Perspectives économiques de l'Amérique latine

OECD Development Centre

Frequency :
Annual
ISSN :
2072-5167 (online)
ISSN :
2072-5175 (print)
DOI :
10.1787/20725167
Hide / Show Abstract

Publication annuelle du Centre de développement de l’OCDE, les Perspectives économiques de l’Amérique latine proposent des informations originales et des indicateurs comparés sur les grands enjeux qui pèsent sur le développement de la région. L’OCDE y formule des recommandations d’action et met en évidence les pratiques optimales, plaçant ainsi ses compétences et sa fameuse rigueur d’analyse au service du développement de l’Amérique latine.

Also available in: English, Spanish, Portuguese
 
Perspectives économiques de l'Amérique latine 2011

Perspectives économiques de l'Amérique latine 2011

Une région de classes moyennes ? You do not have access to this content

OECD Development Centre

French
Click to Access: 
Author(s):
OECD
Publication Date :
06 Jan 2011
Pages :
192
ISBN :
9789264094673 (PDF) ; 9789264094666 (print)
DOI :
10.1787/leo-2011-fr

Hide / Show Abstract

L’édition 2010 des Perspectives économiques de l’Amérique latine se penche sur la situation des personnes situées au milieu de l’échelle de distribution des revenus. Quand ces groupes médians bénéficient d’un emploi stable et de revenus raisonnablement robustes, ils peuvent, avance-t-on souvent, former un socle solide où s’appuiera le progress économique. À en croire sociologues et historiens, les classes moyennes jouent par ailleurs un rôle important au sein des démocraties de la région en soutenant des politiques progressistes mais modérées. Mais dans la réalité, et contrairement aux attentes, cette étude montre qu’en Amérique latine ces groupes restent vulnérables, que peu de leurs members sont diplômés de l’enseignement supérieur, et que nombre d’entre eux travaillent dans le secteur informel. Il s’agit donc d’une « classe moyenne » assez différente de la catégorie qui, dans la plupart des pays de l’OCDE, a été la locomotive du développement.

Quelles sont les caractéristiques économiques de ces « couches moyennes » vulnérables d’Amérique latine? Quelle est leur perception des inégalités, des politiques publiques et de la démocratie? Quelles politiques permettront de preserver le niveau de vie de ces ménages de la classe moyenne? Ces questions ont conduit les Perspectives à examiner comment encourager la nécessaire ascension sociale, et protéger les segments les plus vulnérables des couches moyennes, au même titre que les ménages les plus défavorisés. L’étude analyse les politiques éducatives et de protection sociale destinées à favoriser l’ascension sociale. Elle souligne également l’importance de la fiscalité comme outil de financement des réformes et des programmes qui permettront d’impliquer les classes moyennes latino-américaines dans un nouveau contrat social.

« L’Amérique latine se transforme rapidement et les classes moyennes sont l’un des moteurs les plus puissants de ce changement. Cette édition des Perspectives économiques de l’Amérique latine analyse le processus de développement des catégories intermédiaires de la région avec des méthodes statistiques innovantes et sous un angle original. Les classes moyennes sont dynamiques, mais elles sont aussi vulnérables ; elles ne sont pas pauvres, mais elles sont loin cependant de jouir d’une situation économique confortable et sécurisée. Leur avenir dépend de leurs propres initiatives, mais aussi des politiques économiques et sociales que les dirigeants de la région vont adopter dans la prochaine décennie ».
Eduardo Lora, Chef Economiste, Banque Interaméricaine de Développement.

« Cette nouvelle étude du Centre de développement de l’OCDE se penche sur un thème rarement étudié mais d’une importance vitale pour le développement de nos pays : les groupes de revenu intermédiaire dans les sociétés latinoaméricaines. Les recommandations de l’étude peuvent servir de base à la politique économique de la région, avec l’objectif de promouvoir des mesures d’encouragement pour cette catégorie qui, dans les économies avancées, a été l’un des piliers du développement et de l’harmonie démocratique – à l’opposé de ce qui s’est passé en Amérique latine et dans les Caraïbes ».
Juan Temistocles Montás, Ministre de l’Économie et de la Planification, République dominicaine.

« Cette excellente étude nous amène à conclure que seule une détermination renforcée en matière de droits, de démocratie et de redistribution nous permettra de briser la transmission de génération en génération des inégalités et de la pauvreté, et de consolider une authentique classe moyenne qui serve de locomotive au développement ».
Soraya Rodriguez Ramos, Secrétaire d’État à la Coopération internationale, Espagne.

