Perspectives du développement mondial

Centre de Développement de l’OCDE

Frequency :
Annuel
ISSN :
2222-4491 (en ligne)
ISSN :
2222-4483 (imprimé)
DOI :
10.1787/22224491
Prochaine édition: 24 nov 2014
Cacher / Voir l'abstract
Egalement disponible en: Anglais
 
Perspectives du développement mondial 2013

Perspectives du développement mondial 2013

Les politiques industrielles dans un monde en mutation You do not have access to this content

Centre de Développement de l’OCDE

Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013_persp_glob_dev-2013-fr
  • LIRE
Auteur(s):
OCDE
Date de publication :
28 jan 2014
Pages :
280
ISBN :
9789264194489 (PDF) ; 9789264194458 (imprimé)
DOI :
10.1787/persp_glob_dev-2013-fr

Cacher / Voir l'abstract

Les politiques industrielles dans un monde en mutation, troisième édition des Perspectives du développement mondial, examine les opportunités et les défis que la nouvelle géographie de la production et de l’innovation représente pour les pays en développement.

Egalement disponible en: Anglais

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec001.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/avant-propos_persp_glob_dev-2013-1-fr
    • LIRE
    Avant-propos

    Nouveaux moteurs de la croissance mondiale, les économies émergentes et les pays en développement jouent un rôle de plus en plus important. L’OCDE a décrit ce déplacement progressif du centre de gravité de l’économie mondiale du Nord vers le Sud et de l’Ouest vers l’Est dans sa première édition des Perspectives du développement mondial, publiée en 2010, sous le titre Le basculement de la richesse. Dans la deuxième édition de cette publication, La cohésion sociale dans un monde en mutation, parue en 2012, nous avons analysé les conséquences du basculement de la richesse pour la cohésion sociale et proposé un cadre intégré de politiques publiques générateur de viabilité et de cohésion sociale accrue.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec002.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/acronymes-et-abreviations_persp_glob_dev-2013-2-fr
    • LIRE
    Acronymes et abréviations
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec003.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/preface_persp_glob_dev-2013-3-fr
    • LIRE
    Préface

    Le monde a subi de profondes transformations ces dix dernières années, avec notamment un déplacement du centre de gravité économique vers l’Asie et vers le Sud. Initialement, ce processus découlait de l’intégration de la Chine et de l’Inde dans l’économie mondiale, mais l’histoire ne s’arrête pas là : un cercle plus vaste de pays en développement a d’ores et déjà commencé d’écrire le chapitre suivant. Ces pays mettent en place des politiques industrielles visant à moderniser leur structure de production et renforcent leur participation au sein des chaînes de valeur mondiales. Ils le font aussi parce qu’ils prennent de plus en plus conscience qu’ils risquent de tomber dans le  piège du revenu intermédiaire  et de connaître une stagnation et des turbulences économiques avant d’avoir atteint le niveau de développement souhaité.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec004.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/resume_persp_glob_dev-2013-4-fr
    • LIRE
    Résumé

    Au cours des deux dernières décennies, le centre de gravité de l’économie mondiale a basculé en direction de l’Asie et du Sud. Depuis le milieu des années 90, la croissance du PIB dans les grands pays à revenu intermédiaire densément peuplés a largement dépassé celle des pays de l’OCDE. Malgré les inquiétudes suscitées par le ralentissement récent, ce basculement de la richesse est un phénomène structurel qui se poursuivra et façonnera le développement économique. Dans un tel contexte, la plupart des pays en développement ont amélioré leur gestion macroéconomique et commencé à mettre en œuvre des politiques industrielles afin de remédier sur le long terme aux problèmes structurels.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec005.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/vue-d-ensemble_persp_glob_dev-2013-5-fr
    • LIRE
    Vue d'ensemble

    Depuis le milieu des années 90, les taux de croissance dans les grands pays à revenu intermédiaire fortement peuplés dépassent nettement ceux des pays de l’OCDE (). Cette évolution a redessiné l’économie mondiale et favorisé la convergence des revenus par habitant à l’échelle de la planète. Dans les années 2000, 83 pays en développement affichaient un taux de croissance du PIB par habitant deux fois plus élevé que celui de la zone OCDE. C’était seulement le cas de 12 d’entre eux dans les années 90. Ce processus de  basculement de la richesse  a, au départ, été conduit par la Chine et l’Inde, mais d’autres pays y prennent désormais part, dont l’Afrique du Sud et le Brésil. Malgré la persistance d’importants écarts de revenu par habitant entre les économies de l’OCDE et les autres et de profondes inégalités au sein des pays en développement, la plupart de ces derniers ont amélioré leur gestion macroéconomique et commencé à remédier à leurs problèmes structurels à long terme. Les nouvelles formes d’investissement direct étranger (IDE) entrant dans ces pays et en sortant, l’essor du commerce Sud-Sud et les revendications d’une classe moyenne émergente dans les pays en développement offrent de nouvelles opportunités de croissance. Les pays en développement continuent d’accumuler du capital et du travail, mais ils améliorent aussi leurs capacités et produisent et utilisent de plus en plus d’innovations. Cependant, la plupart d’entre eux doivent encore maîtriser la technologie et le savoir nécessaires pour progresser sur la chaîne de valeur.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec006.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/le-basculement-de-la-richesse-et-la-nouvelle-economie-mondiale_persp_glob_dev-2013-6-fr
    • LIRE
    Le basculement de la richesse et la nouvelle économie mondiale

