Rapport sur les pays les moins avancés

French
Frequency
Annual
ISSN: 
2414-7249 (online)
http://dx.doi.org/10.18356/bf4f319c-fr
Hide / Show Abstract
Also available in Spanish, English
 
Les Pays les Moins Avancés Rapport 2015

Latest Edition

Les Pays les Moins Avancés Rapport 2015

Transformer L’Économie Rurale You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/178ce43a-fr.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/agriculture-rural-development-and-forestry/les-pays-les-moins-avances-rapport-2015_178ce43a-fr
  • READ
Author(s):
UNCTAD
30 June 2016
Pages:
202
ISBN:
9789210574143 (PDF)
http://dx.doi.org/10.18356/178ce43a-fr

Hide / Show Abstract

This report documents the importance of the rural sector and agriculture in least developed countries (LDCs), through their contribution to employment generation and economic activity, as well as the fact that the bulk of LDC poverty is concentrated in rural areas. The discussion is placed in the perspective of the post-2015 development agenda, in which rural economic transformation will be a sine qua non for sustainable rural poverty eradication. It presents evidence on agricultural productivity dynamics in LDCs, discussing the importance of agricultural productivity for human development in rural areas, and analysing the key elements driving agricultural productivity growth in these countries. It examines the synergies and complementarities between agricultural productivity growth and rural economic diversification. It concludes by discussing the policies which need to be put in place to accelerate agricultural productivity and diversify rural economies, thereby providing the essential contribution to reaching LDCs’ development goals.
Also available in English
loader image

