Pour une meilleure aide au développement

ISSN :
2074-3610 (en ligne)
ISSN :
2074-3629 (imprimé)
DOI :
10.1787/20743610
Cacher / Voir l'abstract
Cette série de livres analyse les stratégies susceptibles de rendre l’aide plus efficace.
Egalement disponible en: Anglais
 
Efficacité de l'aide 2011

Dernière édition

Efficacité de l'aide 2011

Progrès accomplis dans la mise en œuvre de la Déclaration de Paris You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
Auteur(s):
OCDE
Date de publication :
06 mars 2012
Pages :
216
ISBN :
9789264084780 (PDF) ; 9789264061521 (imprimé)
DOI :
10.1787/9789264084780-fr

Cacher / Voir l'abstract

Cette publication a précédemment fait l’objet d’un rapport de conférence au Quatrième Forum de Haut Niveau sur l'Efficacité de l'Aide à Busan, en Corée (29 novembre-1 décembre 2011) sous le titre Efficacité de l'aide 2005-10: Progrès accomplis dans la mise en œuvre de la Déclaration de Paris.

Egalement disponible en: Anglais

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder:  Avant-propos
    Alors que ministres, responsables d’organisations internationales, acteurs de la société civile, représentants du secteur privé et parlementaires du monde entier se préparent en vue du quatrième Forum de haut niveau qui se tiendra à Busan, en Corée (29 novembre – 1 décembre 2011), une question fondamentale se pose : les engagements internationaux visant à améliorer l’efficacité de l’aide ont-ils été tenus ?
  • Cliquez pour accéder:  Liste des sigles
  • Cliquez pour accéder:  Résumé
    En 2005, plus de 100 donneurs et pays en développement se sont engagés à faire en sorte que l’aide concoure plus efficacement à l’obtention de résultats en matière de développement à travers l’adoption de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide. Une caractéristique distinctive de cette dernière est que ses signataires s’engagent à se rendre compte mutuellement de l’application des principes qui la sous-tendent, au moyen d’un ensemble d’indicateurs précis assortis d’objectifs-cibles à atteindre en 2010. Dans quelle mesure ces engagements ont-ils été tenus ? L’aide est-elle mise en oeuvre de façon plus efficace qu’il y a cinq ans ? Telles sont les questions auxquelles le présent rapport apporte quelques réponses.
  • Cliquez pour accéder:  Vue d'ensemble des résultats
    Cinq ans après l’adoption de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide – accord capital visant à améliorer la qualité de l’aide et partant, son impact – des progrès ont ils été accomplis dans la mise en oeuvre de cette Déclaration et du Programme d’action d’Accra approuvé ultérieurement ? Les donneurs et les pays partenaires ont ils tenu leurs engagements ? Quelles sont les différences entre les donneurs et les pays partenaires quant à la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris ? Comment les progrès réalisés sont ils évalués et quelles sont les limites de l’approche retenue ? Telles sont les questions auxquelles répond ce chapitre en s’appuyant sur les informations livrées par l’Enquête 2011 de suivi de la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris ainsi que sur d’autres sources pertinentes pour présenter de façon concise les résultats obtenus, lesquels seront examinés de façon plus détaillée dans les chapitres suivants.
  • Cliquez pour accéder:  L'appropriation des politiques et stratégies de développement
    La Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide plaçait l’appropriation des politiques et programmes de développement par les pays partenaires au centre du programme international de réformes destiné à renforcer l’efficacité de l’aide. Le Programme d’action d’Accra qui a suivi marquait alors un élargissement et un approfondissement des engagements internationaux dans ce domaine en prenant davantage en considération le rôle d’un éventail plus large d’acteurs du développement, notamment issus du secteur privé ou de la société civile. La maîtrise exercée par les pays partenaires sur les politiques et stratégies de développement s’est-elle améliorée depuis 2005 ? Dans quelle mesure la qualité des stratégies nationales de développement est-elle meilleure et les administrations locales, les parlements et les organisations de la société civile sont-ils davantage associés au processus d’élaboration de ces politiques dans les pays en développement ? Des efforts sont-ils entrepris pour promouvoir un renforcement des capacités axé sur la demande et les problèmes liés à l’égalité homme-femme sont-ils davantage pris en compte?
  • Cliquez pour accéder:  Alignement de l'aide sur les priorités des pays et les systèmes nationaux
    L’alignement – l’un des cinq principes de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide – renvoie à l’aide fournie par les donneurs selon des modalités conformes aux priorités du développement des pays partenaires, de nature à soutenir et utiliser les systèmes et institutions de ces pays. Le Programme d’action d’Accra mettait tout particulièrement l’accent sur le recours systématique aux systèmes nationaux de la part des donneurs et au soutien fourni aux pays partenaires pour consolider ces systèmes. Le présent chapitre passe en revue les progrès réalisés et les difficultés rencontrées dans l’exécution des engagements souscrits à Paris et Accra en rapport avec l’alignement. Sur la base des données concrètes tirées de l’Enquête 2011 de suivi de la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris et d’autres sources, il détaille les progrès accomplis et les obstacles encore à surmonter en ce qui concerne l’alignement de l’aide sur les politiques et stratégies des pays partenaires ; l’alignement des conditions associées à l’aide ; la mesure dans laquelle les systèmes des pays partenaires se sont améliorés depuis 2005, et de même, la mesure dans laquelle les donneurs honorent leurs engagements s’agissant du recours aux systèmes nationaux, ainsi que les efforts qu’ils déploient pour délier l’aide.