    La poursuite du récent processus de convergence des revenus suscite de plus en plus de doutes. En effet, les performances de croissance enregistrées par les pays en développement dans les années 2000 étaient dans une large mesure à porter au crédit de la Chine et des autres économies émergentes. Cependant, les défis économiques associés au rééquilibrage opéré par la Chine, qui s’efforce de passer d’une économie tirée par l’investissement à une économie tirée par la croissance, ainsi que les interrogations à propos de la capacité d’autres pays émergents à maintenir leur trajectoire de croissance, suscitent des inquiétudes concernant les perspectives de croissance. Néanmoins, le niveau relativement faible du revenu par habitant dans de nombreux pays fortement peuplés, qui témoigne de l’existence d’une marge de rattrapage non négligeable, et la montée en puissance des  classes moyennes  dans ces pays, donnent des raisons d’être optimistes. Il est probable que la reconfiguration de l’économie mondiale se poursuivra dans un avenir proche. Son ampleur dépendra de l’évolution de la situation dans les grandes économies émergentes, ainsi que des politiques de développement nationales.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec007.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/les-voies-du-basculement-de-la-richesse_persp_glob_dev-2013-7-fr
    • LIRE
    Les voies du basculement de la richesse

    Le basculement de la richesse, principalement sous l’effet de l’émergence de la Chine mais aussi du dynamisme d’autres pays en développement, constitue une puissante force à l’origine de la reconfiguration des relations économiques mondiales. Si l’on veut adopter les bonnes stratégies dans cet environnement en mutation, il est utile de comprendre les voies par lesquelles les pays sont touchés. L’incidence du basculement de la richesse sur les autres pays, via les échanges commerciaux, l’investissement, les flux financiers et le savoir, dépendra de la combinaison des dotations de ces pays et des stratégies qu’ils adoptent pour s’intégrer à l’économie mondiale. Les défis que les pays doivent relever et leur arsenal potentiel d’outils de politique publique sont également tributaires de la combinaison de ces facteurs. Les pays qui possèdent les ressources naturelles indispensables à la Chine voient leurs termes de l’échange, leurs exportations et leur compte courant s’améliorer, mais leur compétitivité est aussi menacée. Les pays qui partagent des chaînes d’approvisionnement avec la Chine profitent d’une demande en hausse constante pour leurs exportations, mais subissent aussi des pressions concurrentielles croissantes à mesure que la Chine diversifie sa production. Les pays en développement exportateurs de services peinent souvent à satisfaire l’immense appétit de la Chine pour les services importés. À moyen terme, l’évolution du modèle de croissance de la Chine fera apparaître de nouveaux défis pour les pays en développement : demande de matières premières moins vive, mais stable, et hausse de la demande de biens de consommation et d’une multiplicité de services.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec008.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/le-nouveau-paysage-de-la-production-et-le-regain-d-interet-des-pays-en-developpement-pour-la-politique-industrielle_persp_glob_dev-2013-8-fr
    • LIRE
    Le nouveau paysage de la production et le regain d'intérêt des pays en développement pour la politique industrielle

    Ce chapitre analyse le regain d’intérêt des pays en développement pour la politique industrielle. Le paysage économique mondial connaît actuellement des changements profonds et rapides. Le développement de la Chine et d’autres économies émergentes redessine la géographie de la production et de l’innovation. Dans ce nouveau contexte, nombre de pays en développement mettent en œuvre des politiques ciblées, à la fois pour soutenir leur croissance et pour accompagner leur transformation structurelle.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec009.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/les-obstacles-a-la-mise-en-oeuvre-de-la-politique-industrielle-dans-les-economies-en-developpement_persp_glob_dev-2013-9-fr
    • LIRE
    Les obstacles à la mise en œuvre de la politique industrielle dans les économies en développement

    Ce chapitre décrit certains des principaux problèmes auxquels se heurtent les économies en développement pour mettre en œuvre leur politique industrielle dans le nouveau paysage économique mondial. Il souligne que : i) des institutions ayant les moyens d’agir et des incitations fondées sur les résultats contribuent à parer aux risques de mainmise par les intérêts en place ; ii) on s’attache de plus en plus à promouvoir l’innovation, les start-ups et le développement des clusters pour favoriser la montée en gamme et la transformation de la production ; iii) donner aux régions les moyens d’agir renforce l’efficacité de la politique industrielle ; iv) le développement durable offre des opportunités aux pays en développement, mais des mesures spécifiques sont nécessaires ; et v) il faut instaurer des mécanismes de suivi et d’évaluation pour améliorer la conception et la mise en œuvre des politiques publiques.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec010.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/ameliorer-les-competences-pour-repondre-aux-besoins-actuels-et-futurs_persp_glob_dev-2013-10-fr
    • LIRE
    Améliorer les compétences pour répondre aux besoins actuels et futurs

