Étude sur la situation économique et sociale dans le monde

French
Frequency
Annual
ISSN: 
2414-5521 (online)
http://dx.doi.org/10.18356/e41daba2-fr
Hide / Show Abstract
Also available in English, Spanish
  • 2009
 
Étude sur la Situation Économique et Sociale dans le Monde, 2009

Latest Edition

Étude sur la Situation Économique et Sociale dans le Monde, 2009

Promouvoir le Développement, Protéger la Planète You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4fb44b78-fr.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economic-and-social-development/etude-sur-la-situation-economique-et-sociale-dans-le-monde-2009_4fb44b78-fr
  • READ
Author(s):
UN
31 Dec 2010
Pages:
280
ISBN:
9789210557498 (PDF)
http://dx.doi.org/10.18356/4fb44b78-fr
Also available in Spanish, English
loader image

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Préface
    Des mesures sans précédent ont été prises pour enrayer la crise financière mondiale et permettre au monde de surmonter la crise économique dans laquelle il a été plongé en 2008. Mais notre planète va également devoir faire face à une crise climatique qui couve depuis beaucoup plus longtemps. Si nous ne relevons pas ce défi avec la même détermination et avec le même sentiment de défendre une cause commune que ceux qui nous ont animés face à la crise économique, non seulement la catastrophe climatique redoutée par la communauté scientifique se produira, mais il sera impossible de s’en remettre. Fort heureusement, les mesures appropriées à prendre pour juguler la crise climatique peuvent également contribuer à la prospérité économique à long terme.
  • Remerciements
    L’Étude sur la situation économique et sociale dans le monde est la publication phare que le Département des affaires économiques et sociales du Secrétariat de l’ONU consacre chaque année à un problème majeur pour le développement. Cette année, l’Étude a été établie sous la direction générale de Rob Vos, Directeur de la Division de l’analyse des politiques de développement du Département des affaires économiques et sociales. Richard Kozul-Wright a dirigé l’équipe qui a établi cette étude. Les membres de l’équipe de base de la Division ont été Imran Ahmad, Piergiuseppe Fortunato, Nazrul Islam, Alex Julca, Oliver Paddison et Mariangela Parra. Alex Izurieta, qui travaille également à la Division, a fourni les simulations de modèles présentées aux chapitres I et IV. Tariq Banuri, de la Division du développement durable du Département des affaires économiques et sociales, a fourni des indications importantes pour l’analyse globale et a, avec David O’Connor, Chantal Line Carpentier et Fred Soltau, apporté les principales contributions aux chapitres II et V de l’Étude. Manuel Montes et Frank Schroeder, du Bureau du financement du développement du Département des affaires économiques et sociales, ont apporté les principales contributions au chapitre VI. Jan McAlpine et Barbara Tavora-Jainchill, du secrétariat du Forum des Nations Unies sur les forêts, ont apporté des contributions aux chapitres III et VI.
  • Aperçu général
    L’Étude sur la situation économique et sociale dans le monde, 2009 fait valoir principalement que le défi posé par le changement climatique ne peut pas être relevé par des actions ad hoc et marginales. Premièrement, relever ce défi exige davantage d’efforts de la part des pays industrialisés en vue de réduire leurs émissions de carbone. Étant donné que plus d’une décennie a été perdue depuis l’adoption du protocole de Kyoto à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, ces efforts ne sont que plus urgents. Toutefois, même si les pays industrialisés commencent à concrétiser leurs promesses par des actes, il est improbable que leurs efforts soient suffisants pour répondre au défi posé par le changement climatique. La participation active des pays en développement est maintenant nécessaire, bien qu’elle ne puisse se faire que dans des conditions favorables à une croissance et à un développement économiques rapides et durables.
  • Notes explicatives et abréviations
  • Le changement climatique et le défi du développement
    Il n’est ni meilleure ni pire époque que celle que nous vivons. Jamais au cours de sa longue histoire, notre monde n’a été plus prospère, plus créatif ou plus connecté qu’aujourd’hui. Et pourtant, l’insécurité économique s’est généralisée (elle était en passe de le faire même avant la crise financière), les divisions sociales sont plus accentuées que jamais et la santé de la planète n’a jamais été aussi fragile. Ce sont là des défis intimement liés qui ne pourront être relevés que moyennant une coopération et des mesures collectives à prendre aux niveaux tant national qu’international.
