Politiques agricoles dans les pays en transition 2002
Hide / Show Abstract

Politiques agricoles dans les pays en transition 2002

Évolution des mesures gouvernementales et du soutien

Il ressort de l'analyse présentée dans cette dixième édition des Politiques agricoles dans les pays en transition que la période de transition a permis une réduction globale sensible des dysfonctionnements dans le secteur agricole de la Bulgarie, de l’Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Roumanie, de la Russie et de la Slovénie. Les données fournies dans ce rapport mettent en évidence une convergence graduelle des prix intérieurs et des prix mondiaux. Dans leur grande majorité, les pays d'Europe centrale et orientale continuent d'afficher un soutien aux producteurs à la fois plus faible que celui des pays de l'OCDE et des États membres de l'UE, et bien inférieur aux niveaux enregistrés avant le début de la transition. Ce rapport analyse les problématiques et enjeux majeurs que posent les politiques agricoles, ainsi que les données statistiques s’y rapportant.

La Base de données de l'agriculture et l'alimentation  est disponible en ligne sur www.Source.ocde.org  et sur CD-ROM - Base de données de l'agriculture.

Click to Access: 
Publication Date :
25 Oct 2002
DOI :
10.1787/agr_non-oecd-2002-fr
 
Chapter
 

Regard sur le soutien à l'agriculture dans les économies en transition non membres You do not have access to this content

French
Click to Access: 
Author(s):
OECD
Pages :
57–75
DOI :
10.1787/agr_non-oecd-2002-5-fr

Hide / Show Abstract

Le présent chapitre porte sur l’évaluation du soutien à l’agriculture dans les six PECO et en Russie. En 2001, le soutien aux producteurs (ESP en pourcentage) a augmenté dans tous les pays étudiés. Globalement, les ESP de ces sept pays révèlent une diminution du soutien aux productions végétales et une hausse du soutien à l’élevage. Les prix intérieurs des productions végétales n’ont pas augmenté autant que les prix sur les marchés mondiaux ou ont diminué, d’où une baisse du soutien en faveur de ce secteur. Dans certains des pays étudiés, cela reflète en partie les effets de la réforme des politiques, qui rapprochent les prix intérieurs des cours mondiaux. Dans d’autres, la hausse des prix intérieurs des productions végétales a été contenue par la faible capacité de commercialisation des excédents exportables. En ce qui concerne le secteur de l’élevage, son évolution a essentiellement obéi à la situation des marchés de la viande. Ainsi, la multiplication des problèmes sanitaires en Europe a conduit les PECO et la Russie à interdire provisoirement les importations de viande. Cela a provoqué une hausse de la demande de certains produits locaux, et donc une augmentation des prix intérieurs, d’où un accroissement du soutien global au secteur.

Dans la plupart des six PECO et en Russie, les distorsions induites par les politiques ont en général considérablement diminué pendant la période de transition. Le soutien aux producteurs y a sensiblement régressé sous l’effet de réformes économiques importantes et il est depuis demeuré très inférieur aux moyennes de l’OCDE et de l’UE. Néanmoins, il pèse parfois plus lourd compte tenu de la place qu’occupe l’agriculture dans les économies considérées, de taille relativement modeste. Par ailleurs, les ESP moyennes de chaque pays masquent des écarts importants entre produits et les aides axées sur les prix à la production et sur les prix des intrants, responsables de distorsions, restent prépondérantes dans la structure du soutien dans les économies en transition.