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Click to Access:  Avant-propos
    L’Amérique latine a mieux résisté à la crise économique et financière mondiale que de nombreuses autres régions. Les pays qui la composent montrent également des signes de reprise plus rapide. En 2010, la croissance économique devrait y être plus vive que dans la majeure partie de la zone OCDE, confirmant la tendance signalée dans l’édition précédente des Perspectives économiques de l’Amérique latine.
  • Click to Access:  Remerciements
    Les Perspectives économiques de l’Amérique latine 2011 ont été élaborées par le bureau Amériques du Centre de développement de l’OCDE, sous la direction de Jeff Dayton-Johnson et la supervision de Mario Pezzini, Directeur du Centre. Chaque chapitre a été confié aux experts de la question étudiée : le panorama macroéconomique à Alejandro Neut, Sebastián Nieto Parra et Caroline Paunov ; le chapitre 1 à Francesca Castellani, Jeff Dayton-Johnson et Gwenn Parent ; le chapitre 2 à Rita Da Costa, Juan R. de Laiglesia, Emmanuelle Martínez et Ángel Melguizo ; le chapitre 3 à Christian Daude ; le chapitre 4 à Bárbara Castelletti, Christian Daude, Hamlet Gutiérrez et Ángel Melguizo ; et les notes pays (disponibles sur notre site web) à Rita Da Costa, Alba N. Martínez et Emmanuelle Martínez, avec des contributions de Natalia Villagómez Gonzalez. L’encadré 1.1 a été rédigé par Caroline Paunov, l’encadré 1.3 par Eduardo Lora, l’encadré 3.1 par Alba N. Martínez, l’encadré 4.1 par Bárbara Castelletti et Hamlet Gutiérrez, et l’encadré 4.2 par Christian Daude et Ángel Melguizo.
  • Click to Access:  Préface
    Les pays d’Amérique latine et des Caraïbes ont beaucoup souffert de la crise économique mondiale de 2009, avec l’effondrement de la demande pour leurs produits et leurs services. Cependant, grâce à l’amélioration de sa gestion macroéconomique et de sa réglementation, l’Amérique latine était mieux armée pour surmonter cette crise que lors des turbulences précédentes. Tirée par l’expansion du pouvoir d’achat des ménages à revenu intermédiaire, la demande intérieure explique, au moins en partie, la résilience de l’Amérique latine. Étant donné leur capacité à transformer le paysage économique et politique de la région, ces ménages à revenu intermédiaire constituent le thème de ces Perspectives. Désignés ici par le concept de « couches moyennes », il s’agit des ménages affichant un revenu par habitant compris entre 50 et 150 % du revenu médian national. C’est souvent cette définition qui est retenue pour l’analyse de la classe moyenne dans les pays de l’OCDE. Dans le cas de l’Amérique latine, fait-elle référence au même type de population ?
  • Click to Access:  Sigles et acronymes
  • Click to Access:  Résumé
    En quoi les personnes qui ne sont ni les plus riches ni les plus pauvres contribuent-elles au développement économique ? Comment ces couches moyennes s’en sortent-elles en Amérique latine, aussi bien d’un point de vue économique que social ? À l’évidence, la croissance d’un segment de population au niveau de vie plus élevé que celui de leurs compatriotes les plus pauvres est le signe d’une victoire dans le combat actuel contre la pauvreté ; elle offre en outre de nouvelles opportunités aux créateurs d’entreprise.
  • Click to Access:  Panorama macroéconomique
    La crise économique mondiale de 2009 a durement frappé l’Amérique latine et les Caraïbes. Cependant, même si l’Amérique latine est fortement intégrée aux marchés internationaux et a affiché une croissance médiocre cette année-là, plusieurs de ses pays ont fait preuve d’une résilience remarquable, inversant assez vite leur repli conjoncturel tout en dégageant de bons résultats par rapport à d’autres pays du monde. Deux grands facteurs externes ont contribué à ces performances : la demande chinoise de matières premières, et l’action monétaire opportune de la communauté internationale. Néanmoins, cette relative solidité économique résulte aussi de facteurs internes, tels que l’amélioration de la gestion macroéconomique sur les plans monétaire et budgétaire, d’une part, et une réglementation micro-prudentielle, d’autre part. À présent que les perspectives de croissance à long terme sont positives pour l’Amérique latine, il faut continuer d’institutionnaliser les mesures qui ont mené à la stabilité macroéconomique, surtout en matière budgétaire, et traiter les risques du système financier grâce à l’intervention des pouvoirs publics et à la culture financière.
  • Click to Access:  Les couches moyennes et le développement de l'Amérique latine
