la crise financière, la reprise économique aux États-Unis s’accélère. Le PIB réel est supérieur d’environ 6 % à son niveau d’avant la crise, le secteur du logement commence de se redresser, les banques ont retrouvé une situation saine, la rentabilité des entreprises est forte et les prix des actions ont atteint de nouveaux records. La forte envolée du secteur énergétique induite par la fracturation hydraulique apporte une impulsion bienvenue à la croissance. Nombre d’Américains ont bénéficié de la reprise : la croissance de l’emploi s’est régulièrement poursuivie, le chômage a diminué et les prix des logements sont de nouveau en hausse – autant de facteurs qui contribuent à rétablir une forte confiance des consommateurs. Pourtant, il ne s’agit pas d’une reprise qui serait simplement synonyme d’un retour à la normale. De fait, le redressement de l’activité économique a été moins dynamique qu’après les récessions passées (graphique 1), non seulement parce que tous les effets des turbulences financières n’ont pas disparu, mais aussi à cause des réductions inhabituellement larges des dépenses publiques, notamment dans la fonction publique, et du départ à la retraite, prévu depuis longtemps, des personnes de la génération du baby-boom.

  • Suite donnée aux recommandations antérieures de l'OCDE

    Cette annexe passe en revue les mesures prises suite aux recommandations formulées dans les précédentes Études dans les domaines suivants : priorités de la politique macroéconomique, priorités de la politique structurelle et priorités de la politique de santé. Chaque recommandation est suivie d’une note indiquant les mesures prises depuis l’Étude de juin 2012. Les recommandations nouvelles de la présente Étude figurent dans les chapitres correspondants.

  • Add to Marked List
  • Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Chapitres thématiques

    • Mark Click to Access
    • Améliorer le bien-être

      Par comparaison avec d’autres pays de l’OCDE, il fait relativement bon vivre aux États-Unis grâce à une croissance économique soutenue et des progrès technologiques qui ont porté le revenu moyen à un niveau élevé. Néanmoins, des éléments indiquent que les avantages tirés de cette réussite ne sont pas répartis de manière suffisamment large. L’appréciation subjective du bonheur croît avec les revenus, et ce point prend une résonnance particulière dans un pays où les inégalités de revenus sont parmi les plus élevées de l’OCDE et où le modèle de répartition des revenus semble évoluer vers une concentration encore plus forte à l’extrémité supérieure de la fourchette, au détriment de la classe moyenne et des pauvres. La durée du travail aux États-Unis reste en outre l’une des plus longues de la zone OCDE, ce qui accentue les difficultés rencontrées par les Américains pour concilier vie professionnelle et vie privée, élever leurs enfants et se libérer du temps pour leurs loisirs et activités personnelles. Ces pressions contribuent à une augmentation des tensions et du stress au travail, qui ont des effets négatifs sur la santé, y compris mentale, ainsi que des conséquences néfastes sur l’employabilité et les coûts médicaux. S’il est difficile d’inverser ces tendances, plusieurs moyens d’action utiles sont actuellement mis en œuvre,tandis que d’autres initiatives sont à l’étude : politiques fédérales améliorant l’accès aux soins de santé et à l’éducation préscolaire, initiatives menées par les États en faveur de la flexibilité au travail, investissements consentis par les entreprises pour améliorer la qualité des emplois et attention accrue accordée aux effets du stress au travail sur la santé. Si ces mesures sont effectivement adoptées, elles pourraient grandement contribuer à améliorer le bien-être des ménages américains qui travaillent.

    • Exploiter au mieux les nouvelles ressources énergétiques

      Depuis 2007 environ, le pays connaît une « renaissance énergétique » grâce à ses abondantes réserves d’huiles et de gaz de schiste. Le nouvel essor de la production pétrolière et gazière commence à avoir des effets économiques perceptibles et a changé la situation des prix du gaz naturel aux États-Unis, stimulant la compétitivité. Pour tirer pleinement parti de cette évolution, il faudra des investissements significatifs. Le gouvernement fédéral et les États captent une partie des rentes des ressources, mais il existe des possibilités d’augmenter la fiscalité et de mettre ces recettes au service de l’amélioration du bien-être futur. Alors que la taxation des rentes des ressources naturelles via l’impôt sur les bénéfices peut être moins distorsive que d’autres formes de fiscalité, seul un État y a recours. La production de ressources en hydrocarbures de schiste, à l’instar d’autres modes d’extraction de ressources, s’accompagne d’un certain nombre de défis environnementaux. Pour respecter les demandes d’utilisation des ressources en eau, il faut veiller à l’existence de droits sur l’eau appropriés, et les autorités chargées de la réglementation au niveau fédéral et à celui des États doivent surveiller de près les répercussions environnementales de la fracturation hydraulique et renforcer la réglementation autant que nécessaire.Le gaz naturel peut être une « énergie relais » dans la transition vers une économie sobre en carbone et contribuer à réduire les émissions en entraînant le remplacement du charbon. Des mesures d’accompagnement seraient souhaitables pour empêcher que le gaz naturel entrave le développement des énergies renouvelables et que la faiblesse des prix paralyse l’innovation.

    • Glossaire
    • Add to Marked List
 
Visit the OECD web site