  • Cliquez pour accéder:  Harmonisation des pratiques des donneurs
    Il est admis dans la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide que la multiplicité des approches suivies par les donneurs dans le domaine de la fourniture et de la gestion de l’aide peut se traduire par des recoupements inutiles des efforts et un alourdissement du fardeau pesant sur les pays partenaires contraints de s’adapter à toute une palette de politiques et de procédures. Le Programme d’action d’Accra a marqué une avancée dans la mesure où il a scellé l’engagement des donneurs et des pays en développement à oeuvrer ensemble à la réduction de la fragmentation de l’aide au niveau de chaque pays, mais aussi entre les pays en développement. Les donneurs ont-ils progressé sur le front de la collaboration entre eux ? Dans quelle mesure les engagements portant sur l’utilisation de mécanismes communs et sur la coordination de la coopération technique et des missions et travaux d’analyse effectués par les donneurs qui ont été souscrits dans la Déclaration de Paris et le Programme d’action d’Accra ont-ils été tenus ? Les donneurs ont-ils engagé un effort pour réduire la fragmentation de l’aide, notamment grâce à l’adoption d’une division du travail appropriée tant au niveau des pays qu’au niveau global ? Le présent chapitre propose des réponses à toutes ces questions établies à partir des résultats de l’Enquête 2011 de suivi de la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris
  • Cliquez pour accéder:  Prévisibilité et transparence de l'aide
    La Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide a souligné l’importance de la prévisibilité et de la transparence dans les relations liées à l’aide. Le Programme d’action d’Accra a pour sa part insisté une nouvelle fois sur la nécessité d’améliorer les performances dans ces deux domaines fondamentaux. Dans quelle mesure l’aide est-elle prévisible ? Les engagements visant à améliorer la prévisibilité de l’aide à court et moyen terme ont-ils été tenus ? Ceux portant sur la transparence – et notamment sur la conditionnalité de l’aide – ont-ils été mis en oeuvre ? Les pays développés et en développement s’attaquent-ils au problème de la corruption ? Le présent chapitre apporte des réponses à ces questions en passant en revue les données concrètes et en s’appuyant sur les conclusions de l’Enquête 2011 de suivi de la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris.
  • Cliquez pour accéder:  Gestion axée sur les résultats et responsabilité mutuelle
    La Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide appelle à une gestion plus rigoureuse axée sur les résultats en termes de développement et à un renforcement de la responsabilité mutuelle (donneur-pays partenaire). Le présent chapitre passe en revue les résultats concrets de la mise en oeuvre de ces deux principes de la Déclaration de Paris. Il détaille les progrès accomplis pour promouvoir la gestion axée sur les résultats du développement, notamment grâce à l’amélioration des cadres d’évaluation des performances ainsi que des systèmes et données statistiques, et aux efforts déployés pour consolider les systèmes des pays partenaires et y avoir davantage recours dans l’optique d’une gestion axée sur les résultats. Il examine également les progrès réalisés pour renforcer et approfondir les mécanismes de responsabilité mutuelle, à partir des données concrètes tirées de l’édition 2011 de l’Enquête de suivi de la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris et d’autres sources.
  • Cliquez pour accéder:  Aperçu de l'expérience concernant le suivi de l'efficacité de l'aide
    Pourquoi exercer un suivi de l’efficacité de l’aide ? Comment l’Enquête 2011 de suivi de la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide a-t-elle été menée et quels sont les acteurs qui ont participé au processus ? Quelles autres initiatives ont contribué à la constitution d’un vivier de plus en plus riche au niveau mondial de données sur les solutions ayant permis d’améliorer l’efficacité de l’aide et celles qui se sont révélées peu concluantes ? Le présent chapitre a vocation à apporter des réponses à ces questions, à mettre en exergue l’importance que revêt le suivi de l’efficacité de l’aide en tant qu’outil d’apprentissage par l’expérience et à encourager la redevabilité. Depuis son adoption en 2005, le cadre mis en place à l’échelon international pour suivre la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris est appliqué dans un nombre croissant de pays et il a en outre été utilisé pour guider les travaux d’élaboration d’un certain nombre d’initiatives décrites dans le présent chapitre.
  • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts Annexes statistiques