    Les couches moyennes sont définies comme l’ensemble des ménages dont les revenus s’établissent entre 50 et 150 % du revenu national médian. En Amérique latine, les couches moyennes recouvrent entre moins de 40 % (Bolivie, Colombie) et 56 % (Uruguay) de la population. Les données des enquêtes auprès des ménages font apparaître que dans la plupart des ménages des couches moyennes, deux adultes dirigent le ménage, même si cette proportion est encore plus élevée parmi les ménages aisés. Dans la plupart des pays, les individus des couches moyennes qui occupent un emploi ont moins de chances de travailler dans le secteur public, en tant qu’enseignant ou que fonctionnaire par exemple, que les personnes plus aisées. Les couches moyennes ne sont pas non plus le berceau de l’entrepreneuriat : c’est au sein de la couche aisée que la proportion de créateurs d’entreprises est la plus élevée. Les indicateurs de potentiel de mobilité permettent de mesurer ce qui sépare, en moyenne, les ménages défavorisés de la couche moyenne ou, inversement, de combien les ménages de la couche moyenne doivent reculer avant de basculer dans la catégorie des défavorisés.
  • Click to Access:  La protection sociale et le travail informel dans les couches moyennes
    En Amérique latine, les mécanismes de protection sociale continuent de couvrir une faible proportion des travailleurs, nettement inférieure à 50 %. Cette situation tient à la structure duale des marchés du travail dans la région : le travail informel reste substantiel et la majorité des travailleurs de ce secteur cotisent de façon irrégulière, si tant est qu’ils cotisent. Le nombre de travailleurs informels dans les couches moyennes latino-américaines est élevé. Les dispositifs de protection sociale ne parviennent même pas à atteindre la moitié des travailleurs de cette catégorie, dont beaucoup se retrouvent sans protection suffisante de l’emploi ni accès aux filets de protection sociale. Les pouvoirs publics doivent s’attaquer de toute urgence à ce problème car, avec un faible niveau d’affiliation et des cotisations irrégulières, les individus courent un grand risque de descendre sur l’échelle sociale s’ils tombent malades, perdent leur emploi ou partent à la retraite. En Amérique latine, trois caractéristiques fondamentales de la situation économique doivent orienter une réforme pragmatique de la protection sociale : un niveau élevé de travail informel, une population encore jeune, et des ressources budgétaires limitées. Pour aider les décideurs à concevoir des mesures adaptées, ce chapitre évalue les différentes réformes des pensions, notamment les mesures ex post (c’est-à-dire après départ à la retraite, comme les pensions sociales) et les mesures ex ante (c’est-à-dire durant la vie active, en particulier les régimes coordonnés à cotisations déterminées).
  • Click to Access:  Éducation, mobilité sociale et couches moyennes
    L’éducation constitue un puissant outil pour encourager la mobilité sociale ascendante. Les opportunités sont inégalement réparties en Amérique latine. Par conséquent, l’accès aux services éducatifs, aussi bien en termes quantitatifs que qualitatifs, est faible pour les couches moyennes de la région, et le niveau d’instruction des enfants issus de ces milieux semble également atteindre un pic autour de l’achèvement d’une scolarité secondaire. Ce chapitre se penche sur un ensemble de recommandations destinées à promouvoir la mobilité sociale intergénérationnelle : investir dans le développement de la petite enfance ; accroître la qualité de l’enseignement public via des mesures telles qu’une meilleure administration des établissements, un système d’évaluation moderne et un régime d’incitations plus efficace à l’intention des enseignants ; financer l’enseignement supérieur par des aides et des prêts ; mettre en place des politiques de redistribution et un soutien du revenu ; et instaurer des politiques visant à augmenter la mixité sociale à l’école.
  • Click to Access:  Les couches moyennes, la politique budgétaire et le contrat social
    Le présent chapitre analyse les liens entre les couches moyennes et la politique budgétaire. En Amérique latine, les couches moyennes sont très favorables à la démocratie, mais elles critiquent son mode de fonctionnement, essentiellement parce qu’elles sont mécontentes de la qualité des services publics de l’État. De plus, la fiscalité et les transferts ne produisent pas un effet net très marqué pour les familles des couches moyennes, lesquelles bénéficient surtout des services en nature tels que l’éducation et la santé. Si ces services sont de piètre qualité, les couches moyennes risquent de se considérer comme les perdantes de la négociation budgétaire et seront moins enclines à contribuer au financement du secteur public. Pour renforcer le contrat social, en particulier avec les couches moyennes, l’État doit améliorer la qualité des services publics et réformer la fiscalité afin d’accroître la transparence et l’efficacité de son administration.
  • Add to Marked List