La transition vers une économie sobre en carbone

La transition vers une économie sobre en carbone

objectifs publics et pratiques des entreprises You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
Auteur(s):
OCDE
Date de publication :
02 août 2011
Pages :
120
ISBN :
9789264090255 (PDF) ; 9789264090248 (imprimé)
DOI :
10.1787/9789264090255-fr

Cacher / Voir l'abstract

Les entreprises sont de plus en plus conscientes de la nécessité d'agir face au changement climatique. Cependant, tandis qu'un certain nombre d'entre elles, les pionnières, ont pris des mesures de protection du climat, nombreuses sont celles qui tardent à suivre. Ce rapport passe en revue les pratiques responsables des entreprises dans la lutte contre le changement climatique et l'évolution vers une économie sobre en carbone. Il dresse la synthèse des politiques publiques, des réglementations et autres instruments mis en place par les autorités pour faciliter la transition vers une économie sobre en carbone dans les pays de l’OCDE et les économies émergentes ; ainsi que les mesures prises par les entreprises pour y faire face.

Utilisant les principes de responsabilité des entreprises identifiés dans les Principes directeurs de l'OCDE à l'intention des entreprises multinationales, ce rapport passe en revue trois domaines essentiels : la comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre ; la réduction des émissions de gaz à effet de serre ; et la mobilisation des fournisseurs, consommateurs et autres acteurs.

Les résultats de cette publication contribuent à la Stratégie pour une croissance verte élaborée par l'OCDE dans le but de fournir aux gouvernements des outils pour les aider à mobiliser le potentiel d'une croissance plus verte.

