Afrique Renouveau

Frequency
3 times a year
ISSN: 
2517-9845 (online)
http://dx.doi.org/10.18356/c7ac2a1f-fr
Hide / Show Abstract

Le magazine Afrique renouveau traite des nombreux défis auxquels sont confrontés les populations africaines, leurs dirigeants et leurs partenaires internationaux: les objectifs de développement durable, les réformes économiques, la dette, l’éducation; la santé, la promotion de la femme, les conflits et troubles politiques, la démocratisation, les investissements, le commerce, l’intégration régionale et autres sujets. Il suit les débats d’orientation générale et publie des analyses d’experts et des reportages de terrain sur l’impact de ces débats sur la vie des populations. Il met en lumière le point de vue des décideurs politiques, des responsables d’Organisations non gouvernementale et autres activement engagés dans les efforts de transformation de l’Afrique et d’amélioration de ses perspectives. Le magazine publie et examine également les différents aspects de l’engagement des Nations Unies en Afrique, plus particulièrement dans le cadre du Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

Also available in English
Article
 

Le G-8 annule en partie la dette de l’Afrique You do not have access to this content

French
 
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/21f4bff7-fr.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economic-and-social-development/le-g-8-annule-en-partie-la-dette-de-l-afrique_21f4bff7-fr
  • READ
Author(s):
Gumisai Mutume
31 Oct 2005
Pages:
2
Bibliographic information
No.:
4,
Volume:
19,
Issue:
3
Pages:
8–9
http://dx.doi.org/10.18356/21f4bff7-fr

Hide / Show Abstract

En proposant d’annuler 40 milliards de dollars de dettes dues aux institutions multilatérales, les pays industrialisés du Groupe des huit (G-8) ont officiellement donné suite à une demande formulée depuis longtemps par les pays pauvres. Cette décision prise au sommet du G-8 de juillet porte sur la dette que doivent 18 pays—dont 14 pays d’Afrique—à la Banque mondiale, au Fonds monétaire international (FMI) et à des banques régionales de développement comme la Banque africaine de développement. Les militants anti-dette ont cependant jugé cette mesure trop timide et trop tardive et redoutent qu’elle soit assortie de nouvelles conditions.
Also available in English