Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO

French
Frequency :
Annual
ISSN :
1999-1150 (online)
ISSN :
1563-0455 (print)
DOI :
10.1787/19991150
Hide / Show Abstract

Statistiques et projections annuelles de l’OCDE concernant les principaux produits agricoles. Cette publication analyse l’influence qu’exerceront les développements mondiaux et nationaux sur les marchés agricoles au cours de la prochaine décennie, et met en avant certains des principaux risques et incertitudes susceptibles d’infléchir les perspectives des marchés agricoles. Après avoir donné une vue d’ensemble de la situation en vigueur et exposé les hypothèses retenues, le rapport présente des projections détaillées de la production, la consommation, des échanges, des stocks et des prix pour les pays de l’OCDE ainsi que certains pays non membres. Au nombre des produits pris en compte figurent les céréales, les oléagineux, le sucre, la viande et les produits laitiers. Cette publication paraît depuis 2005 sous le titre Perspectives agricoles de l’OCDE et de la FAO.

Also available in: English, Spanish
 
Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO 2013

Latest Edition

Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO 2013 You do not have access to this content

French
Click to Access: 
Author(s):
OECD, FAO
Publication Date :
27 June 2013
Pages :
300
ISBN :
9789264195677 (PDF) ; 9789264195653 (print)
DOI :
10.1787/agr_outlook-2013-fr

Hide / Show Abstract

La dix-neuvième édition de l'OCDE des Perspectives agricoles, élaborée conjointement pour la neuvième fois avec l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), présente des projections à l’horizon 2022 pour les principaux produits agricoles, les biocarburants et les poissons. Il est à noter que le rapport 2013 comprend pour la première fois le coton et un chapitre spécial sur la Chine.

Des coûts plus élevés et une forte demande laissent présager que les prix resteront bien supérieurs aux moyennes historiques avec un risque élevé de volatilité des prix, étant donné le niveau tendu des stocks, un environnement politique variable et l’accroissement des risques de production liés aux conditions climatiques. La Chine devrait demeurer autosuffisante en ce qui concerne les principaux produits alimentaires tout en développant ses échanges et son intégration dans les marchés agricoles mondiaux.

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Click to Access:  Avant-propos

    Les Perspectives agricoles 2013-22 sont le fruit de la collaboration entre l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Les deux organisations mettent en commun leurs connaissances spécialisées sur les produits, les politiques et les pays, ainsi que les informations fournies par leurs pays membres afin de produire tous les ans une analyse des perspectives des marchés nationaux, régionaux et mondiaux des produits agricoles de base pour la décennie à venir. Fait nouveau, l’édition de cette année consacre un chapitre au marché mondial du coton. Le chapitre 2 a été préparé avec l’aide de l’institut d’information agricole de l’académie chinoise des sciences agricoles (AII) et le ministère chinois de l’agriculture (MOA). Toutefois, les informations et projections contenues dans le présent rapport demeurent sous la responsabilité de l’OCDE et de la FAO et ne reflètent pas nécessairement les vues de l’AII et du MOA.

  • Click to Access:  Sigles et abréviations
  • Click to Access:  Résumé

    L’accroissement de la demande favorise les pays en développement :Pendant des décennies, l’agriculture mondiale s’est caractérisée par une production excédentaire découlant des politiques en place dans les pays industrialisés et une croissance stagnante dans les pays en développement. Les réformes politiques et la croissance économique à travers le monde ont changé les fondamentaux de l’offre et de la demande, transformant ainsi la filière en un secteur axé sur les marchés offrant des possibilités considérables d’investissement. Les pays en développement devraient voir leur part dans la production mondiale augmenter et la progression des échanges leur sera en majeure partie imputable.

  • Click to Access:  Vue d'ensemble des perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO 2013-22

    Les perspectives à moyen terme se présentent de manière relativement favorable en ce qui concerne l’évolution de l’agriculture mondiale d’ici à 2022. Pour le court terme, on constate une dichotomie, à l’échelle mondiale, entre le secteur des cultures et celui de l’élevage. S’agissant des cultures, les prix devraient baisser par rapport à leurs sommets récemment atteints, car les prévisions font état d’une offre abondante et d’une reconstitution des réserves induite par les prix élevés de ces dernières années. À l’inverse, les prix des produits animaux seront élevés et afficheront en outre une tendance à la hausse au début de la période visée par les Perspectives, ce qui s’explique par le coût important des aliments destinés au bétail, par la contraction à l’échelle mondiale des cheptels et de la production. À plus long terme, on s’attend de manière générale à ce que les marchés commencent à se contracter et à ce que les prix agricoles se raffermissent, les prix en termes réels restant relativement stable pour la plupart des produits. Toutefois, au cours de la période de projection, les prix des produits agricoles, en termes réels et nominaux, devraient se maintenir à des niveaux supérieurs à ceux prévalant avant 2007, du fait d’une forte demande, de coûts d’intrants plus élevés et d’une croissance plus lente de la productivité.

