Études économiques de l'OCDE : Chine 2010
Hide / Show Abstract

Études économiques de l'OCDE : Chine 2010

Selon l'édition 2010 de l'examen périodique de l’OCDE consacré à l’économie de la Chine, le pays a continué de connaître une croissance spectaculaire au cours des dernières années relevant ainsi considérablement le niveau de vie. Le ralentissement lié à la crise financière et économique mondiale a été jugulé par une relance monétaire et budgétaire, ce qui a donné un coup de pousse à la demande intérieure. L’étude inclut des chapitres sur les récents accomplissements et perspectives économiques, la politique monétaire, les réformes financières, la réglementation des marchés des produits et la concurrence, les inégalités, le marché du travail, la sécurité des personnes âgées et le système de santé.

Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1010062e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-chine-2010_eco_surveys-chn-2010-fr
  • READ
 
Chapter
 

Poursuivre la réforme de la politique monétaire You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1010062ec005.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-chine-2010/poursuivre-la-reforme-de-la-politique-monetaire_eco_surveys-chn-2010-5-fr
  • READ
Author(s):
OECD

Hide / Show Abstract

Grâce aux réformes et au développement du secteur financier, la Banque populaire de Chine (PBoC) a maintenant une bonne maîtrise des taux d’intérêt du marché monétaire. Comme ceux-ci déterminent de plus en plus les taux de prêt des banques, la banque centrale est aussi en mesure d’influer sur le coût du crédit sans recourir à ses taux de référence applicables aux banques commerciales. En outre, les taux d’intérêt sont un déterminant important de l’investissement en Chine, par l’intermédiaire du coût d’usage du capital, et l’activité économique globale a une incidence sur l’inflation. Dès lors, une politique monétaire reposant davantage sur les taux d’intérêt favoriserait la stabilisation macroéconomique, tout en évitant nombre des inconvénients de l’actuelle méthode quantitative. En outre, une plus grande flexibilité du taux de change permettrait de mieux amortir les chocs macroéconomiques et donnerait à la banque centrale plus de marge pour adapter la politique monétaire à la situation économique du moment. Parallèlement, les réorientations de la politique menée par la PBoC devraient s’appuyer sur des informations tirées du suivi d’un ensemble d’indicateurs et sur un objectif d’inflation souple.
Also available in English
 
Visit the OECD web site