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder:  Avant-propos
    Ce rapport passe en revue les pratiques responsables des entreprises pour lutter contre le changement climatique et accélérer le passage à une économie sobre en carbone. Il dresse une synthèse des politiques, réglementations et autres instruments destinés à favoriser cette évolution dans les pays de l’OCDE et les pays émergents, et analyse la réaction des entreprises à ces facteurs de changement.
  • Cliquez pour accéder:  Préface
    L’évolution vers une économie sobre en carbone est amorcée. À la conférence de Copenhague sur le changement climatique qui s’est tenue en 2009, de nombreux États se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Si ces engagements ne sont pas suffisants pour contenir la hausse des températures en deçà de la cible de 2°C, leur réalisation n’en exige pas moins que les pouvoirs publics, les entreprises et la société civile unissent leurs efforts et procèdent à des réformes d’envergure.
  • Cliquez pour accéder:  Glossaire et abréviations
    Les termes suivis d’un astérisque * sont tirés du glossaire de la CCNUCC (http://unfccc.int/ essential_background/glossary/items/3666.php) ; ceux accompagnés de deux astérisques ** sont extraits du glossaire du Protocole sur les GES (www.ghgprotocol.org/files/ghg-protocol-revised.pdf).
  • Cliquez pour accéder:  Synthèse
    Réussir le passage à une économie pauvre en carbone est un défi global qui concerne l’ensemble de la société. Comme le montrent les engagements pris dans le cadre de l’accord de Copenhague en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), de nombreux États sont conscients de la nécessité d’agir et d’engager leurs économies sur la voie d’un développement à faible intensité de carbone. Les entreprises, qui sont de grosses consommatrices d’énergie et des sources majeures d’émissions, mais constituent aussi un vecteur essentiel d’innovation et de solutions, jouent un rôle central dans la réalisation de ces objectifs.
  • Cliquez pour accéder:  Introduction – Les entreprises et le changement climatique
    La prise de conscience de la nécessité d’évoluer vers une économie sobre en carbone est devenue particulièrement manifeste ces dernières années, notamment à l’occasion des préparatifs de la Conférence de Copenhague en décembre 2009. L’Accord de Copenhague a montré la détermination des pays à agir pour limiter les émissions mondiales de GES. L’un des éléments clés de l’Accord est l’engagement des pays visés à l’annexe A à réaliser, individuellement ou conjointement, des objectifs chiffrés de réduction des émissions à l’échelle de toute l’économie à l’horizon 2020, et de certains pays ne figurant pas dans cette annexe à mettre en oeuvre des mesures d’atténuation1. Conjugués à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, ces accords concourent à la mise en place d’un cadre international plus prévisible pour la coopération dans ce domaine jusqu’à la fin de 2020. Ils confortent par ailleurs l’espoir que les nations continueront de renforcer leur collaboration pour parvenir à des réductions mondiales des émissions et prévenir une évolution dangereuse du climat à plus long terme.
  • Cliquez pour accéder:  Comptabiliser les émissions des entreprises
    De plus en plus, les entreprises se mettent à mesurer leurs émissions de GES et à les divulguer. Elles agissent ainsi face à la multiplication des exigences réglementaires, à la prise de conscience grandissante des enjeux et des opportunités associés au changement climatique et à la demande croissante de publication d’informations non financières de la part des bailleurs de fonds, des investisseurs et d’autres parties prenantes. À l’heure actuelle, il n’existe cependant pas de normes convenues au niveau international pour la déclaration des émissions de GES au niveau de l’entreprise, ce qui conduit à une diversité dans la méthodologie, l’étendue et le périmètre des informations divulguées, limite la comparabilité de ces informations, suscite des doutes quant à la qualité et la fiabilité des renseignements et augmente les coûts de la déclaration des GES pour les entreprises. Ce chapitre examine les pratiques naissantes en matière de comptabilisation et de divulgation des émissions de GES des entreprises. Il passe en revue les enjeux associés au périmètre, aux méthodes de mesure, aux modes de communication et à la vérification de l’information produite par les entreprises, et il définit les domaines dans lesquels les pouvoirs publics pourraient prendre de nouvelles mesures pour exploiter pleinement ce potentiel de la déclaration.
  • Cliquez pour accéder:  Réduire les émissions de GES
    Les entreprises sont de plus en plus nombreuses, de par le monde, à établir des programmes de réduction des émissions de GES, en réaction à des mécanismes de prix et à d’autres incitations, pour respecter les réglementations en la matière, améliorer leur réputation, différencier leurs produits, attirer les investisseurs et répondre aux attentes croissantes de la société en matière de protection du climat. Peu d’informations sont cependant disponibles sur l’incidence globale des mesures des entreprises pour réduire leurs émissions. Les entreprises qui prennent les devants face au changement climatique élaborent des plans de gestion des émissions et établissent les mécanismes et les incitations nécessaires pour mettre ces plans en pratique à tous les niveaux et sur l’ensemble de leurs activités. Lorsqu’elles sont bien conçues, les cibles de réduction d’émissions sont un élément essentiel de ces plans. Leur réalisation appelle la participation de tous les intervenants de l’entreprise, depuis le Conseil d’administration jusqu’aux salariés en passant par les différents échelons de la direction. Ce chapitre examine les éléments fondamentaux des plans de réduction des émissions et passe en revue l’expérience acquise à ce jour par les entreprises dans leur mise en oeuvre.
  • Cliquez pour accéder:  Au dela de l'entreprise
    La majeure partie des émissions est souvent produite en dehors du périmètre des entreprises, en différents points de la chaîne d’approvisionnement et dans le cadre de l’utilisation et de l’élimination des produits. Pour concourir utilement à la mise en place d’une économie sobre en carbone, les entreprises doivent donc agir à l’extérieur de leurs frontières immédiates et nouer le dialogue avec d’autres intervenants. Le présent chapitre examine quatre domaines dans lesquels les entreprises coopèrent avec d’autres dans le cadre de leur stratégie de réduction des émissions : 1) elles peuvent obtenir des effets multiplicateurs substantiels par la diffusion de leurs pratiques de divulgation et de réduction des émissions tout au long de la chaîne d’approvisionnement ; 2) une évolution du comportement de consommation étant indispensable pour que les mesures de réduction des émissions de GES portent leurs fruits, les entreprises prévoient de plus en plus souvent des interventions auprès des consommateurs dans leurs stratégies de lutte contre le changement climatique. Elles peuvent également étendre leur action par d’autres moyens : 3) en participant à l’élaboration des politiques et 4) en apportant leur concours aux transferts de technologies et de compétences.
  • Cliquez pour accéder:  Annexe A. Enquête de l'OCDE sur les pratiques des entreprises pour réduire les émissions
  • Cliquez pour accéder:  Annexe B. Principes directeurs de l'OCDE à l'intention des entreprises multinationales et changement climatique
  • Ajouter à ma sélection