  • Click to Access:  Nourrir la Chine : Perspectives et défis pour la prochaine décennie

    Ce chapitre a été élaboré et écrit en collaboration avec la FAO, l’OCDE, l’AII de CAAs et le ministère de l’agriculture chinois mais les données, l’analyse et les projections relèvent uniquement de la responsabilité de la FAO/OCDE.

  • Click to Access:  Biocarburants

    Les prix mondiaux de l’éthanolBrésil, Sao Paulo (sortie de raffinerie). ont baissé début 2012, mais les conditions du marché variaient selon les régions. Aux États-Unis, les prix de l’éthanol ont commencé à remonter plus tard dans l’année à mesure que s’est révélée l’ampleur de la sécheresse dans le pays, qui a fait grimper les prix des matières premières. Au Brésil, une meilleure récolte de canne à sucre au cours du second semestre a permis d’améliorer l’offre et de réduire les prix de l’éthanol à l’échelle nationale.

  • Click to Access:  Céréales

    L’équilibre entre l’offre et la demande des principales céréales est demeuré très tendu pendant la saison 2012Voir le glossaire pour la définition des campagnes de commercialisation des cultures de blé, de céréales secondaires et de riz suivant les pays.. La production mondiale de blé et de céréales secondaires s’est avérée inférieure aux besoins mondiaux et a entraîné un affaiblissement des stocks. C’est la sécheresse qui a durement frappé les États-Unis, ainsi qu’une grande partie de l’Europe et de l’Asie centrale en 2012 qui est à l’origine de cette diminution des récoles de blé et de céréales secondaires.

  • Click to Access:  Graines oléagineuses et produits dérivés

    Les projections relatives aux graines oléagineuses ne sont pas comparables à celles publiées l’an dernier car les graines de coton ont été retirées du total et intégrées à une nouvelle rubrique  coton . L’huile et les tourteaux de graines de coton sont toujours compris dans les totaux concernant les tourteaux protéiques et les huiles végétales.

  • Click to Access:  Sucre

    Au début de la période considérée, le marché mondial du sucre est résolument baissier. Les prix mondiaux ont suivi une tendance descendante au cours des 12 derniers mois avec une moindre volatilité des prix, les marchés s’adaptant à une troisième année consécutive d’excédent mondial (). La hausse de la production mondiale est en grande partie attribuable à une reprise de la production du plus gros producteur mondial, le Brésil, même si les récoltes ont également connu un regain en Union européenne, aux États-Unis, au Mexique, en Inde et en Chine. Conséquence de cette reprise : les cours mondiaux du sucre brut ont chuté de 26 % au cours des 12 derniers mois, ceux du sucre blanc de 20 % et le prix du sucre devrait continuer à reculer pour le reste de la période 2012/13 en raison d’une offre soutenue et de stocks en augmentationVoir le glossaire pour la définition des années commerciales pour le sucre et les produits.. Au début de la période couverte par ces Perspectives, la reconstitution des stocks portera le ratio stocks/consommation à son plus haut niveau depuis six ans, mettant fin à quatre années de stocks faibles.

  • Click to Access:  Viande

    La situation du marché du secteur de la viande se caractérise d’une manière générale par des prix nominaux à la production élevés, qui s’expliquent, du côté de la demande, par la hausse des revenus découlant de la croissance rapide dans les pays en développement et, du côté de l’offre, par les coûts élevés des intrants, notamment des céréales fourragères, de l’énergie consommée et de la main d’œuvre. L’effet combiné de la hausse des prix à la production et de l’augmentation des coûts de production a tendance à encourager la production dans les pays en développement, où prédominent des systèmes de production à faible consommation d’intrants. La croissance de la production de viande ralentit, notamment celle des volailles qui par le passé avait enregistré les taux de croissance de la production les plus importants. Dans les pays en développement, la demande en viande reste forte en raison de l’augmentation des revenus et de l’essor de l’urbanisation, qui modifient les régimes alimentaires au profit d’éléments nutritifs et de protéines d’origine animale. La consommation a augmenté de manière considérable au cours de la dernière décennie dans un grand nombre de pays émergeants, en particulier la Chine et d’autres pays asiatiques à la croissance rapide. En revanche, la consommation de viande par habitant est restée stable dans les pays de l’OCDE au cours des dix dernières années. En ce qui concerne la volaille, la viande porcine, la viande ovine et la viande de buffle, la production et les échanges devraient augmenter à court terme, mais pour ce qui est de la viande bovine, ils devraient dans un premier temps être freinés par la réduction des effectifs du cheptel opérée ces dernières années dans les grandes régions exportatrices, et notamment dans les pays développés. Les pays en développement renforceront encore leur position en imposant des changements dans la production, les échanges et la consommation de viande au niveau mondial.