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Cliquez pour accéder:  Données relatives aux pays (un tableau par indicateur)
      Les progrès accomplis sur la période 2005-10 sont mesurés pour un groupe de 32 pays ayant participé tant à l’Enquête de référence 2006 qu’à l’Enquête 2011. Les données concernant ce groupe de pays figurent dans la partie supérieure des tableaux ci-après. Toutes les données disponibles pour l’ensemble des autres pays sont reprises dans la partie inférieure de chaque tableau ; en effet, tous les pays n’ayant pas participé à chacune des éditions de l’enquête, ces données ne peuvent servir de base à l’établissement de comparaisons précises au fil du temps.
    • Cliquez pour accéder:  Données relatives aux donneurs (un tableau par indicateur)
      Comme pour l’annexe A, les progrès accomplis sur la période 2005-2010 sont mesurés pour un groupe de 32 pays ayant participé aussi bien à l’Enquête de référence 2006 qu’à l’Enquête 2011. Les données ventilées par donneur pour ce groupe de pays sont présentées dans la partie supérieure des tableaux ci-après, ce qui permet de comparer les progrès réalisés dans le même groupe de pays entre 2005 et 2010. De plus, un tableau général est dressé pour 2010, qui englobe tous les pays ayant notifié les apports d’aide fournis par chaque donneur en réponse à l’Enquête 2011.
    • Cliquez pour accéder:  Données relatives aux donneurs (un tableau par donneur)
      Dans la Déclaration de Paris, les donneurs et les pays partenaires ont adopté d’un commun accord des objectifs-cibles collectifs pour 2010. La réalisation de ces objectifs-cibles collectifs est tributaire des efforts déployés par les différents donneurs et pays partenaires. Les tableaux de l’annexe C présentent les objectifs-cibles indicatifs 2010 pour chaque donneur, sur la base d’une conversion arithmétique des objectifs-cibles énoncés dans la Déclaration de Paris (annexe D). La logique suivie est la même que pour les objectifscibles présentés pour les différents pays partenaires dans les chapitres par pays. Pour les indicateurs dont l’objectif-cible associé est défini par rapport au niveau de référence 2005 (indicateurs 3, 5a, 6, 7 et 8), l’objectif-cible indicatif présenté a été calculé en fonction de la valeur de référence du donneur dans le groupe de 32 pays pour lesquels sont présentées les données 2005. Les objectifs-cibles pour les autres indicateurs sont fixes et ne dépendent pas du niveau de référence 2005 (indicateurs 4, 9, 10a et 10b).
    • Cliquez pour accéder:  Indicateurs de progrès de la déclaration de Paris
    • Ajouter à ma sélection