  • Atténuation du changement climatique et problème de l’énergie: un changement d’orientation
    Une augmentation de température maximale de 2°C au-dessus des niveaux préindustriels est l’objectif sur lequel s’est entendue la communauté scientifique pour stabiliser les concentrations de carbone à un niveau permettant d’exclure toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique. En même temps, les pays en développement doivent réaliser un taux de croissance de rattrapage soutenu compris entre 6 et 8 % par an pour combler l’écart de revenu avec les pays parvenus en haut de l’échelle du développement. Ce sont là les deux objectifs généraux qui définissent le problème d’atténuation auquel font face les décideurs aux niveaux national et international. Le présent chapitre présente les options en matière d’atténuation qui sont compatibles avec la croissance économique convergente dans les pays en développement.
  • Le problème de l’adaptation
    Les chapitres précédents ont fait valoir que l’élévation du niveau de vie dans les pays en développement n’est pas appelée à hypothéquer les efforts faits pour stabiliser les émissions mondiales, inverser la tendance à un réchauffement climatique dangereux ou éviter une dégradation catastrophique de l’environnement. Il n’en est pas moins évident que la voie de développement suivie aujourd’hui par les pays industrialisés les plus riches ne peut plus servir de modèle pour une croissance de rattrapage. Le développement industriel, l’urbanisation rapide et l’accroissement de la population du monde en développement exigeront plutôt de donner une vigoureuse impulsion à des technologies moins polluantes et plus efficaces, surtout en matière de production et de consommation de l’énergie. Cela implique un programme axé sur des politiques transformatrices et une réorientation complète des investissements, aux niveaux tant national qu’international.
  • Une situation évolutive: la politique de développement et le problème du climat
    Les chapitres précédents ont montré qu’il existe d’autres voies de développement respectueuses du climat qui évitent les technologies à forte intensité de carbone ayant alimenté le processus de croissance moderne. Le présent chapitre examine les politiques qu’il pourrait être nécessaire d’adopter au niveau national pour promouvoir une nouvelle révolution industrielle dans les pays en développement.
  • Le transfert de technologies et le problème du climat
    Dans les chapitres précédents, on a montré qu’un gros effort d’investissement destiné à transformer la production et l’utilisation de l’énergie et à opérer une diversification vers des activités moins vulnérables aux chocs climatiques est indispensable pour faire face de manière intégrée aux problèmes du climat et du développement. Les investissements publics doivent être le fer de lance de cet effort, mais celui-ci ne pourra être soutenu qu’en attirant les investisseurs privés dans une économie verte en voie d’expansion. Il doit également s’accompagner des progrès technologiques nécessaires pour relever les défis de l’atténuation et de l’adaptation. À cet égard, il s’agira de diffuser les technologies peu génératrices d’émissions existantes, de donner une ampleur accrue aux nouvelles technologies prêtes à être commercialisées et de favoriser de nouvelles avancées technologiques.
  • Financement de l’action de développement à entreprendre pour faire face au changement climatique
    Pour relever le défi climatique, les investissements massifs seront une nécessité inéluctable, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement. Les pays développés ont commencé à procéder aux ajustements nécessaires, en se concentrant notamment sur l’efficacité énergétique. Toutefois, et en dépit des préoccupations exprimées et des assurances données, le rythme des interventions a été lent. En 2008 et 2009, l’inclusion d’investissements verts dans les programmes de relance mis en place pour faire face à la crise financière mondiale a fait espérer qu’une action plus soutenue avait été engagée dans ces pays. Pourtant, leurs décideurs devraient se montrer beaucoup plus ambitieux en matière de réduction des émissions.
  • Bibliographie
  • Add to Marked List