États de fragilité 2016

États de fragilité 2016

Comprendre la violence You or your institution have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4316102e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/etats-de-fragilite-2016_9789264269996-fr
  • READ
Author(s):
OECD
24 Feb 2017
Pages:
204
ISBN:
9789264269996 (PDF) ;9789264269989(print)
http://dx.doi.org/10.1787/9789264269996-fr

Hide / Show Abstract

La violence progresse, et elle survient là où on ne l’attend pas. Ces 15 dernières années, elle a touché 3.34 milliards d’individus, soit près de la moitié de la population de la planète. Si le nombre de conflits violents régresse, davantage d’individus meurent à cause de conflits. Les violences qui transparaissent dans les conflits armés, dans le nombre de tués et dans les flux de réfugiés sont à leur niveau le plus élevé depuis plus de 20 ans. L’extrémisme violent et le terrorisme sont eux aussi en hausse. De surcroît, le coût économique de la violence s’alourdit : l’impact économique mondial de la violence atteint le chiffre impressionnant de 13 600 milliards USD, soit l’équivalent de 13.3 % du PIB mondial. Et les personnes les plus exposées à la violence sont les civils, en particulier les enfants et les femmes.

États de fragilité 2016 : Comprendre la violence examine de très près la violence dans le monde – et ce qu’il faudrait faire face à ce phénomène. Ce rapport met en lumière les dernières réflexions sur la violence, présente une nouvelle approche fondée sur les risques permettant le suivi des différentes dimensions de la fragilité et étudie les flux financiers destinés aux contextes de fragilité. Il ressort de ce rapport que les efforts déployés en matière de développement, de paix et de sécurité dans le monde en développement n’ont pas été suffisants au regard de la nouvelle réalité de la violence. Il nous faut consacrer davantage de ressources et d’attention à la lutte contre la violence. Et si nous voulons être efficaces, il nous faut mettre les individus, et en particulier les jeunes, au centre de nos efforts.

Also available in English
loader image

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Avant-propos et remerciements

    La Direction de la coopération pour le développement de l’OCDE (DCD) produit des rapports sur les États fragiles depuis 2005. Ils étudient les tendances et les flux de ressources financières à destination des États et des économies fragiles ou touchés par un conflit. Ces rapports répondent aux préoccupations grandissantes que suscitent les retombées de la fragilité sur la stabilité et le développement, en particulier dans le contexte du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de l’engagement international à ne laisser personne de côté. L’OCDE demeure l’une des rares sources de données et d’analyses agrégées applicables aux contextes fragiles pris collectivement. Dans le droit fil du nouveau concept, multidimensionnel, de fragilité qui a pris corps avec le rapport de 2015, il est désormais fait référence dans les publications annuelles de l’OCDE aux États de fragilité.

  • Acronymes et abréviations
  • Éditorial

    L’année dernière, les responsables de l’action publique et la société civile ont centré leur intérêt sur deux accords multilatéraux ambitieux – l’accord sur le climat conclu à Paris en décembre et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 approuvé en septembre dernier à l’Assemblée générale des Nations Unies. Ces deux accords sont déterminants pour le cheminement qui nous amènera du monde qui est le nôtre aujourd’hui à celui que nous voulons demain.

  • Résumé

    La violence est un des nombreux facteurs susceptibles de contribuer à la fragilité. Ce n’est toutefois pas le seul et la présence de violence ne signifie pas nécessairement que le contexte est fragile. États de fragilité 2016 consacre son analyse à la violence sous toutes ses formes, afin de tenter de déterminer en quoi elle peut favoriser la fragilité et de cerner les moyens qu’il conviendrait de mettre en oeuvre pour y faire face.

  • Violence, fragilité et financement : Vue d'ensemble

    Le présent chapitre commence par une synthèse des principales tendances et conclusions à dégager autour de la question de la violence - concernant son ampleur, son impact et son coût. Cette synthèse est suivie d’un examen du Cadre de l’OCDE sur la fragilité, où sont énumérées les cinq dimensions de la fragilité, assorti d’une analyse de ce que la liste des 56 pays estimés fragiles au regard du Cadre nous dit de la fragilité dans le monde d’aujourd’hui. Le chapitre se poursuit par un examen des différents flux financiers (investissement étranger, aide publique au développement (APD) et envois de fonds des travailleurs émigrés) à destination de contextes fragiles, qui met en lumière la façon dont l’APD est utilisée pour remédier à la fragilité et à la violence, et comment l’APD peut être reliée aux différentes dimensions de la fragilité. La conclusion passe en revue un certain nombre de pistes pour une programmation plus efficace, notamment des recommandations concernant les politiques, la programmation et le financement.