    Les compétences constituent un élément essentiel du développement industriel. En améliorant l’adaptabilité au changement technologique et en stimulant l’innovation, elles permettent aux pays en développement de passer d’un modèle de croissance reposant sur les facteurs de production à un modèle fondé sur la productivité. Les compétences sont nécessaires pour augmenter la productivité totale des facteurs, et donc pour progresser sur la chaîne de valeur. À l’inverse, le déséquilibre des compétences, qu’il s’agisse d’une pénurie ou d’un excédent, limite les gains de productivité et nuit à la compétitivité des entreprises sur le marché mondial. Ainsi, dans les pays en développement, les défauts de coordination se traduisent par une allocation sous-optimale des compétences, ce qui freine la croissance économique. Si ces pays veulent rester compétitifs sur le marché mondial et se doter d’industries à plus forte intensité de technologie et de savoir, ils doivent non seulement investir dans l’amélioration quantitative et qualitative des compétences, mais également adapter leur système d’éducation et de formation aux besoins du marché du travail, améliorer la transition entre l’école et la vie active, encourager l’adaptabilité à long terme des compétences et promouvoir la mobilité internationale des compétences. L’expérience de différents pays dans le monde montre que la coordination des actions des principaux intervenants sur le marché des compétences est l’une des conditions fondamentales pour relever ces défis.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec011.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/mobiliser-des-ressources-financieres_persp_glob_dev-2013-11-fr
    • LIRE
    Mobiliser des ressources financières

    Il est essentiel de disposer d’un accès adéquat au financement pour permettre la montée en gamme de la production et la croissance économique. La rareté des financements dans les pays en développement résulte souvent d’un faible niveau d’intermédiation financière. Les petites entreprises, dont le financement externe provient presque exclusivement de prêts bancaires, sont davantage affectées par ce déficit de financement, et plus encore pour ce qui concerne les financements à long terme. Face à ces obstacles, les banques de développement gagnent en importance, du fait qu’elles facilitent l’accès au crédit et qu’elles ont récemment étoffé leurs activités. Les mécanismes de garantie du crédit ont eux aussi enregistré une croissance considérable ces dernières décennies. Les institutions financières internationales, telles que les institutions publiques des pays, contribuent à l’amélioration de l’accès des entreprises au financement. Parallèlement aux mécanismes de financement traditionnels, de nouveaux instruments ont été élaborés afin de répondre aux spécificités des petites et moyennes entreprises (PME) dans les économies qui ne font pas partie de la zone OCDE.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec012.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/remedier-aux-lacunes-de-l-infrastructure_persp_glob_dev-2013-12-fr
    • LIRE
    Remédier aux lacunes de l'infrastructure

    Pour porter ses fruits, toute stratégie de transformation requiert une planification et un développement efficaces de l’infrastructure afin de constituer les liaisons nécessaires au niveau national et international. Dans les pays en développement, les lacunes significatives de l’infrastructure freinent la compétitivité et l’expansion de la production. Ces économies doivent par conséquent investir davantage dans l’infrastructure, mais, surtout, renforcer l’efficacité des politiques publiques y afférentes. La coordination entre les différentes agences chargées de ces politiques est essentielle si l’on veut surmonter les multiples lacunes, en termes de couverture, d’accès et de coûts. S’appuyant sur des données récentes d’une enquête menée auprès des autorités nationales, ce chapitre détermine comment il est possible d’améliorer le processus d’élaboration des politiques relatives à l’infrastructure et la gestion des options de financement publiques et privées.

  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4112042ec013.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/development/perspectives-du-developpement-mondial-2013/l-economie-politique-des-politiques-industrielles_persp_glob_dev-2013-13-fr
    • LIRE
    L'économie politique des politiques industrielles

    L’efficacité des politiques industrielles ne dépend pas seulement de l’existence d’un cadre stratégique et intégré, mais aussi de la volonté politique et des dispositifs institutionnels qui président à leur conception et à leur mise en œuvre. Ce chapitre est consacré à l’économie politique des politiques industrielles. Leur réussite est liée à la capacité de l’État à ouvrir un espace de dialogue avec les principaux acteurs, notamment le secteur privé. Elle nécessitera aussi de renforcer les capacités institutionnelles et d’assurer la coordination des différents acteurs institutionnels chargés de la conception et de la mise en œuvre de ces politiques. Pour élaborer un plan de développement industriel crédible, un pays doit disposer de sources de financement stables et sûres, définir des mandats clairs et un dispositif de gouvernance encourageant une coordination sans heurts ainsi qu’une exécution efficace, et investir dans la formation du personnel d’encadrement et spécialisé.

  • Ajouter à ma sélection