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Qui sont les pays les moins avancés?
    Quarante-huit pays sont actuellement désignés par l’Organisation des Nations Unies comme « pays les moins avancés » (PMA). Ce sont les pays suivants : Afghanistan, Angola, Bangladesh, Bénin, Bhoutan, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Comores, Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Haïti, Îles Salomon, Kiribati, Lesotho, Libéria, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Mozambique, Myanmar, Népal, Niger, Ouganda, République centrafricaine, République démocratique du Congo, République démocratique populaire lao, République-Unie de Tanzanie, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Tchad, Timor-Leste, Togo, Tuvalu, Vanuatu, Yémen et Zambie.
  • Remerciements
    Le Rapport 2015 sur les pays les moins avancés a été établi par la CNUCED. Y ont contribué : Rolf Traeger (chef d’équipe), Maria Bovey, Agnès Collardeau-Angleys, Piergiuseppe Fortunato, Christian Kingombe, Mariangela Linoci, Irene Musselli, Mauricio Pinzon Latorre, Daniel Poon, Madasamyraja Rajalingam, Kasper Vrolijk, David Woodward et Simonetta Zarrilli (équipe chargée du Rapport). Le travail a été effectué sous la direction et la supervision de Taffere Tesfachew, Directeur de la Division de l’Afrique, des pays les moins avancés et des programmes spéciaux, qui a aussi apporté sa contribution à la structure et au contenu du Rapport.
  • Sigles et abréviations
  • Classifications utilisées dans le présent Rapport
    Sauf indication contraire, les pays les moins avancés (PMA) sont, dans le présent Rapport, classés en fonction d’une combinaison de critères géographiques et structurels. Ainsi, les petits PMA insulaires situés en Afrique ou en Asie sont regroupés avec les îles du Pacifique en raison de leurs similarités structurelles. De même, Haïti et Madagascar, qui sont considérés comme de grands PMA insulaires, sont regroupés avec les PMA africains. Le Soudan du Sud a déclaré son indépendance le 9 juillet 2011 et, le 14 juillet 2011, est devenu un État Membre de l’ONU. À partir de 2011, les données pour le Soudan du Sud et celles pour le Soudan (officiellement, la République du Soudan), lorsqu’elles existent, apparaissent donc sous le nom du pays auquel elles correspondent. Pour les périodes précédent l’indépendance du Soudan du Sud, les données pour le Soudan (ancien Soudan) concernent aussi le Soudan du Sud, sauf indication contraire. Les différents groupes sont les suivants
  • Aperçu Général
    La croissance économique des pays les moins avancés (PMA) a ralenti depuis 2012, année où, grâce aux résultats remarquables des pays exportateurs de combustibles, le produit intérieur brut (PIB) réel des PMA a augmenté de 7,2 %, taux record depuis la crise financière. En 2014, des conditions extérieures moins favorables – auxquelles se sont ajoutées les retombées de l’épidémie de fièvre Ebola en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone – ont contribué à grever encore davantage leur économie. Cette année-là, le taux de croissance moyen a été de 5,5 % pour les PMA considérés dans leur ensemble et a très peu varié d’un groupe géographique à l’autre. Ce taux était inférieur à celui de 2013 (6,1 %) et bien en deçà de la moyenne enregistrée pour la période 2002-2008 (7,4 %), mais il était sensiblement plus élevé que celui des autres pays en développement (4,4 %).
  • Introduction: Tendances économiques récentes et perspectives dans les PMA
    La croissance économique des pays les moins avancés (PMA) s’est ralentie depuis 2012, année où, grâce aux résultats remarquables des pays exportateurs de combustibles, le produit intérieur brut (PIB) réel des PMA avait augmenté de 7,2 %, taux record depuis la crise financière. En 2014, des conditions extérieures moins favorables – auxquelles se sont ajoutées les retombées de l’épidémie de fièvre Ebola en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone) ont contribué à grever davantage encore leur économie.
  • Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’impératif du développement rural
    L’année 2015 est celle du passage des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) au Programme de développement durable à l’horizon 20301, de portée beaucoup plus vaste, et aux objectifs de développement durable (ODD), bien plus ambitieux (encadré 1.1). Une nouvelle orientation est ainsi donnée au programme de développement. Les ODD innovent en posant une série d’objectifs universels, arrêtés d’un commun accord, en faveur d’un développement mondial équitable et durable. Ils sont en outre guidés par de plus hautes ambitions, car ils ne visent pas seulement à lutter contre la pauvreté sous toutes ses formes, mais à l’éliminer en tout juste quinze ans. Le succès de cette entreprise supposera une approche nouvelle et différente du développement, en tout premier lieu dans les pays les moins avancés.
  • Productivité agricole : évolutions, facteurs déterminants et impacts
    Le niveau et la croissance de la productivité agricole sont d’une importance fondamentale à la fois pour le bien-être de la population des pays les moins avancés (PMA) et pour la transformation structurelle de l’économie de ces pays. Ce sont d’importants facteurs déterminants de pauvreté et de l’écart de revenu entre les PMA et les autres pays en développement et pays développés, et ils jouent un rôle essentiel dans les processus de transformation structurelle et de développement des zones rurales, ainsi que dans le renforcement de l’économie rurale non agricole.
  • Diversification économique, activités non agricoles et transformation rurale
    Comme il a été indiqué dans le chapitre 1, la population rurale dans les pays les moins avancés (PMA) représente 69 % de la population totale; la main-d’oeuvre rurale devrait sensiblement augmenter au cours des quinze prochaines années; et la pauvreté est à la fois plus aiguë et plus grande dans les zones rurales que dans les zones urbaines. La nécessité d’accroître la productivité agricole limite les possibilités d’absorber davantage de travailleurs de façon productive dans le secteur agricole, ou même de conserver le niveau actuel de main-d’oeuvre. Les principales options qui s’offrent dès lors à cette population sont soit l’exode vers les zones urbaines, soit l’adoption d’activités non agricoles dans les zones rurales (Lanjouw and Lanjouw, 2001). La pratique d’activités non agricoles peut être un moyen de sortir de la pauvreté, mais seulement s’il existe suffisamment de débouchés productifs et rémunérateurs, et si les ménages pauvres sont en mesure d’en profiter (Egyei, Harrison and Adzovor, 2013).
  • Le développement rural et les modèles et contraintes imposées aux femmes
    Comme on l’a vu au chapitre 1, les femmes constituent environ la moitié de la main-d’oeuvre agricole des pays les moins avancés (PMA), et cette proportion a progressivement augmenté au fil du temps dans les trois groupes géographiques. Dans les zones rurales, les femmes jouent un rôle crucial car ce sont elles qui assurent la sécurité alimentaire de la famille et son alimentation, notamment grâce à leurs jardins potagers; elles peuvent aussi augmenter la production et renforcer la sécurité alimentaire en adoptant des pratiques agroécologiques améliorées et en diversifiant leurs cultures. Elles peuvent également contribuer à la diversification de l’économie rurale et jouer un rôle prépondérant dans la mise en place de microentreprises dynamiques, par exemple d’artisanat agroalimentaire, qui ont des chances non négligeables de devenir des entreprises viables. L’autonomisation sociale et économique des femmes a des effets très bénéfiques sur les jeunes générations qui, grâce à elles, sont mieux nourries, en meilleure santé, plus instruites et ainsi mieux à même de contribuer à la vie économique et sociale des pays (FAO, 2011; World Bank and ONE, 2014).
  • Pour une transformation [de l’économie rurale] dans l’après-2015
    Dans presque tous les PMA, la plupart des individus vivent dans les zones rurales, et la majorité des travailleurs sont employés dans l’agriculture. Bien que souvent négligé, le développement rural est donc au coeur du processus général de développement; et la transformation structurelle de l’économie rurale constitue une dimension essentielle de la transformation économique indispensable pour que les PMA tirent davantage profit du commerce international et de l’investissement international. Comme on l’a vu dans le chapitre 1, l’importance du développement rural dans les PMA est également mise en avant dans le Programme pour un développement durable à l’horizon 2030 et dans les objectifs de développement durable, impliquant qu’il est à la fois nécessaire et possible d’adopter une nouvelle approche du développement rural. On s’efforcera, dans le présent chapitre, de déterminer comment des mesures nationales et internationales peuvent contribuer au mieux à la transformation rurale dans les PMA eu égard aux nouveaux objectifs et au nouveau contexte de l’après-2015.
  • Add to Marked List