  • La violence aujourd'hui

    Ce chapitre passe en revue les principaux constats concernant le paysage complexe de la violence dans le monde actuel. Après une brève analyse des difficultés associées à la mesure de la violence et des conflits, il montre que la violence progresse et qu’elle survient là où on ne l’attend pas. On s’intéressera ensuite aux complexités de la violence, à sa nature multidimensionnelle ainsi qu’à l’évolution et à l’adaptation de la violence en fonction de contextes changeants. Ensuite, la violence est examinée en tant que problématique régionale (caractéristique notamment due au fait que des individus sont contraints de partir de chez eux ou de quitter leur pays), ainsi que comme un problème souvent urbain. Le chapitre porte ensuite sur le rôle de l’instabilité politique nationale comme vecteur de violence et souligne que les civils, en particulier les femmes et les enfants, sont les populations les plus à risque. Enfin sera mis en exergue le coût grandissant de la violence, et l’on s’interrogera sur l’opportunité de considérer la violence comme un problème comportemental. Les études de cas présentées portent sur la République centrafricaine et sur le Kenya.

  • Le Cadre de l'OCDE sur la fragilité

    Ce chapitre présente le Cadre multidimensionnel de l’OCDE sur la fragilité et examine les résultats obtenus pour 2016. Après un bref rappel du contexte dans lequel s’inscrit le Cadre et du processus consultatif engagé, le chapitre décrit la finalité du Cadre et l’usage auquel il est destiné. Il passe ensuite en revue les différentes dimensions de la fragilité – économique, environnementale, politique, de sécurité et sociétale – avant de présenter dans ses grandes lignes la méthodologie mise en oeuvre pour effectuer les calculs, assortie d’une mise au point sur la disponibilité des données. Le chapitre présente les 56 contextes fragiles, voire extrêmement fragiles, identifiés au moyen du Cadre de 2016 en croisant les résultats obtenus sur les cinq dimensions. Il étudie ensuite ce groupe en termes de population, de regroupement régional, de situation macroéconomique (PIB, inflation, pauvreté et extrême pauvreté), et au regard des taux d’urbanisation. L’ensemble de ces éléments permet de brosser un tableau actuel de la fragilité dans le monde d’aujourd’hui.

  • Fragilité et violence

    Ce chapitre présente une vue d’ensemble des résultats d’un examen des différentes dimensions de la fragilité : économique, environnementale, politique, sécurité et sociétale. Il commence par exposer les différents degrés de fragilité pour chaque dimension, en dressant une cartographie de la fragilité dans le monde actuel selon la dimension considérée, puis analyse les liens entre chaque dimension et la manifestation de différents types de violence. Il examine ensuite la corrélation statistique générale entre la violence et différents aspects de la fragilité, ainsi que la coexistence, l’articulation et les antagonismes entre fragilité et résilience.

  • Mesurer les flux financiers à destination des contextes fragiles

    Ce chapitre passe en revue l’ensemble des flux financiers – aide publique au développement (APD), investissement direct étranger (IDE) et envois de fonds des travailleurs émigrés – à destination des contextes fragiles. Il présente et analyse l’évolution de ces flux dans leur ensemble, livre une étude approfondie de l’APD et de la dépendance vis-à-vis de l’aide dans les contextes fragiles, et se penche sur les liens (ou l’absence de lien) entre l’APD et le degré de fragilité.

  • Relation entre aide et fragilité

    Ce chapitre examine la relation statistique entre l’aide publique au développement (APD) et la fragilité. Il commence par décrire l’historique des apports d’APD dirigés vers les contextes fragiles, en présentant des prévisions sur les versements d’aide futurs. Il analyse ensuite la relation entre les apports d’APD – à la fois en termes absolus et en pourcentage du revenu national brut du destinataire – et les mesures de la fragilité. Cette analyse porte d’abord sur la relation entre les apports d’APD et la fragilité multidimensionnelle. Puis elle traite de la relation entre l’APD et les différentes dimensions de la fragilité – économique, environnementale, politique, sociétale et en matière de sécurité – pour déterminer si l’aide s’attaque aux causes profondes de cette dernière. Pour finir, le chapitre examine la qualité du financement destiné aux contextes fragiles.

  • Prisme de la violence et recommandations finales

    Ce dernier chapitre des États de fragilité 2016 présente un outil propre à permettre de mieux comprendre la violence, et énonce des recommandations à l’intention de l’ensemble des spécialistes et des acteurs concernés par le problème de la fragilité et de la violence. Présenté pour la première fois par l’OCDE dans un ouvrage publié en 2009, cet outil, dénommé prisme de la violence, a été actualisé afin d’aider à mieux cerner la violence qui sévit aujourd’hui. L’attention est ensuite attirée vers des domaines où la communauté du développement peut intervenir avec plus d’efficacité pour remédier au problème de la fragilité et de la violence. Les recommandations dont ceux-ci font l’objet portent respectivement sur les politiques, la programmation et le financement. Pour finir, les auteures appellent à agir pour alléger le lourd tribut que la violence et la fragilité font payer à ceux qui sont laissés de côté.

  • Add to Marked List
 
Visit the OECD web site