  • Click to Access:  Poissons et fruits de mer

    Le terme  poisson et fruits de mer  ou simplement  poisson  englobe les poissons, crustacés, mollusques et autres invertébrés aquatiques, mais il ne comprend pas les mammifères et plantes aquatiques.

  • Click to Access:  Produits laitiers

    Tirés par une solide croissance de la demande d’importation émanant des pays en développement, les prix internationaux des produits laitiers ont fortement augmenté tout au long de l’année 2010 et jusqu’au début du premier semestre 2011, culminant à des niveaux proches de ceux observés lors de la flambée des prix des produits de base de 2007/08. Une forte rentabilité et d’excellentes conditions de pâturage en Océanie et dans certaines parties de l’Amérique du Sud ont suscité une réaction de l’offre qui a fait chuter les prix. Cette baisse des prix s’est poursuivie jusqu’au second semestre de 2012. Elle s’est accompagnée d’une expansion du volume des exportations. La demande continuant d’augmenter, surtout en Chine, les prix se sont stabilisés à des niveaux nettement supérieurs à ceux atteints lors de la précédente période de baisse de 2009. Les sécheresses de 2012 aux États-Unis et dans la Fédération de Russie ont fait monter les prix des céréales et conduit à un ralentissement de la croissance de la production laitière aux États-Unis et dans l’Union européenne ainsi qu’à une hausse des prix des produits laitiers. Le redressement des prix s’est intensifié au début de 2013, l’annonce de conditions météorologiques beaucoup plus sèches en Océanie ayant commencé à affecter les attentes du marché quant à la disponibilité des produits. La situation de l’offre est tendue à court terme, mais elle devrait s’améliorer à moyen terme dans des conditions météorologiques normales, ce qui devrait maintenir les prix à des niveaux moins élevés qu’en 2011.

  • Click to Access:  Coton

    En 2012, les cours mondiaux du coton ont été influencés par des forces antagonistes, à savoir une hausse de la demande mondiale faisant suite à deux années de déclin et des niveaux de stocks élevés créant des incertitudes quant aux perspectives d’avenir. Les prix élevés des céréales et des oléagineux ont contribué à soutenir les prix du coton, lesquels ont néanmoins été en deçà de leur niveau de l’année précédente pendant la quasi-totalité de la campagne de commercialisation. Les stocks mondiaux de coton ont augmenté pour la troisième année consécutive, même si cette hausse est à mettre en grande partie sur le compte du renforcement des stocks publics de coton de la Chine. Tandis que la consommation a continué de décliner en Chine – pourtant première consommatrice industrielle mondiale de coton – celle-ci a augmenté dans un certain nombre de pays, les exportations chinoises de fil de coton ayant enregistré une forte hausse. Les prévisions penchent largement en faveur d’un repli de la production mondiale pour l’année à venir, de premiers rapports indiquant que les États-Unis prévoient de consacrer une surface agricole de 4 Mha à la production de coton, soit une baisse de 19 %. En Chine, les surfaces allouées au coton devraient également afficher un recul, malgré un prix de soutien relativement élevé.

  • Click to Access:  Glossaire

    Virus grippal qui n’avait jamais été identifié comme source d’infection chez l’être humain avant la survenue de la pandémie H1N1 actuelle. Les analyses génétiques ont montré qu’il a pour origine des virus grippaux de l’animal et qu’il n’est pas apparenté aux virus H1N1 de la grippe saisonnière en circulation dans les populations humaines depuis 1977.

  • Click to Access:  Méthodologie

    Cette section apporte des informations sur les aspects méthodologiques de l’établissement des Perspectives agricoles présentées ici, qui sont traités successivement comme suit. Est tout d’abord donnée une description générale des projections de référence, ainsi que du rapport sur les Perspectives agricoles. La structuration, en un ensemble cohérent, des hypothèses faites pour les projections macroéconomiques est ensuite analysée plus en détail. Ensuite, une troisième partie présente la manière dont les coûts de production sont représentés dans les équations d’offre du modèle. Enfin, en quatrième partie est présentée la méthodologie développée dans le cadre de l’analyse stochastique menée à l’aide du modèle AGLINK-COSIMO.

  • Click to Access:  Annexe statistique

    Cette section apporte des informations sur les aspects méthodologiques de l’établissement des Perspectives agricoles présentées ici, qui sont traités successivement comme suit. Est tout d’abord donnée une description générale des projections de référence, ainsi que du rapport sur les Perspectives agricoles. La structuration, en un ensemble cohérent, des hypothèses faites pour les projections macroéconomiques est ensuite analysée plus en détail. Ensuite, une troisième partie présente la manière dont les coûts de production sont représentés dans les équations d’offre du modèle. Enfin, en quatrième partie est présentée la méthodologie développée dans le cadre de l’analyse stochastique menée à l’aide du modèle AGLINK-COSIMO.

  • Add to Marked List